Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

25 Apr

Vivre la musique ... populaire.

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Culture - Musique - Théâtre...

Vivre la musique ... populaire.

L'Art, expression des émotions, constitue sous toutes ses formes, l'un des vecteurs de l'universalisme, si tant est que ce mot puisse, aujourd'hui, conserver encore un peu de sens... A ce titre, il ne devrait pas connaître de barrières.

 

Non seulement celles que les peuples contruisent entre eux et qui peuvent parfois céder  sous "quelques coups d'archets" lorsque ceux-ci sont au rendez-vous des luttes d'un peuple vers son émancipation.

 

Rappelons-nous Mstislav Rostropovitch devant le mur de Berlin :

 

Mais il faut aussi évoquer ces barrières que l'on se construit dans la tête et qui bloquent les voies d'accès aux sentiments, à la sensibilité, au coeur...

 

Parmi les différentes formes de l'expression de l'Art, la musique se partage aisément dans des "performances" tout à fait singulières où musiciens (professionnels et/ou amateurs) et spectateurs se retrouvent dans des lieux inhabituels sans que le sens profond de cet Art n'en soit entâché, bien au contraire....

 

En voici quelques exemples.

 

L'Orchestre Debout.

"L'Orchestre debout", puisqu'il s'est ainsi qualifié, ce sont 350 musiciens venus constituer le 20 avril un orchestre symphonique Place de la République et interpréter la Symphonie du Nouveau Monde d'Anton Dvorak. Sur cette place où se vécurent tant de moments essentiels de la vie de la capitale, tout un symbole !

 

 

Pourquoi parler de barrières dans un tel moment ?

Place de la République... Il n'en fallait pas moins pour que tous ceux chez qui transpire la haine devant tout ce qui peut rappeler, de près ou de loin, (voire même de très loin) "Mais 68", ne trouvent-là qu'à n'exprimer que dégout et critiques.

 

C'est ce qui s'est produit ce 23 avril, dans un bien curieux échange sur Facebook à propos de ce concert. Je place sur ma page personnelle un post intitulé "La Musique debout". S'ensuit un échange de commentaires ahurissants où les arguments sont parfois totalement décalés, voire carrément odieux comme la comparaison de cet orchestre avec  ceux qui, constitués de force par les nazis avec d'autres déportés, accueillaient les convois avant qu'ils ne se dirigent vers les chambres à gaz !!!

 

Je regrette la teneur de cet échange. Mais je le publie ici car il ne me semble pas possible de laisser de tels propos sans réaction. Je précise enfin que ma page personnelle étant totalement publique, de même d'ailleurs que le groupe éponyme de ce blog, chacun des contributeurs sait en y déposant ses commentaires que ceux-ci sont également publics.

Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.
Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.

Copie d'écran de ma page Facebook du 23 avril 2016, page totalement publique.

Oui, j'en regrette la teneur.

On peut être en désaccord avec le contenu des discussions, voire avec le concept lui-même de "Nuit Debout", sans pour autant passer à coté de ce que représente l'organisation d'un tel concert. Etre conduit à écrire, poussé probablement par l'envie de tout justifier, que "la musique c'est la mort" traduit une grande méconnaissance, une sorte de déni de l'expression musicale.

 

Autant chez une certaine droite que chez une certaine gauche, il semble "politiquement correct" de tenir l'Art à distance respectable. Ou, en tous cas, l'expression libre de l'Art, celle où s'exprime la culture des peuples, autant leurs aspirations profondes que leurs joies immédiates.

 
 
La musique pour tous.
Or, il existe maintes manifestations, maintes "performances" pour faire partager la musique au grand public. Des situations où l'art sort des murs des salles de concert, des conservatoires, des lieux clos pour se vivre là où sont les gens, dans la rue, dans les centres commerciaux, dans les gares !
 
 
Je vous en propose un petit florilège.
 
D'abord sur le thème de Peer Gynt de Grieg
 

Puis à la manière d'une nouvelle "controverse", à Valladolid, dans la bibliothèque publique...

 

 

La SNCF a initié un programme d'accueil de la pratique de la musique en mettant un piano à disposition dans plus d'une centaine de gares. C'est le programme "A vous de jouer !"

 

 

 

L'Orchestre National de France avait réalisé l'an dernier un programme permettant à une centaine de musiciens amateurs de préparer un concert encadré par quelques professionnels répartis dans chaque groupes d'instruments. C'était le programme "Viva l'Orchestra"dont nous avons rendu compte ici.

 

Dans le flashmob suivant, nous retrouvons à la tête de l'orchestre national d'Ile-de-France qui joue Gare Saint-Lazare, le même chef... Christophe Mangou. 

 

Et pour conclure, comment ne pas reprendre cet hymne dont il existe un certain nombre de flasmobs...​

Et puis bientôt, la Fête de la Musique.​

Vivre la musique ... populaire.

Souhaitons que, sur fond d'état d'urgence et de ses mesures de sécurité, le maire de Toulouse ne fasse pas école. Jean-Louis Moudenc envisage, très sérieusement, de ceinturer la Place du Capitole de cordons de sécurité afin de l'interdire à qui ne se serait pas préalablement inscrit...

 

A Toulouse, ce n'est pas la Musique qui "marche au pas" mais les hommes, et plus spécialement cet homme-là, très précisément ! Qu'en penserait celui pour qui, à Toulouse, "même les mémés aiment la castagne" ?

 

Claude, reviens, ils deviennent fous !

 

Gérard Contremoulin

________________________________________________________

Commenter cet article

Philippe DEBAY 28/04/2016 13:20

C'est vrai Gérard je faisais référence aux commentaires insérés.
Quant au sujet
Je me permets d'élargir le débat en faisant remarquer que la musique ne fait pas que décorer des manifestations essentiellement politiques impulsées par une partie de la population située dans les grandes villes.
Elle embellit aussi les villes et zones périphériques, anciennement industrialisées, laissées à leur très modeste et humble avenir.
Nombre de citoyens y sont non seulement auditeurs mais aussi musiciens voire … danseurs … multiplications des dancings pour tout âge !
Il suffit de parcourir les journaux locaux ... de la petite province des gens de peu ni étudiants ni héritiers …
Au fait les étudiants feraient bien de reprendre le travail les examens approchent et la poignée gourous/meneurs de la Place de la République ne leur seront d'aucun secours !
Bon mon commentaire fait rabat-joie voire casse machins
mais … j'ai constaté au cours de mes plus de 60 ans de conscience politique (comme on dit) que les partis politiques importants cooptaient quasi systématiquement des meneurs et offraient des emplois politiques rémunérés à ces meneurs des mouvements dits de la société civile.
Ces derniers en manifestant et en occupant les micros préparent efficacement et prosaïquement leur avenir mais leurs innombrables suiveurs y perdent leur temps et sont les dindons de la farce.
Papi a dit ce qu'il pensait
Amen

Philippe DEBAY 27/04/2016 20:04

"Nuit debout" vu d'ailleurs :

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2016-04/27/content_38337929.htm#

Sous la Voûte étoilée 28/04/2016 10:21

On remarquera que mon article traite surtout de ce que représente la constitution d'un orchestre symphonique de 350 instrumentistes (professionnels et amateurs mêlés) et du mouvement que cela représente en terme de popularisation de la musique vis à vis d'un public qui n'y est pas spontanément acquis. C'est la raison pour laquelle j'y ai joint des initiatives qui procèdent de la même veine.
"Nuit Debout" n'est pas, là, mon propos...

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/