Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

18 Jul

A propos du prosélytisme fondamentaliste sur le service public.

Publié par Sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Laïcité - Religions, #Valeurs républicaines

Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d'Avignon

Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d'Avignon

Qu'un archevêque développe des propos parmi les plus fondamentalistes, dans la droite ligne des cathos-tradits, n'est en fin de compte qu'une confirmation de la dangerosité de la croyance religieuse.   Mais, qu'il le fasse en direct sur une radio du service public, France Culture, est parfaitement incompréhensible.

 

Dimanche 15 juillet, M. Cattenoz, archevêque de son état, s'est répandu sur France Culture, dans une attaque homophobe particulièrement nauséabonde. Toute la diatribe de la Manif pour tous est au rendez-vous et pour faire bonne mesure, il ose mettre en cause la mémoire de la courageuse inspiratrice de la législation permettant l'avortement, Simone Veil.

Merci à Thierry Sessin-Caracci d'avoir signalé cette vidéo.

La Laïcité, une nouvelle fois, pâtit de cette abdication de la volonté républicaine que devrait pourtant illustrer le service public.

 

Au moins, aurait-il été logique que la contradiction lui soit apportée par un commentaire soit d'un journaliste, rappelant par exemple les antécédents de ce Monsieur à propos de la GPA, PMA, mais surtout sur sa mise en cause de la République, soit par un invité laïque, athée ou agnostique. Mais cette pratique du contradictoire, pourtant marque du raisonnement, est absente des usages de France Culture.

 

Pas de prosélytisme religieux sur le service public.

 

En l'absence de contradiction, cette émission apparaît comme un acte prosélyte, ce qui n'est pas acceptable sur le service public.

 

Et pourtant, cela a été accepté. Pourquoi ?

 

Les pouvoirs publics semblent s'orienter vers une vision concordataire des relations entre l'Etat et les religions. Le dialogue inter religieux, prôné par le ministre de l'intérieur avec le soutien de plus en plus avéré du Président de la République, tend à remplacer la logique de séparation des églises et de l'Etat.

 

Serions-nous entrés dans la phase de préparation de l'opinion à des concessions majeures en matière de relations entre Etat et cultes ? Assisterions-nous à la "réparation" du lien dont Emmanuel Macron considérait devant la conférence des évêques de France, qu'il était "abimé" ?

 

Quoiqu'il en soit des développements de la stratégie anti laïque de l'Exécutif, il est urgent de se préparer à le contrer, y compris en cette période estivale.

 

Pour une véritable pédagogie de la laïcité.

 

L'enjeu de la période se situe désormais dans la capacité des humanistes à se relancer dans la bataille des idées, à réinvestir le débat idéologique sur les grands choix de société.

 

En matière de Laïcité, nous devons faire le constat que la manière dont nous en parlons, n'a pas apporté tous les fruits que nous étions en droit d'attendre. Nous devons comprendre que les grandes célébrations de la Laïcité ne s'adressent finalement qu'à celles et ceux qui sont déjà convaincus. Ce sont, bien évidemment, des cérémonies qui font chaud au coeur des militants laïques. Mais force est de constater, si l'on fait un retour sur la dernière décennie, que nos appels à la fraternité, au rétablissement des conditions du Vivre-Ensemble, sont toujours autant nécessaires, montrant par là qu'ils n'ont pas eu l'effet attendu. 

 

Il faut probablement changer notre méthode.

 

Nous ne pouvons plus nous contenter de répéter, nous devons innover, adapter nos explications aux préoccupations de ceux qui sont le plus éloignés de nous. Tout simplement parce qu'ils ne comprennent pas ce que nous essayons de leur dire. Nous devons prendre en compte les spécificités des territoires de la République, de tous les territoires. Refuser l'essentialisation, le différentialisme, n'est pas qu'une position philosophique. Ce sont aussi des attitudes de la vie quotidienne qu'il faut pouvoir déconstruire auprès de ceux qui les pratiquent usuellement comme la seule référence culturelle.

 

De même pour l'égalité entre les femmes et les hommes, par exemple à l'hôpital, dans les quartiers, il faut expliquer en quoi elle est essentielle pour le bien vivre. Nous sommes bien dans la bataille des idées.

 

Les pratiques de l'Education populaire sont certainement à redécouvrir.

 

Voilà le chantier qu'il faut ouvrir. J'aurai l'occasion de vous en dire davantage dans le courant du trimestre de la rentrée.

 

Gérard Contremoulin

_________________________________________________

 

 

Commenter cet article

Jea ne pierre Bacot 08/08/2018 09:59

C'est effectivement scandaleux et le Dominicain qui dirige l'émission doit être dans ses petits souliers.
Cela dit, ces reacs comme les cathos progressistes, sortent de scène
Il faut patienter quelques années et garder ses armes pour les obscurantismes perdurants, voire en développement à savoir, entre autres, le salafisme et le protestantisle évangéliste
Amen

Jean_de_Mazargues 31/07/2018 10:09

Ce prélat ne fait rien d’autre que de rappeler sur un ton désagréable les positions classiques de l’église catholique. Il est évident que, pour les catholiques, le mariage civil entre personnes du même sexe est sans valeur. D’ailleurs, je rappelle que le mariage civil entre personnes de sexes différents est également sans valeur pour l’église. Je me demande à cet égard en quoi l’église était concernée par la loi sur le mariage pour tous, qui se situe évidemment en dehors du champ religieux.
Mais ne vois rien d’homophobe dans ce prêche. Certes, ce ne sont pas des propos laïques, mais c’est bien cela la liberté d’expression. France culture diffuse des programmes de l’église catholiques, des protestants, des israélites, des musulmans et même hors religion, des francs-maçons et des laïcards (mis ensemble, on se demande bien pourquoi).
Que veux-tu mon frère, tout interdire, ou seulement l’expression des cathos ? J’ai ma réponse.
Mare, marre, marre de ces francs-maçons qui réduisent la franc-maçonnerie à son plus petit dénominateur commun supposé, une laïcité recuite, étroite, triste et pisse-froid.
Vive la liberté !
(et inutile de venir me chercher sur mon pseudonyme : je suis un fonctionnaire soumis à l’obligation de réserve).

Jean_de_Mazargues 31/07/2018 09:52

Qu'un curé réprouve l'homosexualité, c'est dans l'ordre des choses. C'est une question interne à l'église catholique. Que les catholiques homosexuels se débrouillent avec leurs prélats, c'est leur problème, pas le nôtre. Quant à l'expression de ce prêche sur France culture, la question est de même nature que celle de l'expression de l'Islam, des protestants, des israélites et ... des francs maçons et des libre penseurs qui ont leur petit créneau à 9:42. et où on en entend de belles, également ! Alors s'il faut supprimer la messe radiodiffusée, il faut tout supprimer. C'est ce que tu souhaites ? Quel progrès ! (quant à mon pseudonyme: je suis un fonctionnaire soumis à l'obligation de réserve, donc inutile de venir une nouvelle fois me chercher mesquinement là dessus).

DANIEL 20/07/2018 14:57

je pense que cette attaque contre le service public en général et contre France Culture en particulier n'est pas complètement justifié. en effet sur le site de France Culture on peut lire la lettre de Sandrine TREINER, la directrice de France Culture: adressée au médiateur de Radio France. Oui à la transparence mais allez jusqu'au bout des choses sinon gare aux contres vérités. Voici la réponse :
« Bonjour,

Je vous remercie de votre vigilance à notre écoute. Nous avons la même vigilance, et sommes comme vous extrêmement attachés aux valeurs du service public, valeurs d’ouverture, de respect et de tolérance. Nous avons comme vous réagi aux propos fort déplacés qui ont été tenus sur notre antenne.

Le Cahier des missions et des charges de Radio France prévoit la diffusion de programmes religieux produits par les représentants des principaux cultes. Ces programmes sont diffusés le dimanche matin sur l’antenne de France Culture.

France Culture respecte à la lettre les obligations de service public qui incombent à Radio France, mais ces obligations ne sauraient être une tribune : une tribune pour lancer des appels, juger des choix artistiques du festival d’Avignon, prononcer des avis personnels et violents contre le droit à l’avortement, tenir des propos très inadéquats sur la panthéonisation de Simone Veil, sans compter des allusions inacceptables à des comparaisons historiques hasardeuses.

C’est la première fois, à ma connaissance, qu’une pareille situation se présente et est imposée, en direct, sur notre antenne. Je me suis ouverte de la teneur de l’homélie prononcée par l’Archevêque d’Avignon au producteur de la messe, le frère Jérôme Rousse-Lacordaire qui s’est montré très attentif à mon appel. Je l’ai informé de notre réaction à France Culture, comme de celles de personnes présentes dans la cathédrale d’Avignon dimanche et des nombreux messages d’auditeurs choqués que nous recevons depuis dimanche.

J’envoie un courrier à la Conférence des Évêques de France.

Sandrine Treiner

Directrice de France Culture ».

Sous la Voûte étoilée 22/07/2018 14:50

Il fallait effectivement que cette lettre vienne compléter mon article. Merci Daniel.
On sera attentif au fait que Sandrine Treiner s'appuie sur les réactions de nombreux auditeurs de France Culture, dont cet article procède, pour s'adresser à la fois au médiateur de Radio France ainsi qu'au producteur de la dite messe.

Ladoux 19/07/2018 10:48

La dernière décennie (= 10 années) et non "décade" (= 10 jours). C'est en anglais que decade (sans accent) = 10 ans.

Sous la Voûte étoilée 19/07/2018 10:51

Merci beaucoup

Marc ANCKAERT 19/07/2018 10:12

Ce genre d'article pose la question de ma réaction : poser un j'aime voire un j'adore c'est contraire au sens car bien sûr je suis entièrement d'accord avec l'article. Mettre un "triste" ce n'est pas suffisant, et un "Grrr" il faut préciser que ce n'est pas contre ce qu'écrit le blogueur, mais contre le sujet traité. Donc je précise : IL EST INADMISSIBLE QUE LE PROSÉLYTISME RELIGIEUX UTILISE LE SERVICE PUBLIC.

jean louis BOSSAVIT 19/07/2018 10:07

Mon BAF Gérard,
Je partage totalement ton indignation concernant les propos inacceptables de cet individu. Je partage aussi le constat que tu fais sur ce qu'il faut bien appeler notre échec en matière de Laïcité. Jçee pense qu'il est urgent de regarder cette question profondément sans se jeter des tables de la loi laïques à la face. Si depuis 1905 il n'y avait pas eu autant de multiples entorses et parfois héritées du XVIè siècle et plus..(en poste à Jérusalem j'ai vécu les messes consulaires pour ne citer que ce gag) aux principes simples prévues par nos prédécesseurs, si, si,si...Mais tout cela est là, fait partie du paysage et 2018 n'est pas sociologiquement comme 1905. Ne mélangeons pas tous les problèmes, évitons les procès d'intention et puisque nous sommes sous la voûte étoilée faisons d'abord le point entre nous en évitant la course à la surenchère. Rien que cela ne sera pas facile à conduire et je sais de quoi je parle, mais c'est un préalable indispensable si nous voulons gagner en crédibilité sans laquelle aucune conviction ne peut passer.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)