Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

08 Apr

"Viva l'Orchestra" : quand le Service Public doit se transporter au Chatelet...

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Culture - Musique - Théâtre...

Les 118 musiciens de Viva l'Orchestra et le chef d'orchestre, Christophe Mangou (photo : GC)

Les 118 musiciens de Viva l'Orchestra et le chef d'orchestre, Christophe Mangou (photo : GC)

Ce devait être au nouvel auditorium de la Maison de la Radio, ce fut au Théâtre du Chatelet ! Le concert classique de "Viva l'Orchestra, l'orchestre des grands amateurs de 7 à 87 ans" a été présenté dans cette illustre salle du Chatelet pour cause d'annulation quai Kennedy ! 

 

Fallait-il que Mathieu Gallet, PDG de Radio-France en pleine contestation, ajoute une fausse note à sa partition ? Devait-il se priver d'un concert, véritable mise en valeur de l'atout culturel et pédagogique des orchestres de la Maison ronde en laissant sa direction l'annuler ce samedi 4 avril ?

 

Même sans être pleinement convaincu, admettons les raisons de sécurité en liaison avec le plan Vigie-pirate qui ont été mises en avant.

 

Ce sera le Théâtre du Chatelet et ses équipes qui accueilleront le concert et qui réaliseront là une performance technique exemplaire de leurs professionalismes au profit dela pratique musicale amateure... La scène était encore occupée à 18h00 par les décors du spectacle qui venait de se dérouler. Le concert a effectivement commencé à 21h et quelques minutes !

 

Car le programme "Viva l'Orchestra" est une démonstration grandeur nature du rôle du service public que joue l'Orchestre National de France et ses différentes missions. N'oublions pas que dans les revendications avancées dans l'actuel mouvement de grève des personnels, figure le refus de la fusion des orchestres (préavis n° 4)...

"Viva l'Orchestra" : quand le Service Public doit se transporter au Chatelet...

Un programme de 3 mois.

 

Les musiciens ont été recrutés sur la base de leurs motivations et de leurs compétences musicale et instrumentale. 500 avaient fait acte de candidature et 118 ont été finalement sélectionnés. Le benjamin, violoniste, est agé de 7 ans et le doyen, de 87 !

 

Amateurs, ils sont tous engagés dans des activités professionnelles, d'études ou scolaires qui les éloignent de la pratique instrumentale. Néanmoins, le choix qu'ils font d'y consacrer leurs loisirs renvoie à l'étymologie latine où l'amateur est celui qui aime...

 

Et la qualité du concert était étonnante.

 

"Viva l'Orchestra" : quand le Service Public doit se transporter au Chatelet...

 

Une coopération pédagogique.

 

François-Xavier Szymczak, producteur de l'émission Dans l'air du soir de France Musique, présentait le concert avec une grande ampathie. Il sut faire comprendre le déroulement de ce programme qui fait partie de l'action pédagogique au service du développement de la culture musicale. C'est ce qui constitue incontestablement la valeur ajoutée du Service Public.

 

L'Orchestre National de France, fondé en 1934, consacre en effet une partie de son activité à l'encadrement de la pratique musicale des musiciens amateurs. Cette action pédagogique est placée sous la responsabilité de Marie Faucher. C'est ainsi qu'une quinzaine de musiciens de l'orchestre a été affectée à la préparation de ce concert.

Les professionnels ont ainsi fait travailler les musiciens amateurs par famille d'instruments, par pupitres, sous la coordination de Marc-Olivier de Nattes, attaché au programme pédagogique.

Les partitions ont été retranscrites et simplifiées par Ivan Boumans pour les adapter aux compétences des  instrumentistes et assurer néanmoins une orchestration conforme à l'oeuvre composée, ce qui représente un travail colossal.

Enfin le chef d'orchestre, Christophe Mangou, a assuré les 4 dernières répétitions, plus longues qu'à l'accoutumée pour assurer la cohésion et la personnalisation de l'interprétation finale.

 

 

Christophe Mangou

Christophe Mangou

On connaît la malédiction sémantique qui frappe le mot "amateurisme", qui en fait un mot chargé d'un sens le plus souvent péjoratif. Rien à voir là avec la qualité du travail accompli.

 

Beaucoup de compétences et beaucoup de passion dans ce travail original que chacun, dans le public, pouvait ressentir. De l'émotion aussi lors de la présentation sous forme de petits interviews permettant de souligner par  quelques exemples l'éclectisme des professions présentes...

 

Témoignage.

 

Le violon d'Ingres d'Annelore Veil est un alto. Elle n'est pas peu fière d'avoir été sélectionnée pour ce qui restera pour elle une expérience extra-ordinaire, un moment exceptionnel dans l'accomplissement de sa passion... 

Elle a bien voulu me livrer quelques impressions sur cette aventure de "Viva l'Orchestra".

 

On a eu 10 répétitions depuis le 10 janvier, dont 3 samedis entiers de 10h à 17h30. Nous avons eu également des répétitions partielles avec des musiciens de l'Orchestre National de Radio France.

En répétition, Marc-Olivier de Nattes est très énergique, sa direction est précise, sachant qu'il n'est pas chef d'orchestre (mais il en a surement la formation...).

 

A la 1ère répétition, après les détails administratifs, Marc-Olivier est monté au pupitre de chef et a dit "on commence par Berlioz". Et l'orchestre a suivi.... Sauf moi, qui était larguée au bout de 2 lignes ! En fait, je me suis aperçue après que je n'étais pas la seule... J'ai eu quelques sueurs froides !

 

Anecdote : la dernière semaine, Marc-Olivier a repris sa place dans l'orchestre, mais s'est occupé des "petits", les 2 enfants violonistes de 7 et 8 ans. Il s'est mis entre eux deux, et les a aidé à suivre, comptant les mesures, suivant du doigt les passages difficiles. Les répétitions étant longues, les enfants avaient sommeil. Ils ont joué à faire semblant de s'endormir, appuyés sur Marc Olivier, c'était drôle !

 

La dernière semaine, on a eu répétition tous les soirs du mardi au vendredi, avec Christophe Mangou et avec les musiciens de l'ON qui nous ont aidé,

Répéter avec lui est très agréable, il est toujours positif et ne manque pas d'humour. Toujours un compliment d'abord et ensuite viennent les remarques, mais toujours mesurées. Il sait mettre en confiance. Sa direction est précise, imagée, il sait bien faire comprendre ce qu'il veut.

 

Par rapport au service public, il faut savoir que tout ceci a été gratuit pour tous les amateurs. On jouait 11 extrait d'oeuvres, donc 11 partitions d'environ 2 pages. On multiplie par 126 musiciens, tout cela envoyé par courrier... +   partitions adaptées  +  accueil un matin avec des petites viennoiseries  +  accès à la cantine du personnel de Radio France les samedis de répétition  +  le fait que tout était prêt quand on arrivait (pupitres et chaises en place). Sans compter les mails pour les répétitions et toute l'infrastructure autour du concert.

 

Quand on voit le prix des stages de musique dans le privé, on comprend tout l'avantage de ce programme.

 

 

 

Annelore Veil, altiste, dans l'auditorium de la Maison de la Radio

Annelore Veil, altiste, dans l'auditorium de la Maison de la Radio

 

 

A propos du Service public de la Musique.

 

Le développement de la pratique musicale en France repose sur un réseau constitué de conservatoires nationaux de région, de conservatoires municipaux, d'orchestres nationaux (tels que les orchestres de Radio-France, l'Orchestre de Paris, ...) et d'orchestres nationaux en régions, regroupés dans l'AFO (association française des orchestres). 

 

Cette décentralisation musicale est le fruit d'un choix politique des débuts de la 5° République, lorsque qu'André Malraux était ministre des affaires culturelles. Avec la décentralisation des années 1981, les territoires ont donnés un nouvel élan à cette politique et des coopération se sont affirmées. On connaît l'Orchestre National de Lille, fruit de la rencontre et de la complicité entre Jean-Claude Casadesus et Pierre Mauroy, on connaît la belle histoire de l'Orchestre du Capitole de Toulouse et ses liens avec la Région Midi-Pyrénées. On les retrouvera dans cette liste.

 

Parler de service public de la musique recouvre à la fois la pratique professionnelle instrumentale au sein d'une formation musicale et des missions visant au développement de la pratique musicale tant en milieu scolaire, universitaire qu'amateure dans les moments de loisirs. "Viva l'Orchestra" est l'une de ces missions qui a permis à ces 118 musiciens amateurs de construire au cours de ces trois mois de travail encadré par les musiciens professionnels, un concert remarquable. C'est d'ailleurs le 2° après celui de Marseille, réalisé avec une autre équipe.

 

Cette orientation de la musique en région est venu heureusement compléter les formations musicales qui se sont créées depuis la fin du XIX° siècle sur la base d'initiatives souvent privées ou stricteent locales. Cette liste les récapitule.

 

Un soutien actif et quotidien.

 

Agents du Service Public de la Maison de la Radio, les musiciens de l'Orchestre National de France apportent actuellement un soutien quotidien aux grèvistes. Par petits groupes, ils se relaient chaque jour pour jouer dans le grand hall pour les personnels en grève.  

 

Solidarité, compétence, dévouement, souci de la transmission... Quelques valeurs qui résonnent chez les humanistes...

 

Gérard Contremoulin

__________________________________________________________

 

Le Service public de la Musique.

 

Le développement de la pratique musicale en France repose sur un réseau constitué de conservatoires nationaux de région, de conservatoires municipaux, d'orchestres nationaux (tels que les orchestres de Radio-France, l'Orchestre de Paris, ...) et d'orchestres nationaux en régions, regroupés dans l'AFO (association française des orchestres). 

 

Parler de service public de la musique recouvre à la fois la pratique professionnelle instrumentale au sein d'une formation musicale et des missions visant au développement de la pratique musicale tant en milieu scolaire, universitaire qu'amateure dans les moments de loisirs. "Viva l'Orchestra" est l'une de ces missions qui a permis à ces 118 musiciens amateurs de construire au cours de ces trois mois de travail encadré par les musiciens professionnels, un concert remarquable. C'est d'ailleurs le 2° après celui de Marseille, réalisé avec une autre équipe.

 

Il existe par ailleurs une liste des orchestres symphoniques qui regroupe le service public et le secteur privé.

 

Un soutien actif et quotidien.

 

Agents du Service Public de la Maison de la Radio, les musiciens de l'Orchestre National de France apportent actuellement un soutien quotidien aux grèvistes. Par petits groupes, ils se relaient chaque jour pour jouer dans le grand hall pour les personnels en grève.  

 

Solidarité, compétence, dévouement, souci de la transmission... Quelques valeurs qui résonnent chez les humanistes...

 

Gérard Contremoulin

__________________________________________________________

Commenter cet article

Auboiron-Grain 15/05/2015 09:51

Nous pratiquons cette transmission musicale de façon plus modeste auprès de jeunes et moins jeunes dans le Limousin, pratiques chorales, les arts de la scène, nous sommes soutenu par les services publics, et sommes des artistes bénévoles ayant pour soucis de transmettre et d'éveiller.
La culture sous toutes ces formes doit être défendue, c'est un moyen pour lutter contre l'ignorance.

Marc H. 08/04/2015 16:42

Beau papier ! On regrette de ne pas y avoir assisté. Et nous aussi nous sommes en empathie avec les orchestres de Radio France et son personnel gréviste. Mais que la journée est longue sans France Musique, France Culture etc.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/