Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

02 Jul

E comme Emotion

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Dico

E comme Emotion

Emotion :

agitation de l'âme accompagnée parfois d'un trouble psychologique. Emotion esthétique : celle que fait naître la beauté ou les situations pathétiques. 

Agitation populaire qui annonce une disposition au soulèvement, à l'émeute (dictionnaire Quillet).

On retrouve ce même distingo dans le Littré... 

 

Nous connaissons tous cette "agitation" lorsque nos sens sont sollicités, plus ou moins fortement, par tel ou tel élément de notre environnement. Que ce soit un acte de la vie quotidienne, une sensation, la contemplation d'un tableau, d'une photo, l'écoute, volontaire ou non, de tel morceau, de telle parole, de tel son, etc... Ou bien encore par la participation, fortuite ou volontaire à une action collective...

 

Nous connaissons aussi ce "trouble psychologique" qui accompagne cette sensation. Nous savons aussi qu'il est à la base de maints désordres de la personnalités, désordres qui alimentent les carnets de rendez-vous des psychanalystes.   

 

Nous connaissons aussi cet émoi qui secoue les plus solides armures et qui le plis souvent les fissure.

 

Confrontation.

L'émotion crée un pont entre un individu et son environnement. Elle établit un rapport, non délibéré, difficilement maitrisable, entre l'individu et les éléments externes de sa vie. Elle provoque une confrontation entre l'extérieur et l'intérieur de la personne, stimule sa sensibilité et traduit (trahit) la relation qu'il établit avec le monde extérieur. L'émotion est comme la langue d'Esope, la meilleure comme la pire des choses. Elle élève vers les plus hauts sentiments ou tire vers les plus bas instincts...  

 

C'est ce que l'on ressent !

 

Par exemple, lorsque notre intimité d'être humain est placée, sans que nous ayons le temps de déployer notre paravent pudique, devant les prodiges de l'intelligence humaine en matière médicale. Là où s'exerce cette perspicacité dans la puissance de la détermination humaine devant ce qu'elle refuse de considérer comme inexplicable, comme indépassable ...
 
C'est le cas de cette récente diffusion du reportage de Michel Cymes sur "Les premiers pas de la pédiatrie"... et le cas des "enfants bleus" d'Hélène Taussig, Alfred Blalock et Vivien Thomas, le technicien de salle d'opération... ce 29 novembre 1944... Chiche que vous n'y résisterez pas....
 

Plusieurs séquences à découvrir qui stimulent la sensibilité...

 

L'émotion et la contemplation du Beau.

L'émotion témoigne de la sensibilité d'un individu au sentiment du Beau.

La contemplation d'une création, d'un "objet" culturel, place nottre sensibilité devant un choix essentiel : soit adhérer, c'est-à-dire aller vers l'oeuvre, soit ne rien éprouver à son contact et se replier sur soi. Cet effet d'aimant qu'une oeuvre exerce sur nous renvoie à la prédisposition naturelle de l'Homme pour l'altérité. Mais, aiguillonnée par le sentiment du Beau, cette prédisposition aiguise nos sens jusqu'à provoquer une réaction très primaire d'adhésion immédiate ou de rejet profond.

 

 Qu'y pouvons nous ?

 

Jules Massenet a composé un chef d'oeuvre de sensibilité avec sa "Méditation de Thaïs". Les plus grands violonistes s'y sont illustrés. Que dire de Masha Marshon, 11 ans...

Masha Marshon

Renaud Capuçon

Anne-Sophie Mutter

Maxim Vengerov

Sensibilité et sensiblerie.

Comme tout sentiment, il existe deux faces à la médaille, l'authenticité et la fausseté. Nous retrouvons l'être et le paraître. On peut jouer avec les sentiments. On peut même jouer les sentiments. N'est-ce pas tout l'art du comédien de pouvoir faire volontairement, délibérément ce que tout le monde fait inconsciemment...

 

L'émotion en revanche peut difficilement être feinte. Nous connaissons cette curieuse sensation que provoque une grande émotion sur notre système pileux, notamment sur les bras...

 

J'avoue en être "victime" à l'écoute de cette "Méditation de Thaïs" mais aussi de la version Berlioz de "La Marseillaise". Que ce soit lors de cérémonies officielles, de concerts du 14 juillet ou à l'occasion de manifestations de solidarité.

ou cette version de l'Ecole Polytechnique...

ou encore, par solidarité et en hommage aux victimes des attentats en France, les supporters des deux équipes au stade de Wemblay, avant le match France-Angleterre...

Ou bien encore, par ces temps de doute devant cette conception d'une Europe qui ne réussit qu'à faire vaciller les peuples, cette interprétation "grandiose" de l'Hymne à la Joie de la IX° Symphonie de Beethoven...

Enfin, cette version du "Highland Cathedral", en l'honneur de l'Ecosse dont nous pourrions avoir l'occasion, ici, en 2017 de souvent parler...

Gérard Contremoulin

__________________________________________________________

Commenter cet article

Joaben 04/07/2016 18:09

"cette interprétation "grandiose" de l'Hymne à la Joie de la IX° Symphonie de Beethoven..."
en effet ... on attend quoi, pour la mettre plus souvent en avant ?

Sous la Voûte étoilée 04/07/2016 23:51

Je le fais régulièrement ici...

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/