Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

03 Feb

Pour un développement international de la franc-maçonnerie libérale adogmatique...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Europe et International

mappemonde-bleue.jpg

 

Ce qu'il est convenu de nommer les "affaires extérieures" dans la plupart des obédiences maçonniques constitue le cadre d'une réflexion prospective indispensable pour le long terme.  

La perspective de développement de l'audience d'une obédience maçonnique hors de son territoire national est souvent un sujet de controverses. On s'interroge, légitimement, sur l'intérêt que cela représente, sur le coùt correspondant, sur les moyens humains susceptibles d'être réunis, bref cette perspective ne peut reposer que sur des objectifs clairement définis, discutés et adoptés par leurs instances décisionnelles.

Et parce que la réflexion se situe nécessairement en amont des décisions, chaque franc-maçon, soeurs et frères concernés, est en droit de bénéficier des informations sur chacune de ces problématiques. C'est alors que les publications, papiers et "blogosphériques", peuvent constituer un fond de documentation utile pour enrichir les réflexions.  

 Développer la franc-maçonnerie libérale.

Ce développement est fondé sur l'idée de faire connaître les caractéristiques de la franc-maçonnerie libérale adogmatique, c'est à dire les différences qu'elle manifeste avec le "modèle" actuellement le plus important dans le monde, le modèle "régulier", celui qui soumet à la GLUA de Londres le soin de sa reconnaissance. Le plus important certes, mais la chute de ses effectifs atteste qu'il est entré en crise. 

Une non-entente cordiale...

Si les éléments de cette réflexion doivent être largement partagés, en revanche, les détails ne sont pas, à mon sens, susceptibles d'être rendus public. De même que les moyens et a fortiori les modalités et les acteurs qui mettent en oeuvre une "politique" de développement à l'international des obédiences maçonniques. Car il n'est pas sans risque de porter ainsi à la connaissance des organisations anti maçonniques ou des gouvernements peu sympathisants ou carrément hostiles ces modalités visant au développement d'une franc-maçonnerie qu'ils ne peuvent concevoir que comme une force d'opposition. L'information qui peut paraître indolore ici, peut dans certains pays, représenter un danger...

Et lorsque que dans ces pays, notamment africains, le Chef de l'Etat est aussi le Grand Maître de la Grande Loge "Régulière", proposer un modèle maçonnique alternatif peut prendre une dimension beaucoup plus préoccupante. Dimension qu'il est préférable d'avoir présent à l'esprit au moment de rédiger et de publier...


Ali-Bongo.jpeg

Ali Bongo Odimba, Grand-Maître de la Grande Loge du Gabon et Chef de l'Etat.

 

Un modèle alternatif sans alternance.

Il faut bien avoir à l'esprit que la maçonnerie, si elle se veut universelle, n'est pas universellement adogmatique. Nous savons cela depuis le convent du Grand Orient de France de 1877 et le schisme qui a suivi. La question reste toujours aujourd'hui la ligne de démarquation entre ces deux modèles : l'obligation de croire en un Etre suprème et en sa volonté révélée (la franc-maçonnerie régulière) ou de ne pas y être obligé (la franc-maçonnerie libérale adogmatique).

En France, la franc-maçonnerie "régulière" était représentée par la GLNF jusqu'au 12 septembre 2012, date à laquelle la GLUA lui a retiré la reconnaissance qu'elle lui avait accordée le 3 décembre 1929. Si bien qu'aujourd'hui  plus aucune obédience française n'est "reconnue". On connait ce dossier... (voir les articles à l'onglet "Régularite")

Le modèle libéral adogmatique se définit par un ensemble de valeurs progressistes qui a été exprimé d'une manière inter obédientielle dans une déclaration qui avait donné naissance à "La Maçonnerie Française" en 2002.  Et puis, par la voix de son GM, Alain Graesel, la GLDF a tenté de saborder l'initiative interobédientielle en 2006, sur fond de contestation du dépôt de "propriété industrielle" ! Si l'on considère le contenu réellement alternatif au modèle "régulier"de cette déclaration, on restera interrogatif sur le sens réel de cette contestation ! D'ailleurs la raison de cette difficulté ayant disparue (la marque ayant été retirée par le GODF), le rétablissement des relations ne devraient plus poser de problème... Nous savons qu'il n'en est rien !

Une "petite" anecdote montre les mérites de la Maçonnerie libérale adogmatique. Pour créer sa 2° Loge travaillant en ... anglais ("Freedom of Conscience"), le GODF a recherché un Temple susceptible de l'accueillir soit en acquisition soit en location. Les recherches furent longues et difficiles. Peut-être que cette volonté de vouloir ajouter une nouvelle loge de la maçonnerie libérale et adogmatique en terre "régulière" et qui plus est dans sa langue pouvait faire l'objet d'une attention spéciale de la part de nos "amis anglais" et de leur royale hiérarchie ! C'est finalement le DH, dans ses locaux de Surbiton, qui l'accueille. La première loge "Hiram", qui travaille en français, fêtera ses 115 ans en octobre prochain.

Et si on commençait par l'Europe...

Ce n'est pas une proposition alternative mais il est nécessaire, dans le développement international, de faire un "paquet" spécifiquement européen. L'Europe est une longue marche mais qui se perd dans le labyrinthe bureaucratique lorsque ses dirigeants perdent la cap, volontairement ou non, de leur boussole.

Pourtant.

Les 74 ans qui séparent 1870 de 1944 auront vu trois guerres, plus de 65 millions de morts et tant de projets pacifistes sombrer dans la ruine des tranchées et des camps.

Et les 70 ans qui nous séparent de la Libération auront vu la création d'une idée de Paix qui s'impose aujourd'hui par l'existence même de l'absence de guerre, l'existence de cette Paix chère aux francs-maçons qui avec Léon Bourgeois avaient tant espéré de la Société des Nations...

Aujourd'hui, elle n'est plus que l'ombre de son projet. Piétinée par les appétits financiers, menacée par la résurgence dangereuses des nationalismes, outragée par la montée des extrêmes droites, déchirée par la dictature des marchés, étouffée par les dettes souveraines, elle s'érige contre l'intérêt des peuples.  

Alors, il faut relever le gant !

Les francs-maçons, soeurs et frères de la franc-maçonnerie libérale adogmatique peuvent-ils laisser se déliter l'Europe ? Il existe des loges dans plusieurs obédiences qui se sont attelées à ce chantier, des loges pour lesquelles le mot Europe n'est pas qu'une référence aussi vague que lointaine.  

Il est probablement nécessaire aujourd'hui de relancer le débat sur les valeurs humanistes, sur les valeurs des Lumières, aujourd'hui de plus en plus contestées !

Bâtir un espace de travail maçonnique autour de ce projet, travailler à réunir des francs-maçons de différents pays-membres, organiser des rencontres et prendre l'habitude de vivre la franc-maçonnerie à travers les "frontières", celles des cultures, des modes de vie, des langues, concrètement, rituellement, réellement.

L'idée fait son chemin...

 

Gérard Contremoulin

_______________________________________________________________

Commenter cet article

Dantes 07/02/2014 17:38


Le rayonnement à l'international de la FM adogmatique et libérale me semble être un projet magnifique. Comme cet article l'explique très bien, c'est également un sujet sensible dans certains
pays. Une certaine discrétion y est donc de rigueur...


Personnellement, lorsque je regarde l'état de la FM adogmatique et libérale à l'international sur internet, j'ai tendance à regarder tout d'abord le site du GODF pour voir si des LL se trouvent
dans certains pays. J'ai ensuite tendance à regarder le site Internet du CLIPSAS. Et, je dois dire que je le trouve très décevant pour plusieurs raisons. Tout d'abord le nom n'est pas parlant.
L'appel de Strasbourg a son importance mais il serait plus important, à mon sens, de de donner un nom évocateur à l'international. Ensuite, je constate que l'on peut trouver une liste
d'obédiences mais aucune informations particulières, pas d'actualité, peu d'explications, des traductions automatiques.... bref, une triste vitrine. Il y aurait sans doute beaucoup mieux à
faire...

Christophe 04/02/2014 20:00


C'est vrai, je ne suis ni français, ni membre d'une obédience française. Je ne comprend donc pas trop bien. Je vais souvent en Afrique (francafrique notamment ...) et quand je le peux, je vais
visiter des ateliers dont la filiation première est diverses (GOdF, GLdF, GLTSO, GLFF, DH, ...GLNF). Mes ami(e)s africain(e)s ne se posent d'ailleurs pas trop la question! Pour comprendre cela,
il faudrait vivre les REHFRAM. C'est vrai qu'au niveau des dirigeants, ce ne semble pas tjrs jojo, mais parfois c'est fort bien. Et puis qui sommes-nous pour faire la leçon?


Au niveau des ateliers visités, mon expérience: que du bonheur.


J'ai donc été dans des loges théistes, déistes, agnostiques, et parfois majoritairement athée (oui, cela existe). Certaines se targuaient de spiritualisme (les plus emmerdantes, car ce n'était
que de la breloque de chez breloque avec en cadeau svt bcp d'arrogance ... ce n'est que mon petit point de vue), d'autres sociétales, la plupart on ne sait pas trop bien, et toutes fraternelles.
Les plus fraternelles ne sont pas nécessairement celles qu'on croit. Un secret? Le top 3, c'est une loge en allemagne (régulier avec prières), une loge de la GLTSA (avec un A et avec prières) et
une de la GLFF en Afrique (parce qu'en France, elles sont chi... en réunion, mais après un vrai plaisir).


Je n'ai aucun soucis avec le théisme du moment que je sois reçu pour ce que je suis: un maçon libéral désespérement mécréant. Et dans les loges théistes où je fus, cela n'a posé aucun problème:
je restais coi, immobile, debout sans ostentation mais sans consentement au moment des prières. Chacun acceptait cela, je les respectais ils me respectaient, et lorsque qu'ils venaient chez moi,
ils acceptaient de vivre une cuvée traditionnelle de 250 ans, mais entièrement déchristianisé depuis 150 ans environ: ils me respectaient je les respectais. C'est aussi simple que ça.


Cessons de faire des classements de SS et de FF selon leurs obédiences et de leur prêter l'image que projette celle-ci. Nous ne sommes pas dans des cases. La diversité est énorme. Tiens un
exemple amusant. Le myosotis Dauphiné-Savoie vient de commettre un article sociétal ... tout arrive et c'est autrement plus revigorant que les habituelles lamentations et coup de gueule :-)


 


Un autre secret: je ne crois pas au diable !

duplay 04/02/2014 17:10


Tout à fairt d'accord avec la tonalité de ton article et celle des commantaires. Le problème majeur est la confusion qui règne dans le monde maçonnique et qui est, volontairement ou inonsciemment
, entretenue par ceux qui auraient vocation à clarifier la situation. Pour aller vite mais sans caricaturer, il y a dans les Franc-maçonneire depuis ses origines, les vraies pas celles des
"bénédicto-templiers ou autres imbécilités malheureusement encore colportées même au plus niveau, deux voies principales. Une spiritualiste, tientée d'ésotérisme et une autre qui s'incarne dans
la mythique loge des Neuf Soeurs qui veut, conmme l'affirme son vénérable d'Holbach, se débarasser des"augustes fadaises" qui encombrent la maçonnerie naissante. Le point d'orgue de cette
évolution est en 1877 l'abandon par le GODF de la référence obligatoire au Grand Architecte de l'Univers, prélude à son abandon tout court. Une évolution qui conduira l'obédience à se "laïciser"
de plus en plus et à se préoccuper des problèmes de la société et de son évolution.


Le balancier a-t-il été trop loin? Toujours est-il que cette évolution a été frontalement etinsidieusement remise en cause, à tel point qu'aujourd'hui a sein du GODF on se félécite de l'entrée de
rites plus ou moins folkloriques, en tout cas déistes revendiqués dont les membres s'enorgueillissent de ne pas se préoccuper des questions de société.


Il n'est certes pas question de décerner les bons et les mauvais points et de disqualifer un type de maçonnerie initiatique (même si leurs tenahts n'ont pas la même délicatesse fraternelle vis à
vis de ceux qui n'empruntent pas les mêmes chemins qu'eux). Les deux existent et peuvent tout à fait cohabiter dans le respect mutuel.  Mais le bon voisinage ne permet aucune collaboration
politique au vrai sens du terme. Avant même de parler de collaboration ou d'amitié avec des obédiences ou des Loges étrangères, il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on défend. Autrement on
est condamné à dîner avec le diable sans longue cuillère. La politique menée par la GODF depuis des années, notamment en Afrique, est une caricature de ce qu'une obédiene libérale et
progressistes, peut et doit se permettre. Il faut veiller à ne pas reproduire les mêmes errements en Europe. Serrer les mains et participer à des agapes plantureuses n'est pas un programme en
soi. Construire l'Europe, certes mais pas l'Europe vaticane, comme l'on voulu ses créateurs au début des années 1950.

Christophe 04/02/2014 07:31


Tu sais Gerard que je suis un grand militant de l'internationalisation de nos échanges maçonniques. Comme tu le dis si bien, commençons par l'Europe.


J'appartiens à une loge qui cultive ses relations avec des loges d'autres pays. Nous ne sommes pas les seuls, et la somme de ces relations entre loges seraient étonnantes, et dépasserait
largement l'espace adogmatique.


Il faudrait un peu organiser cela. Lorsque j'ai voulu devenir garant d'amitié pour une loge hors mon pays, cela n'existait pas dans les règlements, ni des deux loges ni des obédiences
respectives. Il a fallu imporviser (excellente chose en soi, et nous faisons cela très bien compte tenu de la large autonomie de nos loges!) 


Des loges "internationales", de recherche éventuellement, dont le but est notamment d'accueillir la S ou le F voyageur pourraient être une avancée.


Et puis surtout, les obédiences elles-même. Le Clipsas c'est bien, c'est un espace d'échange possible et d'adresses. Mais cela s'arrête là. Pourquoi pas des loges interobédiencielles (...!)


Le GOdF, que je considère comme LE modèle historique de la maçonnerie adogmatique, l'équivalent de la GLUA de l'autre côté de l'échiquier, (il en a toujours été ainsi depuis 300 ans) devrait
créer un espace bien plus international en son sein. Dans les tristes affaires comme les projets de lois liberticides espagnols, son devoir n'était pas nécessairement de prendre la parole seul
face à l'Europe (cela montre un chemin utile et en cela c'est positif), mais de fédérer la parole sur le plan européen: travail difficile et de longue haleine.


Pour moi, l'idée va beaucoup plus loin que des échanges individuels, même si c'est par là qu'il faudra peut-être/probablement commencer?


 

val-jean 04/02/2014 00:27


Merci pour ces perspectives très enthousiasmantes et riches de promesses. Mais il m'apparaît aussi nécessaire de parfaire la pédagogie de ces principes essentiels au sein même de nos LL...
hexagonales. Cette très soucieuse question pourrait-être sans cesse relancée avec insistance dès le début de chaque initiation. Ce qui est parfois peu satisfaisant tant les handicaps sont lourds
à l'apprentissage et jusqu'à... bien plus loin ou "haut" selon précisément le succès ou l'insuccès de la compréhension des instructions de la progression maçonnique. Revoir et consolider les
fondements de la maison constituent des préalables intéressants non encore atteints. Ceci énoncé en toute modestie maçonnique.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)