Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

05 Oct

La GLFF soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Droits de l'Homme

La GLFF soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel

COMMUNIQUE

de la Grande Loge Féminine de France

 

 

La Grande Loge Féminine de France soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel

 

A compter du 14 octobre prochain, le Sénat examine en deuxième lecture la proposition de Loi portée par les Députés, c’est la raison pour laquelle, la Grande Loge Féminine de France tient à rappeler sa position.

Aujourd’hui, si l’Assemblée Nationale porte sa proposition de Loi avec vigueur, le Sénat dans sa première séance publique le 30 mars 2015 avait apporté deux modifications, contraires à la proposition : la dépénalisation du client et la reprise du délit de racolage.

 

En 2013, La Grande Loge Féminine de France a marqué son soutien à l’adoption de la Loi renforçant le système prostitutionnel car elle se prononce régulièrement sur les droits de femmes et sur la violence envers les femmes.

 

Voici donc la position de la Grande Loge Féminine de France de ce jour :

La GLFF soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel
La GLFF soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel
La GLFF soutient le projet de loi sur la lutte contre le système prostitutionnel

 

La Grande Loge Féminine de France réunit plus de 14.000 femmes « cherchantes » qui travaillent sur des sujets très divers tant sociétaux qu’initiatiques.

Par ses travaux sur des grands sujets tels que la laïcité, le droit des femmes, la fin de vie, la bioéthique, le vivre ensemble, le développement durable, etc., la Grande Loge Féminine de France contribue à l’amélioration de notre société tant au niveau national qu’européen.

 

Quelques chiffres mondiaux :

Les femmes représentent 70 % des pauvres dans le monde

Sur 550 millions de travailleurs pauvres, 330 millions, soit 60% sont des femmes

Les femmes accomplissent 66 % du travail mondial produisant 50% de la nourriture mais ne perçoivent que 10% des revenus

Source UNIFEM, OIT et UNICEF

__________________________________________________

Commenter cet article

CHADANIEL 14/11/2015 18:23

je pense que le client d'une ou d'un prostitué doit être présumé COUPABLE d'ABUS ,dans le cadre d'une relation sexuelle , dans la mesure où il ne pourra pas démontrer que la personne pratiquant cette dite" prestation de service " est TOTALEMENT LIBRE de cette "activité " .
Dans le cas de cette liberté d'utiliser son corps ,et du respect de chacun , le client pourra alors être considéré comme non coupable !!! Conscience est tu là ?? Laissez moi rêver ... merci

joaben 07/10/2015 15:47

Peut être dans ces positions militantes oublies-t-on de se prononcer sur une reflexion de base sur laquelle faute d'être tranché on part dans de jeux de postures.

- Le fait qu'une homme ait des relations avec une femme qui n'a pas de désir particulier pour lui et qui lui facture le plaisir qu'elle lui apporte est-ce condamnable ? Et faut-il le réprimer ? A premiere vue je dirais non, mais il serait interessant d'avoir des arguments !
- Le proxénétisme est le racolage public sont déjà condamnés.

On peut s'interroger aussi par exemple sur une entreprise de séduction sans désir sexuel mais dans le but d'acquerir une position sociale plus avantageuse.
Que penser de celui qui utilisera sa position sociale pour "seduire" ?

Tafat idurar 06/10/2015 19:56

Il serait bon que le godf soutienne ce projet contre cette forme d'esclavagisme. Bravo à la glff pour cette prise de position

Duplay 06/10/2015 17:08

La position de la GLFF mélange deux genres. Que l'on condamne sur le plan moral la prostitution est une chose. Comme le communiqué, j'admets, ce qui est une évidence, que dans la quasi majorité des cas la réalité de la prostitution n'a rien à voir avec l'image paisible d'individus consentants que voudraient imposer certains. Mais justement, le problème pour ce qui concerne la prostitution comme celui de la drogue, n'est pas de réprimer les usagers mais de s'attaquer au crime organisé et aux gangs qui en profitent.
Pénaliser le client ne résoudra pas grand chose, les proxénètes s'organiseront et ce n'est pas tel Tartuffe, ou Sarkozy récemment en cachant le phénomène qu'on le fait disparaître. D'ailleurs dans cette perspective, il y aura comme d'habitude une hypocrisie et une injustice de classe supplémentaire, on ne pourchassera pas la prostitution de haut vol qui se se pratique dans des hôtels de luxe mais celle, sordide également mais plus visible qui touche une partie de la population moins fortunée.
La lutte contre les cartels du crime, la traite des individus est absolument nécessaire; elle n'a pas besoin pour autant de se draper dans les plis de la morale. Dans un monde idéal qui n'existera malheureusement jamais mais dont on peut rêver, chacun devrait être libre de faire de son corps ce qu'il entend. Le problème ce n'est pas la prostitution mais la mafia qui en profite. A mélanger les deux problématiques on risque de s'attaquer aux effets sans atteindre les causes.

mong 08/10/2015 16:16

très cher Duplay, je pense que « le crime organisé et les gangs qui en profitent » ne prospèrent que dans nos failles « morales ».

Les deux ne sont donc pas dissociés, car la prostitution comme le crime organisé sont des formes différentes du même mépris de l'individu et du corps.

Il ne s'agit pas ici de liberté individuelle (est on libre de vendre sa force de travail à moins que le SMIC ?) mais de refuser que le corps puisse être objet de commerce : le corps est inaliénable, incessible. Et le débat qui agite la loi au niveau de la prostitution est un feu qui couve depuis longtemps, dont les ramifications vont du droit à l'avortement au droit à choisir sa mort dans la dignité.

Le problème est donc bien la prostitution et non pas la mafia qui en profite, comme le problème de mon mur est bien l'humidité et non le champignon opportuniste.

Ceci dit, personne ne s'aventure à essayer de définir la prostitution, ce qui me semblerait pourtant important : où commence t-elle ? Je n'arrive pas à me résoudre à considérer que la jouissance du client soit le seul facteur déterminant de la prostitution (imaginons un massage...). J'en conclus pour l'instant que la définition est une sorte de consensus social, aux bords bien flous, mais dangereux dans le sens où il pourrait très bien englober le travail salarié, ou tout rapport de subordination soumis à rémunération.

Je suis à l'affut de toute proposition éclairante ... !

réboussié 06/10/2015 07:55

rien à rajouter , bien sur , absolument excellent , parfait ...un peu de mauvaise foi ? ma spécialité ? si je peux me permettre ? l'acteur majeur ? le client ? le danger de cette formulation ? appliquer ça au Médiator ? aux lasagnes pur porc ? une deuxième et dernière idée pour ne pas noyer le lecteur ? la repentance sur l'esclavage des siècles passés ? le sort de bien de ces esclaves d'aujourd'hui , les violences subies ( donc données , appliquées , assénées : émetteur- récepteur , car les mots ? subies ? c'est la victime ...une aide psy peut être ? l'émetteur ? un rappel à la loi ? ) ? bêê quoi ? faut pas (trop ) stigmatiser le Mac ? ni l'entreprise même mafieuse ? ou le réseau ? Allez , trois .. la prévention ? comme sur la route ? la solution? après le succès ( financier ) du radar ? le drone préventif ? croyez ...et vous serez sauvés ?

DEMBELE MARIE-FRANCE 06/10/2015 07:51

Il serait bon que le GODF soutienne aussi ce projet

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/