Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

27 Jun

Michel Koenig et le "négationnisme" du 24 juin 1717...

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

Michel Koenig et le "négationnisme" du 24 juin 1717...

Voici un texte de Michel Koenig. Il ouvre une "dispute" avec notamment Roger Dachez, sur cette question.

Les colonnes de Sous la Voûte étoilée vous sont bien évidemment ouvertes pour de prochains développements...

 

Gérard Contremoulin

___________________________________________________

 

« Il ne s’est rien passé le 24 juin 1717 » est la nouvelle légende négationniste qui remet en cause la fondation de la Grande Loge de Londres et de Westminster. Elle disqualifie le récit des évènements fait par James Anderson dans la réédition de 1738 des Constitutions de la Grande Loge « unique » d’Angleterre.

 

Ce discours est depuis trop longtemps celui de la maçonnerie « ancienne » pour que sa reprise lors de l’année anniversaire des 300 ans de la fondation de la première grande loge soit un effet du hasard.

 

Il se dit maintenant que le pasteur James Anderson n’était pas quelqu’un de très honnête, qu’il avait été suspecté de plagiat pour son livre sur la généalogie et que son récit de 1738 n’est donc pas très crédible. C’est l’hôpital qui se « f…t de la charité » ! Depuis des décennies, on nous rabâche que les Constitutions de 1723, sont celles d’Anderson. On le redit dans le rituel d’ouverture du Français, sans doute pour mieux passer sous silence le rôle joué par Desaguliers. Et maintenant on nous s'aperçoit, quand ça arrange, que ce n’est pas un personnage crédible.

James Anderson

James Anderson

Cette « légende » s’appuie notamment sur la « découverte » que la Loge « Au pommier » avait cessé son activité au moment de la fondation. Mais c’est ignorer la façon dont Jean-Théophile Desaguliers a monté son affaire. Il a créé en 1716 la Loge « A la coupe et aux raisons », du nom de la taverne qui se trouvait dans channel row  à 2 pas de chez lui.

 

Cette Loge ne contenait que des « acceptés » dont une bonne moitié venait de la Royal Société et comptait plus de 70 membres, alors que les effectifs des autres Loges ne dépassait pas la vingtaine. On retrouve dans ses effectifs les proches de Desaguliers, James Anderson et George Payne. Elle était manifestement destinée à agréger autour d’elle d’autres Loges pour créer un embryon de Grande Loge. Desaguliers, en fin diplomate, a d’ailleurs laissé les maîtres de Loge des 3 autres Loges prendre les postes principaux de la nouvelle Grande Loge pour la 1ère année avant de faire nommer George Payne, Grand Maître pour la 2ème année, puis lui-même avant de reconfier la Grande Maîtrise à George Payne, l’année précédant celle de l’élection du Duc de Montagu.

Jean-Théophile Désaguliers

Jean-Théophile Désaguliers

 

Et d’ailleurs ce sont tous ces anciens Grands Maîtres qui figurent sur la gravure de John Pine servant de frontispice aux Constitutions de la nouvelle Grande Loge. Ce dessin montre la passation de pouvoir entre Montagu ancien Grand Maître et Wharton, nouveau Grand Maître, qui après une tentative ratée de déposer le Duc de Montagu, ne voit son élection confirmée le 17 janvier 1722/3 (quantième de l’année en calendrier julien et grégorien : les 2 chiffres figurent sur la promulgation), que par le retrait du Duc de Montagu. Derrière Wharton, on voit Anthony Sayer premier GM facilement reconnaissable car on a un portrait de lui, Desaguliers et Payne. Cela fait 4 anciens GM dont un qui a fait 2 ans 1722-5 =1717 ! Et on retrouvera même plus tard dans les archives de la Grande Loge une demande de secours de Sayer qui lui a été accordée au motif qu’il avait été le premier Grand Maître !

Michel Koenig et le "négationnisme" du 24 juin 1717...
Michel Koenig et le "négationnisme" du 24 juin 1717...

 

Et d’ailleurs ce sont tous ces anciens Grands Maîtres qui figurent sur la gravure de John Pine servant de frontispice aux Constitutions de la nouvelle Grande Loge. Ce dessin montre la passation de pouvoir entre Montagu ancien Grand Maître et Wharton, nouveau Grand Maître, qui après une tentative ratée de déposer le Duc de Montagu, ne voit son élection confirmée le 17 janvier 1722/3 (quantième de l’année en calendrier julien et grégorien : les 2 chiffres figurent sur la promulgation), que par le retrait du Duc de Montagu. Derrière Wharton, on voit Anthony Sayer premier GM facilement reconnaissable car on a un portrait de lui, Desaguliers et Payne. Cela fait 4 anciens GM dont un qui a fait 2 ans 1722-5 =1717 ! Et on retrouvera même plus tard dans les archives de la Grande Loge une demande de secours de Sayer qui lui a été accordée au motif qu’il avait été le premier Grand Maître !

Il y a d’ailleurs bien d’autres documents historiques que les Constitutions de 1738 qui attestent de la réalité de la fondation de 1717. Ils sont cités par de nombreux historiens connus de la Franc-Maçonnerie, comme Claude Antoine Tory dans « Acta Latomorum », (1815),

 

https://books.google.fr/books/content?id=vR1BAAAAcAAJ&hl=fr&pg=PA17&img=1&zoom=3&sig=ACfU3U1myOwiEtVp4fbO7MPb5_eYE4gC3A&ci=29%2C96%2C867%2C537&edge=0

 

ou Achille Ricker qui écrit notamment dans Histoire de la franc-Maçonnerie en France (1967) : «  Parmi les hommes qui sont là, autour du nouveau Grand Maître, figurent en fait tous ceux qui sont en fait les fondateurs connus de la Franc-Maçonnerie nouvelle : Le pasteur  Jean-Théophile Desaguliers,  James Anderson, George Payne, Jacob Lamball, King, Calvert, Lumley, Goston Madden » et plus près de nous Ric Berman dans  « The foundations of Modern Freemasonry » (2012)

Mais au fond le témoin le plus crédible des évènements de 1717 n’est-il pas Laurence Dermott lui-même, fondateur et Grand Maître de la Loge des « Maçons Anciens et Acceptés » ? Dans sa lettre de 1778 qui accompagnant la 3ème réédition de son ouvrage de référence « Ahriman Rezon » l’équivalent pour les « Anciens » des Constitutions de 1723, il écrit: « Lors de l’année 1717, quelques joyeux compagnons qui n’avaient passé que par un seul grade de la Confrérie, …, résolurent de former une loge pour rechercher, en se communiquant entre eux, ce qui leur avaient été autrefois enseigné ; Se proposant d’y substituer, quand la mémoire leur manquerait quelques autres innovations ce qui à l’avenir devait passer pour de la Maçonnerie. »

Ces « joyeux compagnons » étaient, Desaguliers, Gofton, King, Calvert, Lumley, Madden, de Noyer et Vraden, selon la citation que Dermott fit des propos du  F\ Thomas Grinsell, tenus en 1753.  Mais ce dernier ajoutait, prenant justement le contre-pied de Dermott, que « c’étaient des hommes ingénieux auxquels le monde était redevable de l’invention de la maçonnerie moderne ».

 

Michel Koenig et le "négationnisme" du 24 juin 1717...

C’était certes pour mieux la tourner en dérision, mais cela constitue néanmoins une reconnaissance du fait, venant d’un homme dont ne peut guère douter de l’impartialité à l’égard des « Modernes ».

Il y a donc gros à parier que cette « légende urbaine » du « il ne s’est rien passé en 1717 »  se dissipera comme rosée au soleil quand 2017 se terminera, mais elle aura contribué à ce qu’on ne parle pas trop du 300ème anniversaire des « Modernes ».

 

Michel Koenig

_________________________________________________________

Commenter cet article

Peter Buwww.franc-maçonnerie-moderne.com 13/07/2017 19:15

P.S. Pardon pour la faute dans le nom de Royal Academy.

Peter Bu 13/07/2017 18:12

Roger Dachez ne nie pas franchement la création de la Grade Loge de Londres le 24/6/1717. Par contre, il la considère comme un événement sans grande portée. Dans son interview dans l'émission de Daniel Morfoisse "Divers aspects de la pensée contemporaine" (1), il affirme :

« (La maçonnerie moderne existe) « probablement à partir de 1721 quand on a élu le premier Grand maître noble qui est le Duc de Montagu, donc successeur prétendu d'Anthony Sayers, mais en fait probablement le vrai premier Grand maître de la Grande Londres, la maçonnerie londonienne a commencé à changer de nature. On a dit tout à l'heure que c’étaient quatre petites loges avec des gens de très modeste extraction et voilà qu'ils placent à leur tête le Duc de Montagu qui est familier du roi et qui est l'homme le plus riche d'Angleterre. »

Pour souligner que la « vraie » maçonnerie est née avec l'arrivée d'un duc très riche familier du roi, il ajoute : « Et d’ailleurs le Duc de Montagu est membre de la Royale Society et on s’aperçoit que lorsqu'il arrive à la Grande maîtrise, probablement c'est le premier vrai Grand maître, on va trouver dans une ou deux loges londoniennes ce qu'on n'y avait jamais trouvé, c'est à dire il va y avoir des wagons entiers, si on peut s'exprimer ainsi, de membres de la Royal Society, de savants, de philosophes, de militaires, de grands administrateurs, d'aristocrates qui vont arriver dans les loges maçonniques où on n'aurait jamais imaginé qu'ils arrivent (…) et l'agent recruteur a sans doute été Jean Théophile Desaguliers (…) qui est le premier collaborateur de Newton, président en exercice de la Royal Society. »

Dachez pense que la venue du Duc de Montagu à la tête de l’obédience anglaise résultait d'un projet de la royauté. Pourquoi et comment son élection à la Grande maîtrise aurait-t-elle été « favorisée » par la Royal Academy, avec Newton et son secrétaire Desaguliers en tête ? D'ailleurs, avait-elle besoin d'être « favorisée » ? Le Duc de Montagu « qui, comme par hasard, dans un de ses premiers actes verse une somme considérable au fond de solidarité de la Grande loge lors de son élection », n'a-t-il pas simplement acheté sa Grande maîtrise ?

Si, enfin, la réunion des quatre loges londoniennes du 24 juin 1717 était si insignifiante par rapport à la « vraie » franc-maçonnerie, née en 1721, pourquoi alors tous ces princes de sang et de savoir de la Grande loge « qui, entre temps, est devenue quelque chose d'important » « accordera au « très modeste » Antony Sayers secours financier en souvenir du fait qu'il avait été le premier Grand maître » ?

Pendant les dernières décennies du XVIIe et le début du XVIIIe les scientifiques et les philosophes anglais cherchaient à réunir en un corpus unique les connaissances antérieures disparates de toutes les civilisations précédentes. Réunir, promouvoir et les rendre disponibles pour une ré-appropriation active car ils trouvaient dans ces savoirs une source d'inspiration inépuisable. Ils le sont encore aujourd'hui pour nos chercheurs.

Dans les méandres de recherches ésotériques (dont Isaac Newton était un fervent, mais secret admirateur) ils ont découvert la puissance des symboles. Tout cela les a probablement amenés à imaginer une méthode de travail fondée sur l'initiation, condition indispensable d'utilisation des rituels qui peuvent ouvrir les portes de ces trésors cachés.

La création de la première obédience maçonnique, survenue à Londres le 24 juin 1717, a peut-être été la dernière goutte dont ils avaient besoin pour faire déborder le vase. Ils a sans doute fallu un peu de temps avant que ce « non-événement », créé par « des gens d'extraction modeste » (toutes les citations sont de Dachez), arrive jusqu'à leurs oreilles mais ils ont compris que ce modèle de petites unités d'hommes réunis en un système commun pouvait leur permettre de faire essaimer leur propre projet dans toutes les couches de la société. Ils y ont trouvé le socle de la pyramide et cinq-six années plus tard Désaguliers, secrétaire personnel de Newton, a publié avec l'aide du scribe Anderson les Constitutions qui portent le nom de ce dernier (peut-être parce que leurs vrais auteurs de la Royal Academie ne voulaient pas intimider les destinataires de leur invention).

Un détail : Duc de Montagu qui a côtoyé Newton à la Royal Academie, a aussi été amant d'une nièce de ce dernier. Occasion de plus pour discuter de leurs convictions intimes.

(1) https://www.franceculture.fr/emissions/divers-aspects-de-la-pensee-contemporaine/divers-aspects-de-la-pensee-contemporaine-330

Colette Steyrol 28/06/2017 01:48

Finalement, qu'ils se soient réunis pour boire un coup ou pour dire : "- allez, on est 4 et au lieu de faire une belote, on va fonder la meilleure maçonnerie anglaise du monde !", on s'en tape, non ? ça ne change rien à l'affaire et de toute façon, on ne pourra prouver ni une chose, ni son contraire...
Alors, continuons, nous, à être la meilleure maçonnerie française du monde, continuons à nous soucier de la reconnaissance anglaise comme de notre premier tablier, et que ce tricentenaire soit l'occasion de vider quelques godets en fraternité.
BBB

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/