Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

17 Mar

La franc-maçonnerie a-t-elle un genre ?

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

La franc-maçonnerie a-t-elle un genre ?

Parler d'obédience féminine, est-ce parler de franc-maçonnerie féminine ?

 

En ces temps où la féminisation du vocabulaire rituel se présente comme une revendication "féministe", voici un extrait de l'échange de commentaires avec Jean-Dominique Reffait qui s'est déroulé sur la page du groupe Facebook éponyme de ce blog à partir d'un article de "La Maçonne" :

 

Gérard Contremoulin : PERSONNE ne parle d'obédience neutre !
Je crois qu'il ne faut pas confondre franc-maçonnerie et obédience...
On peut ne pas partager les combats des organisations féministes mais on ne peut pas nier leur existence de même qu'on ne peut pas nier la légitimité des obédiences féminines, masculines ou mixtes, en tous cas pas moi.
Mais la franc-maçonnerie en tant que telle n'est ni l'une ni l'autre ni l'autre encore : elle est, point barre !
Chacun la vit selon ses préférences, concrètement dans sa loge et dans son obédience, ce qui ne remet pas en cause son caractère universel, du moins dans la franc-maçonnerie libérale.

 

Jean-Dominique Reffait : Les rituels sont évidemment genrés, c'est une évidence historique : un métier d'homme repris symboliquement par des hommes pour constituer une association d'hommes selon des problématiques relevant à l'époque des hommes. Pas de révisionnisme historique, ça ne sert pas la cause.
Les femmes ont souhaité intégrer ce processus créé dans un contexte exclusivement masculin. Si l'on tient à définir une franc-maçonnerie féminine, il faut alors admettre qu'elle est l'imitation d'une franc-maçonnerie masculine. Délicat pour le féminisme, non ?
Si nous partons, au contraire, de l'idée que la franc-maçonnerie s'est créée dès l'origine sur la notion d'universalité, les choses prennent une autre allure. Il ne s'agit pas d'une maçonnerie masculine mais universelle, à l'époque où l'universel social était conçu comme masculin. Ce concept d'universalité s'est ouvert progressivement aux juifs, aux noirs. En 1944, le suffrage universel s'est ouvert aux femmes, la société a intégré que l'espace social ne pouvait être universel sans les femmes. La franc-maçonnerie n'a pas changé sa nature universelle, c'est l'espace de l'universalité qui s'est élargi.
L'organisation obédientielle est une organisation privée, qui n'entre pas, stricto sensu, dans le cadre de la société civile. Les obédiences pouvaient donc se maintenir dans un statut monogenre sans remettre en question la vie de la société. Cependant, les femmes tenaient à s'approprier cette invention masculine et l'ont fait, par le biais d'obédiences mixtes et féminines. Cette création n'est pas le fait d'un enthousiasme mais du dépit de se voir fermer la porte par les obédiences historiques. Droit Humain et GLFF se sont créées faute de mieux (Ne hurlons pas, c'est juste l'histoire).
Il ressort donc qu'en parlant de franc-maçonnerie féminine, on parle d'un ersatz de la maçonnerie historique.
Les précurseurs de DH avaient bien compris cela : ils n'ont pas modifié les rituels, ne les ont pas féminisé, ils se sont inscrits dans l'universel, tel qu'il avait été compris et tel qu'il avait évolué.
La meilleure preuve que la franc-maçonnerie n'était pas plus masculine hier qu'elle n'est devenue mixte aujourd'hui, c'est que l'entrée des femmes au GODF n'a fait l'objet d'aucune modification de la moindre virgule du réglement général et des rituels ! Pas besoin ! Parce que le GODF, constitué universel dès le départ, ne s'était jamais identifié comme masculin. Mieux : à chaque convent, l'entrée des femmes était refusé mais en même temps les résolutions qui voulaient définir le GODF comme masculin étaient également rejetées.
Ainsi donc, pour ce qui est du GODF, dont l'évolution est intéressante de par sa durée dans le paysage maçonnique, le concept d'universalité a repris force et vigueur lorsqu'une simple interprétation du réglement a constaté que rien ne s'opposait à l'entrée des femmes. Le GODF n'est pas devenu mixte, il est redevenu universel.
Je conclus que la référence à une franc-maçonnerie féminine est un signe de subordination à la maçonnerie inventée par des hommes pour des hommes, ce qui ne correspond pas à l'intention universelle des créateurs et qui instaure, de surcroit, une forme de sexisme désobligeant à l'égard des femmes puisque la maçonnerie féminine serait sémantiquement un avatar réducteur de la franc-maçonnerie.
Pardon d'avoir été long.

 

Une intervenante : presqu'entièrement ok avec toi Jean-Dominique, il y a juste un point qui me chiffonne : la symbolique des constructeurs, par définition plutôt "masculine" puisqu'il s'agit d'outils plus essentiellement utilisés par eux-mêmes à partir du 18ème, n'était pas dévolue aux hommes exclusivement aux différentes époques médiévales. Les femmes travaillaient aussi en Loge, sur les chantiers. Je pense que c'est plutôt le regard et la connaissance "moderne" que nous avons de cette culture aujourd'hui, qui nous fait "classer" cette symbolique comme essentiellement masculine. Si je me trompe, explique moi!

 

Jean-Dominique Reffait : Les femmes dans les métiers stricts du bâtiment étaient marginales : elles étaient sur les chantiers dans des activités féminines, dans la mesure où les ouvriers habitaient sur place (cuisine, blanchissage, commerce). Les femmes gravitaient donc dans l'économie générale d'un chantier mais n'exerçaient pas les métiers directs du bâtiment.

On fait grand cas de mentions de certaines femmes "maîtres de loge" au Moyen-âge. Le maître est un patron d'entreprise qui doit transmettre son patrimoine à ses héritiers. Dans la très grande majorité des cas, quand il n'a pas de garçon, il marie sa fille à celui qui lui succèdera. La fille n'intervient pas dans le métier mais reste propriétaire de la charge héritée de son père et reste membre de la guilde, comme toutes les épouses. On connait ainsi des représentations graphiques où la future épouse transmet à son mari les outils de son père. (J'avais une telle représentation, je vais la rechercher) Dans quelques rares cas, la fille, plus exigeante, plus maline, plus proche de son père, apprend le métier : ce sont des exceptions telles Jeanne d'Arc dans l'armée. Mais elle ne doit alors pas se marier, sinon, c'est fini (une femme bourgeoise dérogerait en travaillant). Ce fut le cas de Sabina von Steinbach, sculptrice à Strasbourg.

Je ne dis pas pour autant que le symbolisme du métier est masculin mais que ses inventeurs sont des hommes, ce qui n'est pas pareil. Tout ce qui est pensé ou créé par un être humain n'est pas marqué par son sexe. Ce qui est sexué, c'est le choix du métier de référence : le bâtiment et pas la lessive, la franc-maçonnerie et pas la franche-blanchisserie. Parce que ce sont des hommes qui se sont inspirés d'un métier d'hommes pour créer la maçonnerie. Mais les outils maçonniques ne sont pas spécifiquement sexués mais pratiques ! Peut-être peut-on inférer de la différence musculaire qu'un maillet inventé par une femme aurait eu une forme ou une masse différente, avec un mouvement différent pour s'en servir, possible. C'est l'impératif pratique qui commande et rien de sexué là-dedans.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

 

Commenter cet article

kroumir 21/03/2014 19:53

la source seait-elle tarie?, où est la synthese maçonique? est-ce un blog d'humeur?

kroumir 17/03/2014 20:37

La F.M.est universelle ds son organisation,c'est une chose. Toute organisation etant fille d'une necessité, je pense que la necessité aujourd'hui de fonctionner hors de la Tradition n'est pas clairement etablie pour voire naitre une rupture franche entre les FF et SS. Heureusement! il faut encore attendre ,a mon point de vue ,que naisse une necessité universelle de changement.par rapport a cette Tradition.

kroumir 17/03/2014 20:24

La mariee est toujours belle..Merci pour ELLES, de le penser Mais si l'universalit2 nous est fondamentale ,elle laisse prendre de curieux détours a ceux qui l'honore, lorsqu'il s'agit de la pratiquer .
1-Nous sommes Universels et pourtant l'autre rest encore une inconnue a decouvrir sans cesse.
2- Les représentations que l'on se fait d'une autorite, d'un metier, passent par les miroirs déformants de nos perceptions humaines. la F.M. tentent de les anihiler...c'est un e tache a laquelle nous devons nous ateler avec l'esprit critique des sciences
3- j'aime quand la F.M. bouscule ce qui est pour construire ce qui n'est pas .
Donc une FM universaliste,c'est oui, mais en laissant la voie libre pour la suite..

Jean-Louis 17/03/2014 19:24

Passionnant, mais cécile, avec toute l'affection que j'ai pour toi, il n'y a pas de franc-maçonnes, mais DES franc-maçons.

Jacques PRINCE 17/03/2014 18:00

Franc-maçon depuis plus de soixante ans, j'ai donné mon adhésion à une Obédience masculine, je ne sais si il est légitime de changer à ce point les statuts d'une organisation qui devient autre chose que ce à quoi j'ai adhèré.
Néanmoins, dans un esprit maçonnique, je me suis plié à ces nouveaux statuts puisqu'ils sont le vœu de la majorité, exprimée lors d'un Convent régulier.
Je dois ajouter que je ne suis absolument pas adversaire de la présence des sœurs .aux Tenues:
Lorsqu'on a donné le choix aux Loges d'accepter ou non les sœurs en visiteuses, j'étais Vénérable de ma Loge et j'ai beaucoup insisté pour l'on vote positivement, ce qui a été fait.

mong 17/03/2014 15:38

Je suis très en accord avec JDR, surtout sur les points concernant l'universalisme, sinon initial du moins aujourd'hui désiré. J'ajouterais même que cette réflexion sur la relativité de l'universalisme (son acception, hein, je ne suis pas le roi de l'oxymore) selon l'époque est tout à fait applicable non seulement à la République mais également aux droits de l'Homme.

Enfin, j'irais même plus loin pour dire que le mouvement féministe est un mal nécessaire (on se calme au fond, j'ai pas fini...), comme tout mouvement qui combat les discriminations arbitraires en simulant une forme de communautarisme. Ainsi, je pense que les obédiences exclusivement «genrée», comme toute association ou grouprement qui renforce un sentiment communautariste, sont des aberrations dans notre République humaniste, et dans notre vision maçonnique du monde en particulier, qui n'ont de sens et d'utilité que le temps de combattre les aberrations plus fortes encore que sont les discriminations.

Révauger Cécile 17/03/2014 15:35

Je partage très largement cette analyse. Cependant je suis pour la féminisation des termes apprenti/ apprentie ou compagnon/compagnonne/ Maître/ maîtresse, des offices, "maitresse de cérémonies" "experte"...etc. Cela me semble parfaitement naturel au sein du GODF et des obédiences mixtes (je sais que ce n'est pas la pratique du DH). Pourquoi? Pour deux raisons, pour ne pas régresser par rapport aux avancées dejà réalisées par un grand nombre de franc maçonnes et tout simplement parce que le contraire relèverait d'une démarche vraiment obsolète à l'heure où les termes se féminisent de plus en plus dans notre société. En toute fraternité. Cécile Révauger

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/