Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

20 Apr

De l'universalité en franc-maçonnerie...

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Formation et Histoire maçonnique

On s'initie soi-même
On s'initie soi-même
On s'initie soi-même

On s'initie soi-même

Les manuels d'instruction maçonnique à l'usage des apprentis maçons, soeurs ou frères ainsi que beaucoup de déclarations solennelles, proclament l'universalité de la franc-maçonnerie.

 

De sorte qu'on laisse envisager aux jeunes maçons que"l'initiation" (ne faudrait-il pas parler plutôt de "réception" ?) ouvre en véritable ésame les portes de tous les temples, de tous les espaces maçonniques. 

 

Qu'en est-il ?

La pratique maçonnique est moins flamboyante. Plus on chemine en franc-maçonnerie, plus on approfondit les contenus des travaux accomplis, plus on prend conscience qu'il existe au moins deux grandes maçonneries qui ne correspondent pas aux mêmes idéaux, pas aux mêmes aspirations et qui ont des fondements essentiellement différents sinon carrément contradictoires.

 

Les Constitutions dites d'Anderson.

Les "Constitutions d'Anderson" constituent le livre de référence de la franc-maçonnerie. Peut-être serait-il d'ailleurs plus conforme au processus de sa réalisation de privilégier le nom du frère Jean-Théophile Désaguliers, pasteur protestant rochelais, obligé de fuir en Angleterre pour cause de révocation de l'édit de Nantes. Il devient l'ami de Newton dont il traduit les traités de physique (un exemplaire se trouve au musée de la franc-maçonnerie, rue Cadet) et entre à la Royal Society de Londres. Il est le véritable inspirateur de ce texte, rédigé effectivement par James Anderson.

Les Constitutions contiennent les Landmarks de la franc-maçonnerie des débuts du 18° siècle. Et ces anciennes charges définissent aussi plusieurs catégories de personnes ne pouvant pas accéder à la franc-maçonnerie, à savoir les handicapés, les serfs, les noirs et les femmes ! De sorte qu'il faut manier aujourd'hui cette référence avec d'infinies précautions, particulièrement dans une loge mixte !

 

L'obligation de croire en Dieu.

Ces Landmarks circonscrivent le territoire des potentiels francs-maçons aux seuls croyants. De sorte que dans l'Angleterre de l'époque, l'athéisme est absolument incompréhensible. Et, sortant de plus d'un siècle et demi de croyance obligée en un même dieu, la liberté de conscience signifie pour les anglais la possibilité de choisir son dieu mais absolument pas d'en avoir aucun. Ne parle-t-on pas du franc-maçon comme d'un homme libre et de bonnes moeurs, c'est-à-dire qui n'est "ni un athée stupide ni un libertin irreligieux".

Cette nécessaire croyance en un Dieu va évoluer en "principe créateur" mais conservera tout de même la notion de "parole révélée". Les loges régulières dans le monde allient GADLU (Grand Architecte de l'Univers) et VLS (Volume de la Loi Sacrée) dont l'invocation (GADLU) et l'ouverture à l'évangile de Jean (VLS) constituent deux marques incontournables de la Régularité des travaux.

De sorte que si le contenu de ce GADLU évolue au fil de l'histoire de ces trois  derniers siècles, sa permanence est maintenue sous la forme d'une transcendance qui soumet l'Homme à ses principes.

 

L'interdiction de la présence des femmes. 

Ces Landmarks interdisent la présence des femmes en Maçonnerie au même titre que les esclaves et les serfs car il faut être "libre", ce qu'ils ne sont pas.

Le poids des préjugés, des conditions sociales, des inégalités légitiment l'interdiction ! Ce qui est tout de même un comble pour une institution qui place l'émancipation humaine au premier rang de ses ambitions !

Cet "élitisme" n'a pas forcément évolué de la même manière dans le temps. On peut même y trouver la cause des scissions intervenues dans le paysage maçonnique. Il s'y cultive un goût certain pour le retour à une mythique pureté des origines...

 

Le convent du GODF de 1877.

C'est un convent historique où le GODF abandonne l'obligation de croire en Dieu et en l'immortalité de l'ame. Frédéric Desmons fut le rapporteur du "voeu n° 9" qui conduisit par son adoption à cette grande décision, lourde de conséquences. On peut parler de schisme puisque la Grande Loge Unie d'Angleterre et les obédiences qu'elle influence à l'époque n'auront de cesse de rompre leurs relations avec le GODF. C'est ce que l'on appellera la franc-maçonnerie "régulière" (Londres) et la franc-maçonnerie "libérale" (GODF). 

Ces deux modèles maçonniques, on peut même parler de deux systèmes de valeurs et de principes, vont alors se structurer, s'approfondir, c'est-à-dire qu'ils vont en fait s'éloigner l'un de l'autre jusqu'à la négation par la GLUA de la qualité même de franc-maçon aux membres du GODF ! 

 

Persistance du schisme.

Négation-exclusion qui perdure aujourd'hui encore et qui est au coeur du prochain convent de la GLDF qui aura à choisir entre la rupture imposée par la déclaration de Bâle dans la perspective d'une reconnaissance par Londres ou le maintien de ses relations avec les obédiences "libérales".

Plusieurs articles ont traités ici des péripéties du processus de "RPMF" (Recomposition du Paysage Maçonnique Français), particulièrement dans le projet de Confédération (CMF) et du rôle joué par la GLDF qui y avait placé beaucoup d'espoirs. Las... Sur les 5 obédiences "confédérables", 2 ont renoncé, laissant la GLDF en tête à tête avec la GL-AMF et la GLIF, deux très récentes obédiences nées de la crise de la GLNF.

 

Conforter l'avenir...

Au delà de ces atermoiements, mais ils contribuent à la prise de conscience, il existe donc -et pour longtemps- deux maçonneries assez incompatibles quant aux valeurs qu'elles véhiculent. Le problème de la Grande Loge de France, certains y verront là son originalité, c'est qu'elle n'a pas réussi à choisir. Depuis la création de la GLNF  (1913) elle est en quelque sorte bipolarisée et son histoire montre ses aller-retours de l'une à l'autre...

- La franc-maçonnerie régulière issue de la victoire des "Ancients" sur les "Moderns", qui s'est construite sur le respect absolu des Landmarks et qui admet en son sein le principe d'une labellisation de son fonctionnement par la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA). Non seulement le fonctionnement de ces obédiences doit être "régulier" (respect des Landmarks) mais il doit être "reconnu" par Londres ! Cette "Reconnaissance de Régularité" -nous explique-t-on- constitue le viatique permettant à chacun de ses membres de circuler dans le monde et de pouvoir y être reconnu par les autres obédiences tout autant "reconnues régulières". Cette "chaîne fraternelle"qui n'est pas sans rappeler feu l'empire britannique, a quelque chose du charme discret de la City...

- La franc-maçonnerie libérale, la maçonnerie du siècle des Lumières, s'appuie sur l'Homme "mesure de toute chose". Etre doué de Raison, il peut dès lors s'émanciper de l'état de tutelle dans lequel le maintiennent le principe même de vérité révélée, les superstitions, l'ignorance. Encore faut-il qu'il le décide : "Sapere Aude. Aie le courage de te servir de ton entendement. Telle est la devise des Lumières". Faisant appel à sa propre capacité d'apprendre pour comprendre, cet Homme nouveau correspond à l'idéal humaniste de la franc-maçonnerie libérale. Cette maçonnerie réunit aujourd'hui la plupart des obédiences françaises (GODF, DH, GLFF, LNF, GLTSO, GLF-MM, OITAR, GLMU, GLMF , et pour quelques temps encore (?) la GLDF).

 

... c'est choisir.

Alors les termes du débat sont clairement posés. Il semble qu'il n'y ait pas de possibilité de synthèse. Serait-elle même souhaitable ? A lire et à entendre les uns et les autres, c'est nettement non !

Je n'ai pas toujours, quant à moi, été convaincu de cette thèse. "Réunir ce qui est épars" restait la fidélité qu'il me semblait que je devais au serment prêté voici maintenant plus de 32 ans. Mais la réalité des objectifs poursuivis par les obédiences présente parfois de telles différences, de telles oppositions qu'il est difficile de faire comme s'il ne s'agissait que de "spécificités" aisément dépassables par la "Tolérance". Il n'en est rien.

Sur ces deux points que sont la croyance en Dieu (ou en une transcendance) et le refus de l'initiation féminine, les deux maçonneries présentent des choix irréconciliables. Elles ont aussi consacré des rites qui accompagnent ces choix, mais c'est un autre sujet...

 

Reste enfin l'interdiction d'évoquer les sujets de nature religieuse ou politique dans les travaux maçonniques, interdiction qui marque bien la frontière entre l'une et l'autre. Cette interdiction est basée sur le fait que ces sujets sont sources de discorde ! Certes, c'est un euphémisme. Mais, n'est-ce pas précisément pour cela qu'il faut profiter de la méthode de travail maçonnique pour chercher comment dépasser ce type de difficulté ?

 

La franc-maçonnerie, aujourd'hui, n'est pas universelle et il semble bien que ce ne soit pas si grave !

 

C'est, ici comme ailleurs, à l'Homme, mesure de toute chose, au franc-maçon, Soeur ou Frère, de se forger sa propre conviction...

 

 

Gérard Contremoulin

__________________________________________________ 

Commenter cet article

Hubert NAASZ 29/04/2014 22:19

La franc-maçonnerie régulière a été, voici plus deux siècles arraisonnée à l'empire britannique abandonnant le centre de l'union et toutes velléités d'émancipation des corps et des esprits ; les anglais ont enterré discrètement le projet de Newton en se réunifiant. Quels regards les hommes et les femmes de bonne volonté peuvent avoir sur la Franc-maçonnerie en général quand ils observent les pompes des ceux qui détiennent en exclusivité "les plus hautes valeurs morales" sur terre comme au ciel, plus ridicules dans leur impuissance que le prince de Monaco ?

Gérard Contremoulin 30/04/2014 07:55

Le projet de Newton, Desaguliers, écrit et publié par Anderson, ambitionnait de "réunir ce qui est épars" en se voulant "le centre de l'Union".
C'est un fabuleux projet humaniste d'émancipation des hommes ET des femmes qui ne se décrète pas. Il exige de celles et ceux qui s'en revendiquent une disponibilité complète à l'altérité, quelle qu'elle soit, d'où qu'elle vienne.
Lors de la création de la GLUA, par la fusion des "Moderns" (les premiers maçons) et des "Ancients" (en fait les plus récents), ce sont ces derniers qui ont gagné la partie, c'est-à-dire, effectivement, liquidé l'ambition du projet initial !
Depuis, la Reconnaissance de la Régularité fonctionne comme l'aune de la "vraie" maçonnerie dans le monde.
La franc-maçonnerie "libérale" saura-t-elle relever le défi de l'histoire ?

réboussié 22/04/2014 19:18

ce qui me choque ? pardonne moi Gérard , c'est le mot libéral . Vu ce que ça donne en matière de politique : Le libéralisme ou le nouveau libéralisme ...pas étonnant qu'on puisse se réfugier dans le symbolisme , ou même le retour aux origines , pour les croyants en Dieu ....
Bon , je blague , mais quand même , je pense ou je penche perso pour la tradition , qui n'est pas bien sur l'adoration des momies , ou des dinosaures , et même si l'ascenseur social est en panne, on peut encore croire en cette utopie qui serait le progrès social , plus de liberté , plus d'égalité , et plus de fraternité . Tiens , au fait , l'ascenseur , qui l'a cassé ? et même les escaliers , ils sont dans un état , ........qu'on soit la bête à abattre ? c'est normal , on est les seuls à penser encore librement , avec quelques autres , sans compter ceux qui vont devoir aller pointer à Paul Chaumage , malgré les avantages acquis , je ne détaille pas , car pour voter pour la haine , il faut en avoir encore plus en soi , mais c'est comme les métaux lourds pour les thons , ça s'accumule avec le temps , et c'est aussi là , le problème , la mémoire , faudrait oublier , delete *.*,
Vous m'excuserez , mais il m'arrive de rencontrer des "anglois", je n'arrive pas à les voir comme des fanatiques à abattre , bon , ils roulent à gauche , nous à droite , c'est vrai qu'on s'oppose là aussi , comme en politique d'ailleurs , le vrai risque , n'est ce pas l'uniformité ... qui dans un bâillement avalerais le monde ?

cassuto 22/04/2014 08:09

pour moi et depuis toujours (il y a 44 ans...!!!!) la franc-maçonnerie est "universelle" tout le reste est du cinéma. on est là, entre nous pour progresser, s'améliorer ensemble, essayer aussi d'améliorer par la petite lumière que nous portons chacun et chacune, le monde profane, et....il y a à faire.jo

jmrr 22/04/2014 11:10

Alors, il faut simplement constater que "la méthode" est pour le moins mauvaise.
Qui est capable de citer une "avancée utopique" portée par la maçonnerie depuis 50 ans ?
En quoi si ce n'est en marche arrière, le monde profane a-t-il évolué dans ses valeurs ?
Combien de progrès ont été confisqués au plus grand nombre ?
Et en France, qui porte aujourd'hui les valeurs et principes de notre République ?!
Et que sont devenues ces principes et valeurs !?

jmrr 21/04/2014 19:10

"Et, sortant de plus d'un siècle et demi de croyance obligée en un même dieu, la liberté de conscience signifie pour les anglais la possibilité de choisir son dieu mais absolument pas d'en avoir aucun. "
C'est quoi "les an.glais" ... ? C'est comme "les" français", "les" allemands ... tous des ceci-cela ... d'une tête alignée ?
En l'occurence, on peut aussi regarder "les" anglais membres de la secular sociéty .... par exemple ! Et ô miracle ... ils ne sont pas comme "les" anglais ... ces anglais là !
Mais bon, on ne va pas non plus déranger les raisonnement tout fait ... entre Français "Universel", qui ne sont pas à une ségrégation prés ... ce qui est très maçonnique et effectivement "universel" !

Frank Masson 21/04/2014 14:56

Tu as raison MTCF Gérard … le mot "traditionnel " n'est pas assez précis et peut être pas très juste sur un plan historique …
...
Alors pour le dire différemment et de façon moins concise, il y a 2 courants dans la FM :
...
L'un, qui se définit (avant tout) comme une "voie spirituelle" individuelle dans un cadre collectif, donc avec deux références symboliques obligatoires - La Bible et le GADLU – comme aspiration et chemin vers la "transcendance" … et généralement mono genre masculin.
...
L'autre, donc dit "libéral" , qui se définit (avant tout) comme un "laboratoire d'idées, de réflexions et de propositions pour le progrès et la transformation de la société", sans aucun autre postulat de départ que la plus totale liberté de conscience de ses membres … il est soit mono genre (féminine) soit mixte.
...
Tout oppose ces 2 courants de la FM, aussi légitimes historiquement l'un que l'autre …
...
En France la GLDF, qui appartient au premier courant et non au courant "libéral" (comme tu le dis) … maintient un lien entre les 2 courants par les relations de fraternité qu'elle entretient entre les frères et les sœurs au delà des obédiences.
...
"On" a proposé à la GLDF de contribuer à "rassembler" les maçons qui en France travaillent comme elle.
Que la GLDF ait à cœur de tisser des liens plus forts avec le courant qui a les mêmes aspirations et les mêmes buts qu'elle n'est en rien condamnable, c'est juste naturel !
...
Mais elle ne le fera ( je pense) que s'il ne lui est pas exigé en retour de rompre ses liens de fraternité avec les frères et les sœurs de la FM dite "libérale.
...
Quant au GODF il serait bon qu'il cesse (enfin) de parler dans les media au nom des Francs-Maçons en général ! … ce comportement de respect et d'humilité envers les autres ne pourrait que contribuer à maintenir les liens avec ceux qui (comme moi) ne se reconnaissent pas dans ses initiatives d'extériorisation sociétale !

Wanderer 22/04/2014 08:58

MTCF

La distinction voie spirituelle / voie liberale fait sens mais elle ne caracterise pas le GODF ainsi selon moi: par exemple les Loges au REAA du GODF sont spirituelles pour la plupart… et representent 10 a 15% du nombre de Loges au sein de l Obedience.

Je pense qu'il est souhaitable que toutes les Obediences arretent de tirer a boulets rouges les unes sur les autres. Ce sont les Loges qui sont souveraines et les representants des Obediences (qui ne sont que des "Federations" de Loges) devraient se garder de toute forme d'arrogance dans leurs prises de positions qui parfois depassent le cadre de la mission qui leur a ete confiee par leur Convent…
Un peu de Sagesse apporterait beaucoup a la serenite de tous les macons et maconnes, qui, quels que soient leur Rite, Obedience, oeuvrent tous au perfectionnement de l'Etre et de la Societe, de maniere differente, mais de maniere LIBRE et de BONNES MOEURS.

Fraternellement ***

W

Frank Masson 21/04/2014 09:25

Je pense MTC Frère Gérard que tu as un peu simplifié la réalité des choses !
...
Tu dis " il existe au moins deux grandes maçonneries qui ne correspondent pas aux mêmes idéaux, pas aux mêmes aspirations et qui ont des fondements essentiellement différents sinon carrément contradictoires. "
...
Sur ce point je suis entièrement d'accord avec toi et l'on pourrait schématiser ce hiatus dans la phrase suivante : " selon que les travaux se placent dans le cadre d'une transcendance ou non " …
Mais je ne suis absolument pas de ton avis lorsque tu situe la scission entre "réguliers" et "libéraux" …
"régulier" le GODF l'est par rapport à ses propres Règles !
...
Non, la scission véritable se situe entre "traditionnels" et "libéraux" !
...
les "traditionnels" se répartissant entre "reconnus" et "non reconnus",
...
et parmi ces derniers la GLDF, résolument "traditionnelle" mais qui assure en quelque sorte un pont historique entre les grands deux courants, en accueillant en visite les frères de provenance diverses pourvu qu'ils soient reconnus pour tels par le VM de la loge à la porte de laquelle ils frappent.
...
C'est d'ailleurs cet esprit "universaliste" de la GLDF qui empêche essentiellement sa "reconnaissance" par la FM mainstream !
...
Si en majorité les frères de la GLDF ne se sentent pas le moins du monde "libéraux" … et s'ils sont heureux que l'on pense à eux pour rejoindre la chaîne d'union internationale de la FM "traditionnelle" … ils ne sont pas prêts pour cela à renier leurs valeurs historiques d'ouverture !!!

Hadrumète 21/04/2014 14:08

Notre F:. Gérard simplifie à l'extrême l'histoire de notre Ordre en datant de 1717 les débuts de la Maç:. Il oublie l'apport des Maç:. Ecossaise et Irlandaise bien antérieures à la création de la Loge de Londres .
De même il passe sous silence le fait que les premières loges créées en France ont été des loges jacobites qui se situaient plutôt dans la mouvance de ceux qui allaient devenir les Antients .
Enfin il oublie LA spécificité de la GLDF ,à savoir de travailler à un seul rite, le REAA et d'avoir réussi à maintenir son indépendance face aux nombreuses tentatives d'absorption par le GO

Gérard Contremoulin 21/04/2014 12:20

Le GODF est "régulier" puisqu'il respecte ses propres règles. Bien évidemment. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le GM Alain Bauer avait fait ajouter ce mot dans le sous titre de l'obédience : "GODF, puissance symbolique régulière souveraine". Je me place dans l'article par rapport au sens le plus usité actuellement.

Sur la dénomination des deux courants.
Si l'on préfère établir une différence entre "Traditionnels" et "Libéraux", comment établir alors cette différence ?
Le GODF ne serait pas une obédience traditionnelle ? Quelle référence ferait foi pour établir cette tradition ? Je rappelle que l'origine de la franc-maçonnerie est celle des "Moderns" de 1717, celle qui s'implante en France à partir de 1728 et qui se prolongera en 1773 en GODF. L'actuelle GLDF n'apparaîtra qu'en 1894... La querelle des "Ancients" (les plus récents) et des Modernes (ceux des origines) s'est soldée par la victoire des Ancients : c'est la création de la GLUA. Elle n'est pas historiquement représentative des origines mais bien au contraire d'une contestation des origines !
C'est le débat...

J.P Raynaud 20/04/2014 19:42

Il y a au moins une chose qui réunit l'ensemble des maçons, réguliers ou non, c'est ce mouvement d'intolérance et de haine qui prospère dans le monde profane et pas seulement dans notre pays.
L'émergence des nationalismes, des intégrismes, des conspirationnismes met dans la même problématique les réguliers comme les libéraux. Il va arriver un moment ou même les plus ancrés dans la tradition auront à pâtir de ces détestables phénomènes. Quand la folie aveugle fera de nos convictions une cible à détruire, le GADLU ne pourra les en préserver.
Des fous de dieu islamistes aux évangélistes américains en passant par les rabbins intégristes d’Israël, tous se retrouvent pour nous désigner comme une secte à abattre.
J'espère que dans l'adversité, les fréres et les soeurs sincéres sauront se reconnaître et se ressouder

Gérard Contremoulin 21/04/2014 00:30

Pour mémoire, le décret du 19 aout 1940 dissout, ensemble, le GODF et la GLDF !

Philippe GAME 20/04/2014 21:06

à JP Raynaud, ta dernière phrase résume l'essentiel : "J'espère que dans l'adversité, les fréres et les soeurs sincéres sauront se reconnaître et se ressouder" ! Le reste est une perte de temps, ICI est plus urgent de l'AU-DELA", sinon, rentrons dans les ordres et n'abusons pas du terme "humanisme" car nous ne travaillons pas à la gloire de D.. mais au bonheur de l'homme au milieu de la cathédrale qu'il espères bâtir pour lui... ses frères, ses soeurs...

kervel 20/04/2014 17:27

Merci Gérard. Oui, ceci est très explicite, mais, comme il est écrit : "Mais, n'est-ce pas précisément pour cela qu'il faut profiter de la méthode de travail maçonnique pour chercher comment dépasser ce type de difficulté ?" Bien sur il y a un "Mais" que ce soit pour l'un ou l'autre courant. Combien de SS & de FF maîtrisent cette méthode? Si, une majorité la possédait, je pense que nous n’aurions pas besoin d’obédiences ennemies. D’ailleurs ne voit-on pas ce qui se passe en ce moment sur le terrain, la ou l’intelligence à dépassez le combat des chefs ! Ces deux courants se reçoivent, comparent leurs rituels, cherchent des points d’alliance tout en conservant leur rite. En fait, des F :.M :. travaille en F :.M :.
Alors, vers où devons-nous aller ? Je crois qu’il y a un espoir de « Nous » retrouver et cela se fera sans celles et ceux qui pensent détenir la vérité absolue.

maxime 20/04/2014 16:39

et peut il y avoir une vie initiatique ( à définir ) en dehors des obédiences, organisations en fait purement administratives ?

carol 21/04/2014 05:35

Il y a sans doutes une vie initiatique à l image de celle menée par les sages Buddhistes :)

dan 20/04/2014 16:28

Pourquoi Césame? Et non Sésame?...

Gérard Contremoulin 20/04/2014 18:55

Merci Dan. Corrigé.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/