Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

13 Jul

Radicalisation et emprise 1/4, par Catherine Picard.

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Dérives sectaires

Radicalisation et emprise 1/4, par Catherine Picard.

Voici une contribution adressée par Catherine Picard, présidente de l'UNADFI, ancienne députée de la 5° circonscription de l'Eure (XI° législature 1997-2002), rapporteure et co-auteure de la loi  About-Picard

 

1/4 : Une situation de violence et de choc culturel.

2/4 : La radicalisation.

3/4 : L'emprise mentale.

4/4 : "Désappartenance", désengagement, "déradicalisation".

 

 

Nous sommes devant une situation de violence et de choc culturel qui nous sidère, déchaine des affects et une incompréhension qui nous maintiennent dans une forme d’impuissance, une difficulté à répondre plus qu’une incapacité. Et ceci dans un contexte d’urgence et de répression où le rôle de chacun doit être respecté. En ce qui concerne la prévention, il y a besoin de temps pour élaborer de nouveaux outils face à une situation qui s’accélère et qui semble-t-il va perdurer. Il faut pouvoir expliquer et comprendre, sans stigmatiser ni dramatiser des comportements ou des adhésions à un système de valeurs qui nous est méconnu.

 

On ne peut parler d’expression de la violence sans faire un focus sur l’actualité politique des 30 dernières années. Nous voyons que les terrains du Moyen-Orient et des Balkans ont été les laboratoires d’une radicalisation d’où sont nés, en deux générations, des mauvais génies influençant les combattants d’aujourd’hui.

 

Depuis trois ans, le vocabulaire servant à qualifier les phénomènes d’adhésion à un corpus de croyances, à une idéologie radicale, évolue et commence à se préciser. Le manque d'homogénéité du vocabulaire suscite des confusions avec pour conséquence des réponses inappropriées. Nous nous sommes donc attachés à un travail de définition.

 

 

Organisation djihadiste et secte : des similitudes

 

« L’observation des mouvements sectaires permet de retenir majoritairement les caractéristiques suivantes : le groupe développe une idéologie alternative radicale, exclusive et intolérante. Sa structure est autoritaire et autocratique, sous la forme d’un gourou vivant ou d’une organisation bureaucratique héritière du message. Il revendique une référence exclusive à sa propre interprétation du monde, qu’elle s’applique aux croyances, aux données scientifiques, à l’éthique, aux comportements quotidiens, aux rapports interpersonnels, aux moyens pour faire triompher la cause du groupe ».[1]

 

Pour protéger les citoyens des dérives sectaires, la législation française a adopté la loi About-Picard du 12 juin 2001, tendant « à renforcer la prévention et la répression des mouvements à caractères sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales »[2].:

Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse (…) d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire cette personne à un acte qui lui est gravement préjudiciable.

 

Cette loi s’inscrit dans la logique des atteintes à la dignité de la personne et donne une définition juridique de « la secte » constituée par :

 

- La situation de faiblesse ou de vulnérabilité : un « état de sujétion psychologique ou physique »

 

- L’intentionnalité : cet état « résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement »,

 

- Les préjudices : « pour conduire cette personne à un acte qui lui est gravement préjudiciable ».

 

On peut établir des comparaisons avec des phénomènes religieux similaires dits sectaires. Ainsi, « Les méthodes de conversion sont semblables à celles des Témoins de Jéhovah. Le contact humain d’abord : le placement d'un livre ou d'un périodique dans de nouvelles mains, décrivant la fin inexorable du monde annoncée par la Bible. […] Puis l’incitation à lire et à étudier les publications de « l’Association ».

Ces livres emplissent l'esprit du candidat de leur phraséologie et de leur enseignement jusqu'à ce que ce dernier parle et pense comme le veulent les tribuns « théocratiques » du quartier général. […] On devient « proclamateur du royaume », donc prosélyte. Certaines sectes proposent souvent aux adeptes l'auto-déification, c’est le principe même de l’Imam autoproclamé. » […]

« C’est une sœur au lycée qui m’a parlé de religion et c’est elle qui m’a ouvert la voie du minhaj (la vraie voie) ». [3]

 

Comme dans certains mouvements sectaires il n’y a pas de gourou mais des dirigeants « gardiens de la doctrine ». Si le croyant contacte des référents par des moyens modernes de communication sans jamais les rencontrer, Internet n’est cependant jamais la source exclusive de recrutement, il y a toujours un contact humain.

 

Comme dans les mouvements évangéliques, l’engagement dans une nouvelle communauté doit être prosélyte. Le nouvel adepte accède à une élite composée « d’élus », en l’espèce de « vrais croyants » destinés à éclairer et sauver le monde. Il veut participer à la construction d’une nouvelle communauté universelle mythique et fantasmée : le califat.

 

Le salafisme, base de l'organisation djihadiste, appartient à la communauté des sectes apocalyptiques et fondamentalistes. Le fondamentalisme est historiquement lié aux courants réactionnaires protestants opposés à l’exégèse scientifico-historique produite par les intellectuels luthériens et calvinistes. Ces courants s’attachent à une lecture et une interprétation littérale des textes quitte à effacer toute trace de leur évolution : « Je dis ce que dit le texte et tu dois t’y conformer ».

 

« Le fondamentalisme religieux refuse les valeurs fondées sur la centralité de l’individu et de sa liberté dans tous les domaines (famille, sexualité, procréation…) mais ne débouche pas forcément sur la violence politique. »[4]

 

La force du fondamentalisme est de proposer un « kit » de textes interprétés en fonction des besoins, une réponse à tout, sans doute ni questionnement possible. Il fournit en quelque sorte une « prothèse identitaire » clef en main.

 

 

 


[1] A.Fournier, M. Monroy, La Dérive sectaire, PUF, 1999

[2] Article 223-15-2 du Code de procédure pénal

[3] P. Conesa, Quelle Politique contre la radicalisation en France ?, Fondation d’aide aux victimes du terrorisme, 2014

[4] O. Roy, Le djihad et la mort, Seuil, 2016

 

A suivre...

 

GC

________________________________________________________

 
 
Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/