Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

11 Dec

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Formation et Histoire maçonnique

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Avec ce dernier ouvrage paru sur l'histoire du Rite Français, Cécile Révauger et Ludovic Marcos nous livrent une très utile contribution pour comprendre ce qu'est ce rite, présenté parfois comme un succédané de franc-maçonnerie alors qu'il est, excusez du peu, le rite de fondation de la franc-maçonnerie du Siècle des Lumières !

 

Ce n'est pas un mince paradoxe ! Mais il est important de remettre les choses à leurs places et restituer un patrimoine historique et symbolique à une démarche intellectuelle et humaniste qui s'est inscrite dans l'évolution de l'humanité comme un formidable outil d'émancipation.

 

Deux parties qui s'entrecroisent dans cet ouvrage, l'une portant sur l'histoire, l'autre faisant appel à la plupart des "grands témoins", francs-maçons sur lesquels repose la résurgence du rite français accompagné d'un choix de documents d'époque. Lorsque cette résurgence prend corps en 1998, c'est en fait un mouvement qui démarre bien plus tôt ou plus exactement, qui ne s'est jamais vraiment éteint...

 

C'était déjà là un enjeu.

 

La partie historique. 

 

Cécile Révauger et Ludovic Marcos nous ouvrent les portes de cette histoire par un travail remarquable, très documenté. C'est un ouvrage essentiel pour qui veut connaître le rite, son histoire et notamment les raisons de son endormissement...

 

Et lorsque pareil "réveil" se produit, il est indispensable de comprendre comment les fils du temps ont pu être retissés, sur quelles bases et par qui. Comprendre comment se sont assemblées toutes les pièces d'un puzzle complexe, comment s'est réuni ce qui s'était beaucoup éparpillé...

 

C'était un autre enjeu.

 

On y découvre justement le rôle qu'y ont joué les trois courants dont était composé le Rite Français dans les années 1990 et les stratégies respectives de chacun dans cette période. Comment les débats tournaient autour de la prise en compte ou non des conséquences de la décision du convent de 1877 (abandon de l'obligation de croire en Dieu) sur le contenu des rituels et dans l'organisation même de la juridiction. Un débat classique au GODF entre les "spritualistes" ou "traditionnalistes" et les "Laïques"

 

On y retrouve avec surprise parfois les noms de frères proches, qui ont été les acteurs d'évènements essentiels. C'est d'autant plus utile lorsque l'on veut restituer aujourd'hui  les éléments d'une histoire à peine vieille d'un vingtaine d'années mais qui ont permis que décolle le Rite Français comme rite de poursuite du cheminement initiatique au delà de la Maîtrise. Et l'engouement que l'on enregistre aujourd'hui montre à quel point ils répondaient à l'exigence du temps.

 

Essentiel encore pour expliquer à des frères, et maintenant à des soeurs, le continuum initiatique que représente le Rite Français en ses sept grades : les trois grades symboliques et les quatre Ordres de Sagesse. Comment on peut et pourquoi on doit se référer au travail de Roettiers de Montaleau comme coordonateur du rite alors que celui-ci a connu une interruption de plus de 150 ans !

 

On y découvre le rôle joué par le Grand Collège des Rites, son rite dominant, et parfois dominateur, qu'a été le REAA (Rite Ecossais Ancien, Accepté) pendant la période 1946-1998, avec l'application de la convention GCDR-GODF qui érigeait le GCDR (Grand Collège des Rites) en quasi-obédience, à coté du GODF...  

Ce que les Frères Corneloup et Luquet appellent, dans un article du Bulletin n° 49 (Juin 1958) du GCDR : "le GCDR a acquis son autonomie par la Convention du 13 janvier 1946, qui lui confère l'exercice de tous les droits sur les divers rites possédés pr le GODF, dont le REAA." L'histoire de cette période montre que les frères qui ont présidé aux destinées du GCDR n'avaient pas tout à fait compris la différence entre "autonomie" et "indépendance", prenant souvent l'une pour l'autre...

 

On y découvre comment l'un des courants, celui qui était rattaché précisément au GCDR, exigeait que les frères qui souhaitaient l'intégrer suivent préalablement un "stage" d'un an, stage de remise à niveau en quelque sorte dans une loge "traditionaliste". Pratique qui avait été mise en place en Angleterre lors de la fusion de 1813 donnant naissance à l'actuelle GLUA, sous le nom de "loges de reconciliation". Ce qui ne pouvait qu'exacerber les contradictions, particulièrement avec les tenants du respect de la décision de 1877.

 

On peut comprendre alors les raisons pour lesquelles on parle, à propos de cette résurgence de "réapropriation du patrimoine initiatique et symbolique" jusque là capté par le GCDR, dirigé par le seul REAA. Il fallait être titulaire du 33° pour en devenir dirigeant, excluant ainsi les autres rites !

 

On peut suivre, quasiment de semaines en semaines, les différentes phases de l'année 1998 et du premier trimestre de 1999 qui conduit à la suspension de la convention de 1946 par le Grand-Maître Philippe Guglielmi, la suppression de facto du GCDR par la signature d'un protocole entre le GODF et une autre juridiction, celle du RER et la voie qui s'ouvre alors vers la refondation du Grand Chapitre Général du Grand Orient de France - Rite Français. 

 

On y découvre le choix très stratégique fait par Alain Bauer, chargé par Philippe Guglielmi de faire converger les équipes alors rivales pour les unifier et permettre de reconstituer un seul Grand Chapitre Général. Il va leur proposer de travailler sur l'adaptation du rituel historique, c'est-à-dire sur l'écriture et la mise en forme des éléments à réunir pour travailler maçonniquement ensemble. Si un accord est possible, alors  la réunification est à portée de mains. Et c'est ainsi qu'un rituel de référence va voir le jour et le GCG...

 

Non sans péripéties et rebondissements, que l'on suit avec une certaine mise en haleine, la juridiction s'installe et le nombre des chapitres va croître. 

 

Sa vivacité aujourd'hui - 25 Grands Chapitres Généraux dans le monde réunis au sein du Comité Ramsay - doit beaucoup à la capacité de ces acteurs des premières années à dépasser leurs contradictions pour se réunir. 

 

 

 

Sceau du Grand Chapitre Général.

Sceau du Grand Chapitre Général.

 

La partie "Grands Témoins" et "documents d'époque".

Cette partie nous offre les témoignages de frères qui nous redonnent leurs lectures des évènements qu'ils ont vécu. Peut-être est-il encore un peu tôt pour "fixer" l'histoire des acteurs, peut-être que le recul n'est probablement pas encore suffisant pour comprendre totalement comment les apports des uns et des autres, particulièrement dans leurs diversités, voire leurs contradictions, ont permis de reconstruire le Grand Chapitre Général.

 

Les Gourdot, Lapereyre, Lefevre, Plumet, Porset, Pourpour, Pozzo di Borgo... et avec eux, successivement dans l'exercice de leurs fonctions de Grands-Maîtres, Philippe Guglielmi et Alain Bauer. Cet ouvrage retrace leurs parcours dans ce moment historique où ils ont redonné au Grand Orient de France la juridiction de son rite de fondation. 

Respect et reconnaissance à ceux qui nous ont quitté pour rejoindre "l'Orient Eternel".

 

Une réelle incompréhension de certains "oublis".

Dommage toutefois de n'avoir pour certains frères que des noms incomplets. Certes, il n'est pas très sorcier de les reconstituer, ces noms... mais c'est dommage.

 

Dommage également de constater un silence (presque) total sur la période 2002-2010... C'est d'autant plus dommage que c'est sur cette période que les bases du développement du GCG, tant aux plans national qu'international, ont été construites.

Quelles que puissent en être les raisons, on peut se poser la question de savoir si, lorsqu'on a joué un rôle dans l'histoire, on est en droit de refuser qu'il soit mentionné ? 

 

Une suite à cette partie nous rendra peut-être ces "oublis"... 

 

 

L'iconographie.

 

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Elle est puisée dans les collections du musée de la franc-maçonnerie et dans les fonds personnels de certains frères. Elle met en relief à la fois les sources, les origines du Rite et les créations qu'il a inspirées. 

 
Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Le bijou de Roettiers de Montaleau, décliné sur le thème : "d'hier et d'aujourd'hui".

 

En effet, ce bijou est la marque des élus nationaux du Grand Orient de France. On le retrouve sur les sautoirs des Conseillers de l'ordre, sur les sautoirs des membres de la Chambre d'administration du GCG et des titulaires du V° Ordre.

 

Sur cette photo, il s'agit dans une déclinaison moderne du bijou des membres de la Grande Chancellerie, préfets du V° Ordre.

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Chaque membre du GCG se voit attribuer un "bref" qui récapitule les différentes étapes de son cheminement.

 

Ici, deux exemples qui concernent des frères ont les témoignages figurent dans l'ouvrage.

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

Les "pontons" étaient les bateaux désarmés qui servaient de prisons aux soldats français fait prisonniers par les anglais. Nombre d'entre eux étaient francs-maçons. Nombre de leurs geoliers aussi, via les "loges militaires" sous l'Empire. Il y avait une certaine activité maçonnique dans ces "pontons".

Le musée de la rue Cadet possède des "bijoux de pontons" assez élaborés mais réalisés avec des moyens de fortune...

 

Une idée cadeau pour Cette fin d'année.

Les Ordres de Sagesse du Rite FrançaisCécile Révauger et Ludovic Marcos

chez Dervy. 23 €.

chez Amazon 

et dans votre librairie habituelle

 

Révauger et Marcos : Les Ordres de Sagesse du Rite Français

 

Gérard Contremoulin

_________________________________________________________

Gérard Contremoulin

_________________________________________________________

Commenter cet article

Aristot57 14/12/2015 18:05

Excellent. Je commande.

Alexander 14/12/2015 09:24

Personnellement je recommande cet ouvrage !
Pour tous ceux qui suivent le chemin des ordres de sagesse du RF, ce livre est une pierre très utile à la compréhension de la résurgence de celui-ci ; simple, clair, limpide, empli de témoignages, il est d'une grande précision et d'une très grande facilité de lecture, ce qui est en soi un tour de force !

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/