Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

14 Dec

L'alliance du sabre et du goupillon : le retour ?

Publié par Sous la Voûte étoilée

L'alliance du sabre et du goupillon : le retour ?
L'alliance du sabre et du goupillon : le retour ?

La cote de popularité de l'Exécutif et particulièrement du Président de la République plonge, à la grande satisfaction de ses opposants.

 

Encore faut-il les identifier. L'exercice est édifiant. 

 

Entre les revanchards qui ne rêvent que de destituer celui qui à été élu contre eux et ceux qui ont le sentiment, légitime, d'avoir été abandonnés par les gouvernements de la République depuis une trentaine d'années, il y a ceux qui n'ont qu'une bataille dans le viseur : abattre la République.

 

 

Et ils mènent ce combat, infailliblement, depuis des dizaines d'années.

 

 

Obsolescence du projet républicain ?

 

La vague de dégagisme arrive à point nommé. Certes, elle a porté Emmanuel Macron à l'Elysée et mis hors jeu la quasi totalité des organisations politiques et syndicales. A qui la faute ? Mais justement cette vague leur permet de faire émerger, à la faveur des mouvements contestataires, la légitimité de leur combat : rendre crédible, évidente l'obsolescence du projet républicain.

 

La dangereuse ambivalence des "Gilets-Jaunes" est là. Bien au delà de l'authenticité de la souffrance de beaucoup d'entre eux -et qu'il faut respecter-, les formes que prend leur lutte doivent nous éclairer. A la fois "'jacquerie" là où il y a dénonciation de la saturation des taxes et "sans-culotte" là où il y a volonté de se battre jusqu'au bout au nom "du peuple" et sans représentant, le mouvement défie, finalement, les institutions de la République.

 

Certaines revendications l'explicitent, directement : dissolution du parlement, renversement du gouvernement et toujours, destitution du Président.

 

Le référendum révocatoire, revendication anti républicaine.

 

En démocratie représentative, la durée des mandats est acquise par l'élection. C'est justement là le point de fixation. Et l'idée du référendum révocatoire est mortifère. Outre le fait qu'elle est suicidaire pour ses auteurs -en effet, qui peut penser pouvoir s'affranchir du temps nécessairement long pour obtenir des résultats ?- elle institue l'instabilité institutionnelle qui est l'absolu contraire de la démocratie.

 

Caractère propre des minorités, la volonté de fragiliser le mandat des majoritaires est cependant soit un leurre, lorsqu'ils ont véritablement le projet de constituer une alternative au pouvoir en place soit une supercherie, lorsqu'ils ne l'inscrivent pas réellement dans leurs perspectives. On connait pas mal de structures oppositionnelles qui n'ont surtout pas le projet de construire une réelle alternative politique, ne voulant surtout pas "mettre les mains dans le cambouis".

 

Tel n'est pas le cas de ce qui se profile aujourd'hui.

Plusieurs faits concourent à dessiner un avenir peu enviable pour nos institutions républicaines.

Il faut rassembler les pièces de ce puzzle pour comprendre que cela fait naître une véritable inquiétude quant à la vie démocratique des temps prochains. 

 

Plusieurs protagonistes, plusieurs situations, une menace.

 

Les institutions de la République organisent la complémentarité des fonctions dans la perspective de défendre l'Intérêt Général de la Nation républicaine, cette communauté de destin dans laquelle se retrouvent, à égalité de droits et de devoirs, les citoyens.

 

Ces fonctions "régaliennes" sont placées sous la responsabilité du pouvoir exécutif, c''est-à-dire des autorités civiles que sont le Président de la République et le Premier ministre qu'il nomme.

 

Dans ce contexte constitutionnel, le pouvoir militaire, l'armée républicaine, est placée sous la responsabilité du chef de l'Etat pour des missions de défense à la fois de l'intégrité du territoire national, hexagonal et ultramarin et des intérêts nationaux dans le monde.

 

L'armée de la République est née à Valmy. A la fois comme l'armée "du peuple" et comme de l'armée de la République.

 

Nous entrons, aujourd'hui, dans une autre séquence de notre histoire.

 

Elle est très préoccupante.

 

Des figures émergentes des Gilets-Jaunes, Christophe Chalençon, mérite une attention toute particulière.

 

Il a fait une déclaration sur BFM, qui n'a pas été beaucoup commentée : ici et ici.

 


 

Le Général d'Armée (5*) Pierre de Villiers

Le Général d'Armée (5*) Pierre de Villiers

Elle est pourtant essentielle. Proposer le remplacement du chef du gouvernement par l'ancien Chef d'Etat Major des Armées prend un sens particulier. Certes, le Général de Villiers est désormais en retraite, donc civil, mais ce n'est là que cache-sexe.

Christophe Chalençon
Christophe Chalençon

Christophe Chalençon

Le Général d'Armée Pierre de Villiers.

 

Le principal intéressé, frère cadet de Philippe de Villiers, né Le Jolis de Villiers de Saintignon, ancien CEMA, s'en est évidemment désolidarisé. Mais reconnaissons qu'il l'a fait plutôt "mollement". 

Dans le contexte de la sortie de son livre "Qu'est-ce qu'un Chef" accompagné de la précision qu'il reçoit un réel mouvement de sympathie qui accompagne ses séances de dédicaces, on ne peut remettre au hasard ces éléments de communication, heureusement réunis.

 

Le Général Pierre de Villiers

Le Général Pierre de Villiers


Dans le contexte de la sortie de son livre "Qu'est-ce qu'un Chef" accompagné de la précision qu'il reçoit un réel mouvement de sympathie qui accompagne ses séances de dédicaces, on ne peut remettre au hasard ces éléments de communication, heureusement réunis.

L'alliance du sabre et du goupillon : le retour ?

Mais...

 

Derrière lui se dissimule assez difficilement un mouvement,  créé et soutenu par un général, ancien prétendant à l'élection présidentielle : le Général Didier Tauzin.

Qui est ce Général ?

 

Le général Didier Tauzin est un général de division (3*).

La consultation de sa page Facebook en dit long sur ses perspectives, ses "inspirations", ses allégeances.

Les républicains ne peuvent accepter cette soumission à la loi divine qui prétend se soustraire à la loi de la République.

Là est l'enjeu de la loi du 9 décembre 1905.

 

 

 

"Quant à moi, soldat et homme politique, je m'engage pour le cas où vous, Seigneur Jésus, et vous, Vierge Marie, m'en donneriez l'autorité, à réaliser toutes les demandes que vous avez faites pour la France depuis si longtemps et celles que vous pourriez faire à l'avenir. Je m'y engage quoiqu'il puisse m'en coûter, et vous ici, vous êtes mes témoins."

 

Vidéo à écouter jusqu'au bout... Exercice indispensable pour comprendre...

 

Où l'on voit surgir, notamment,  l'identité politique de ce général : l'un des fondateurs du mouvement des "Volontaires pour la France". 

Outre ces enthousiastes témoignages de déférences et de soumissions aux "vérités révélées", d'un ordre supérieur en tous cas à la volonté des hommes, pourtant le signe distinctif du crédo républicain, les posts du Général Tauzin place celui-ci dans un registre des plus réactionnaires.

 

Ce genre de "profession de foi" ouvre la voie vers la sortie de certains militaires, officiers supérieurs, de leur devoir de réserve. D'autant plus enclin à en sortir, qu'ils sont en retraite. Alors, certains ne s'en privent pas.

 

Un groupe de "généraux en retraite", un quarteron disait-on en d'autre temps, est sorti de sa "réserve" pour signer une pétition contre la politique de l'exécutif Macron-Philippe.

Tout citoyen a le droit, constitutionnellement garanti, de le faire.

 

Le problème est qu'ils signent es-qualité de "général"... 

 

 

L'alliance du sabre et du goupillon : le retour ?

Là est l'alliance entre le sabre et le goupillon.

 

Appel solennel au Président de la République.

 

Alors, M. le Président, cessez de rechercher de vaines alliances avec le goupillon. Elles sont suicidaires. Ces forces ne cherchent qu'à vous éliminer ! 

En créant les conditions de la résurgence de la très réactionnaire alliance du Sabre et du Goupillon, vous favorisez la restauration des relations de l'Ancien Régime entre l'Etat et les religions. Ce n'est pas ce que les citoyens démocrates, républicains, attendent de vous.

En choisissant de voter pour vous au deuxième tour, ils avaient cette exigence : voter pour le défenseur de l'ordre républicain.

 

Il vous revient, maintenant, d'honorer ce contrat.



Car le danger est à nos portes...

 

Citoyen Macron, écoute nous ! 

 

Gérard Contremoulin

__________________________________________________ 

Commenter cet article

Frédéric Fleury 18/12/2018 17:31

Tout ceci est particulièrement effrayant. Cela fait maintenant trop longtemps que notre pauvre et très chère République est malmenée.
Chacun voulant prendre, sur elle, sa revanche pour ses intérêts particuliers, ce qui ne manquerait pas de plonger le pays dans le chaos.
Il n'est plus le temps de s'offusquer timidement de ceci ou cela, il n'est plus le temps de trouver des excuses aux uns, ni d'accorder le bénéfice du doute aux autres.
Nous avons un idéal républicain, il faut le défendre. Il en va de notre avenir.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)