Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

14 Jul

Radicalisation et emprise 2/4.

Publié par Sous la Voûte étoilée

Radicalisation et emprise 2/4.

Voici la suite 2 de la contribution adressée par Catherine Picard, présidente de l'UNADFI, ancienne députée de la 5° circonscription de l'Eure (XI° législature 1997-2002), rapporteure et co-auteure de la loi  About-Picard

 

1/4 : Une situation de violence et de choc culturel

2/4 : La radicalisation

3/4 : L'emprise mentale

4/4 : "Désappartenance", désengagement, "déradicalisation"

La radicalisation

 

Au sens général elle indique le durcissement d’une position, d’une idéologie, l’accroissement d’une position intransigeante, « L’attitude d’esprit ou la doctrine de ceux qui veulent une rupture complète avec le passé institutionnel. [...] Processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d’action, directement liée à une idéologie extrémiste à contenu politique, social ou religieux qui conteste l’ordre établi. »[5]

 

Lorsqu’il se rapproche de l’extrémisme et du fondamentalisme, notamment appliqués au domaine religieux, le terme a une connotation plus péjorative, comme lorsque l’on parle de, radicalisation djihadiste. La « radicalisation religieuse » impliquerait qu’il y a un état modéré de la religion, or « Il n’y a pas de religions modérées, il n’y a que des croyants modérés : mais ces derniers ne sont pas forcément modérément croyants, […] » ; cependant « le fondamentalisme religieux ne débouche pas forcément sur la violence politique ».[6]

 

Au-delà de la contestation ou du refus de l’ordre établi, la radicalisation djihadiste prône le remplacement de la démocratie par une théocratie basée sur la loi islamique. Elle suppose la soumission à une idéologie qui donne un cadre de vie et des repères régulant l’ensemble des comportements. Elle génère une forme de violence multiforme pour soi et pour les autres qui peut se résumer par : on adhère ou on meurt.

 

Nous sommes devant un phénomène complexe où des théories explicatives se complètent plus qu’elles s’opposent. On ne peut négliger le terreau social préexistant dans lequel la jeunesse s’inscrit de différentes manières en rupture avec la société, ne trouvant plus de sens à y participer, à y prendre sa place. Le déséquilibre entre classes sociales, la situation politique délétère deviennent un terreau favorable à une proposition qui serait celle de fonder un autre monde. « Ce que l’on appelle aujourd’hui radicalisation requiert des approches complémentaires, en tant qu’expression d’un fait religieux devenu menaçant et en même temps comme un symptôme social psychique. »[7]

 

« Les ressorts de ce phénomène sont multifactoriels et touchent des profils variés, aux origines sociales diverses, pas toujours pour les mêmes raisons. Le jihadisme propose à des egos froissés de devenir des héros de l’islam sunnite. Il vend un statut valorisé au sein d’une utopie, celle d’une cité idéale pour tous les musulmans. »

« C’est un ensemble de choses qui attire les gens, avance Yassin. Pour moi, c’était le fait d’avoir une situation, de devenir quelqu’un et même plus… participer à une chose énorme. » Yassin, 23 ans étudiant en médecine. [8]

 

La radicalisation en trois mots : engagement, embrigadement et emprise.

 

Engagement

 

L’engagement n’est pas l’embrigadement. On peut penser que, pour certains, la conversion correspond à un engagement, au même titre que peut l’être celui du militant. On admet que des personnes se rassemblent, s’engagent pour une cause humanitaire, politique, éducative, religieuse. Leur motivation est guidée par un idéal, la gratuité de l’action, le don de soi… Pour autant, elles le font dans un cadre où la transparence est de mise quant à la structure (associative ou autre), au statut des dirigeants, au fonctionnement démocratique de l’instance. Et surtout elles savent qu’elles peuvent se « désengager » quand elles le souhaitent.

 

Le rapport à la société peut être critique mais il n’est pas marqué par une diabolisation, un rejet d’engagements antérieurs. Le cadre de vie n’est pas uniquement consacré à « la cause », il n’y a pas d’ambiguïté quant à la mission effectuée.

 

Lorsqu’intervient l'autoritarisme du dirigeant et le culte de sa personnalité, on constate que ce n’est pas l’importance de l’engagement qui mène à l’embrigadement, mais d’autres critères. Il nous semble donc important de mettre en évidence le mécanisme et les méthodes qui permettent ce passage et la dérive qui en résulte. Car cette évolution de l’engagement initial est en réalité la construction d’une allégeance inconditionnelle, dont il est important de comprendre la progression et le contexte pour espérer intervenir à temps.

 

Comprendre n’est pas excuser mais se donner la possibilité de prévoir et d’aider.

 

Embrigadement

 

La radicalisation telle qu’elle se découvre à nous est perçue par certains comme un embrigadement, c’est à dire le rassemblement de personnes enrôlées par contrainte ou persuasion en vue de l’exécution d’un dessein. L’emploi de ces termes militaires convient tout à fait pour définir l’objectif de la radicalisation dans sa réalité politique et guerrière. Réduire l’engagement à la conversion religieuse évacuerait les aspects de nature idéologique et politique qui amènent le jeune à s’engager et ferait abstraction des répercussions du dictat de l’idéologie islamique sur le cadre de vie et les comportements.

 

Le grand art de l’embrigadement moderne consiste à transformer, par des méthodes sophistiquées, un engagement en un acquiescement durable, progressif et extensif.

 

[5] F. Khosrokhavar, Radicalisation, Editions de la maison des sciences de l’homme, 2014

[6] O. Roy, Le djihad et la mort, Seuil, 2016

[7] F. Benslama, Un furieux désir de sacrifice, le surmusulman, Seuil, 2016

[8] David Thomson, Les Revenants, Seuil, 2016

 

A suivre ...
 
GC
_________________________________________________________
Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/