Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

31 Jul

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Mémoire

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Raoul Villain aura eu raison de l'Homme de Paix qu'était Jean Jaurès le 31 juillet 1914 à 21h40 au restaurant des journalistes "Au Café du Croissant", à l'angle de la rue Montmartre et de la rue du Croissant.

 

 

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Le lendemain éclatait la 1° guerre mondiale !

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Les obsèques de Jean Jaurès se déroulèrent le 4 aout.

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Le procès de Raoul Villain. 

Il eut lieu après la guerre dans un contexte de patriotisme revanchard où les pacifistes sont considérés comme des "ennemis de l'intérieur".

 

Six jours de débat et un délibéré d'à peine une petite heure, au terme desquels il fut acquitté... et la veuve de Jean Jaurès, condamnée aux dépens !

 

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Ce procès a fait l'objet de beaucoup de commentaires (par exemple ici, ici, ici, ici), de reconstitutions, dont celle du barreau de Paris, de livres, de films et cette chanson de Jacques Brel :

La panthéonisation.

Les restes de Jean Jaurès ont été transférées au Panthéon le 23 novembre 1924.

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Le Café du Croissant.

Ce café existe encore aujourd'hui et l'on peut y lire cette plaque commémorative, devant laquelle se déroulent régulièrement des hommages au fondateur du journal "L'Humanité", qui fut aussi l'un des architectes de la réunion des socialistes dans la SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière) en 1905.

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.
Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Un message toujours d'actualité.

Jean Jaurès reste le combattant inépuisable de la paix par la réunion des peuples. Cette réunion tellement mise à mal aujourd'hui, de part et d'autre des frontières de l'Europe.

 

La vague d'attentats djihadistes qui frappe la France, l'Allemagne après la Belgique doit nous faire réfléchir sur cette réunion des peuples que souhaitait Jaurès. Il souhaitait avant tout qu'ils puissent accéder à la "République sociale" où toutes les femmes, tous les hommes puissent occuper une place à égalité de droits et de devoir, puissent prendre leur place dans le fonctionnement des institutions sociales et politiques. Et il pensait que le territoire sur lequel elle se construirait était l'Europe de l'Epoque, celle envisagée par Léon Bourgeois et la Société Des Nations (SDN).

 

Assassiné le 31 juillet 1914 par un débile mental que les nationalistes ont habillé en héros-patriote, Jean Jaurès peut incarner, si nous le souhaitons, ce combat que nous devons mener contre le djihadisme impulsé par Daesh. Mais ne nous y trompons pas ! Loin d'être une "guerre des civilisations", cette série d'attentats montrueux sont commis par des individus en perte de repères, ayant eu, pour la plupart d'entre eux, à voir avec les hopitaux psychiatriques...

 

Sans minimiser l'ampleur des menaces qu'ils font peser sur notre vie quotidienne, sur nos activités, il ne faut pas surestimer non plus la nature de la cause. Et c'est toute l'ambiguïté de l'usage du mot "guerre" et du mot "terroriste". Christiane Taubira, dans un récent article, aborde avec pertinence cette question. Quel est l'ennemi ? Quelles sont les alliés ( les nôtres et les leurs) ? Quelles sont les revendications à la source du conflit et qui pourraient servir de base à sa résolution, etc.  

 

De même, attention au mot "terroriste". Un terroriste est aussi un "résistant", selon le coté duquel on se place pour apprécier ses actes. Dans le cas de Daesh, les djihadistes résistent à quoi ? Pour défendre quelle idéologie ? Pour servir et construire quel idéal ?

 

Non, nous ne sommes engagés dans une "guerre", nous sommes confrontés à des attentats commis par des individus qui ont tous accepté de mourir pour une cause qu'ils ne connaissent pas...

La sortie de ce cauchemar n'est pas en vue. C'est dire s'il nous faut bien en analyser les causes, les développements et ne pas se tromper d'adversaire.

 

N'oublions pas qu'au premier rang des victimes, il y a les musulmans... C'est pourquoi à Saint-Etienne du Rouvray, ils ont été parmi les premiers à venir soutenir les catholiques et à les assurer de leur compassion après l'assassinat du prêtre Jacques Hamel.

 

D'abord la République.

Et n'oublions pas, non plus, que ce n'est pas dans la soustraitance aux communautés religieuses de la question des attentas djihadistes que la République pourra se sortir d'affaire. Surtout pas. C'est d'ailleurs la teneur des propos du maire de Saint-Etienne du Rouvray dans la cérémonie que la commune à organisé et qui s'est déroulée avec beaucoup de dignité...

 

La voie ouverte par Jean Jaurès trace des perspectives qui peuvent nous mobiliser.

Acceptons de nous y engager.

 

Il y a 102 ans, Jaurès était assassiné.

Gérard Contremoulin

_________________________________________________________

Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/