Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

02 Nov

Catherine PICARD pour Humanisme : "Le sort des enfants mineurs reste toujours au cœur de la problématique sectaire".

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Dérives sectaires

 

Catherine Picard« Le sort des enfants mineurs reste toujours au cœur de la problématique sectaire et ceux qui attentent à leur dignité échappent encore trop souvent aux sanctions.

 

Car c’est bien de protection dont il s’agit lorsque ces enfants sont sous emprise sectaire, à la fois sous la coupe de leurs parents qui ont déterminé pour eux ce choix d’appartenance, mais aussi sous l’influence du gourou, régissant le groupe dont ils font partie. »…   

L’enfant, écartelé entre plusieurs autorités, est en recherche perpétuelle de repères structurants nécessaires à sa construction et à son devenir d’adulte. Les conditions de vie qui lui sont infligée ne lui permettent jamais de les trouver. Il n’est ni épargné psychologiquement ni physiquement.

 

Par exemple chez des Raëliens, il est considéré comme…une larve: «Le petit être qui n'est encore qu'une "larve" d'homme doit être, dans sa petite enfance, habitué à respecter la liberté et la tranquillité des autres. Étant donné qu'il est trop petit pour comprendre et pour raisonner le châtiment corporel doit être appliqué avec rigueur par la personne qui élève un enfant, afin qu'il souffre lorsqu'il fait souffrir les autres, ou lorsqu'il les gêne en leur manquant de respect.» 

Les abus sexuels sont courants et théorisés par le gourou qui y trouve son compte et permet ainsi, à l’ensemble du groupe sous son autorité, d’abolir toutes les frontières. Raël écrit :: [...] «L'éducation sexuelle est très importante [...] mais elle n'apprend que le fonctionnement technique des organes et leur utilité, tandis que l'éducation sensuelle doit apprendre comment l'on peut avoir du plaisir par ses organes, en ne recherchant que le plaisir [...]. Ne rien dire à ses enfants au sujet du sexe, c'est mal, leur expliquer à quoi çà sert c'est mieux mais ce n'est pas encore suffisant : il faut leur expliquer comment ils peuvent s'en servir pour en retirer du plaisir.»[1] [...] «Tu apprendras à tes enfants à aimer leur corps comme on doit aimer chaque partie de la création des Elohim, car en aimant leur création c'est également eux que l'on aime. Chacun de nos organes a été créé par nos pères les Elohim pour que nous nous en servions sans avoir la moindre honte mais en étant heureux de faire fonctionner ce qui a été fait pour fonctionner.»   

 

D’autres mouvements pratiquent des brimades et des privations de soins, de vaccinations. D’autres encore font  subir aux enfants, souvent aux bébés, des régimes alimentaires nuisant gravement à leur développement. Dans les cas extrêmes, ils finissent par en mourir. Ce fut le cas du jeune Kerywan, mort de faim et d’absence de soins à 16 mois, son poids était au moment de son décès équivalent à celui d’un nourrisson de 4 mois. Ses parents, kinésiologues, ont été condamnés par la Cour d’Assises de Quimper le 3 juin 2005.

 

Certains consacrent des enfants, considérés comme des « élus », des divinité soi disant dotées de pouvoirs surnaturels et exploitées de ce fait encore plus durement par le gourou et le groupe. L’enfant est l’avenir de la secte, son investissement pour l’avenir, et paradoxalement elle le maltraite et lui nuit gravement. De fait il est quantité négligeable et interchangeable.

 

Chez les Témoins de Jéhovah la peur est entretenue constamment, sur fond d’apocalypse. Le monde habituel est mauvais, peuplé d’êtres inférieurs qui ne connaissent pas la vérité et qui ne cherchent qu’à nuire aux vrais croyants : « Noël, c’est avec Satan. Toi, tu es avec Satan, et moi je suis avec Jéhovah », a dit un petit garçon de cinq ans à son père.[2] Le monde court à sa fin, et seule une poignée d’élus sera sauvée. La famille non jéhoviste, les copains de classe sont condamnés à une mort terrifiante et imminente. Si jamais les enfants, ou les adolescents, tentent une incursion « dans le monde », celui-ci apparaît radicalement étrange. Le conformisme s’impose. Les enfants qui rasent les murs, ne participent pas aux jeux, fuient les anniversaires et les occasions de se réjouir, sont connus. Le monde enseignant en connaît la parfaite « sagesse ».

Mais cette sagesse est simplement due à cette volonté de se conformer à un monde dont on ne connaît pas les règles. Et cela se traduit parfois par le clivage et ses lourds passages à l’acte. Dans la plupart des cas, c’est la maturation psychologique qui est atteinte : l’incapacité de se projeter dans l’avenir – puisqu’il n’y a pas d’avenir – les empêche de devenir pleinement adultes. Ainsi la Cour administrative d’appel de Douai, siégeant au contentieux, a rejeté l’appel de parents de Témoins de Jéhovah, le 3 mai 2001pour un refus d’agrément en vue d’adoption. Elle a considéré que : « en raison des risques d’isolement social et de marginalisation auxquels ils exposeraient ainsi un enfant, le président du conseil général du Pas-de-Calais a estimé que les intéressés ne présentaient pas des garanties suffisantes en ce qui concerne les conditions d’accueil qu’ils étaient susceptibles d’offrir à des enfants sur les plans familial, éducatif et psychologique ; qu’il n’a pas fait ainsi une inexacte application des dispositions législatives et réglementaires ».[3]

La Cour d’appel de Douai ne faisait que reprendre ce qu’avait institué le Conseil d’Etat en 1992 : « qu’il ressort des pièces du dossier que M. et Mme F. ont fait connaître sans ambiguïté à l’administration, dans le recours gracieux qu’ils lui avaient adressé, qu’ils adhéraient personnellement à la doctrine des Témoins de Jéhovah en matière de transfusion sanguine et qu’ils étaient opposés à l’usage de cette méthode thérapeutique ; que, par suite, en estimant que les intéressés ne présentaient pas des garanties suffisantes en ce qui concerne les conditions d’accueil qu’ils étaient susceptibles d’offrir à des enfants sur les plans familial, éducatif et psychologique, le président du conseil général du Doubs n’a pas fait une inexacte application des dispositions législatives et réglementaires.   

      

Les mineurs, sont les proies désignées de ces mouvements, qui à l’escroquerie spirituelle, ajoutent le cynisme de l’escroquerie financière. Les secteurs de vulnérabilité sont facilement repérables, aide à l’enfance, soutien scolaire, activités extra scolaire et artistiques…Les sectes infiltrent les services, distillent leurs doctrines  et se moquent outrageusement de l’Etat. A celui-ci de réaffirmer sa volonté de protéger par la loi les plus faibles. »

 

Ces dérives maintes fois dénoncées sont illustrée par des témoignages vivant et dramatiquement actuels .

 

Catherine PICARD

Présidente de l'UNADFI

Députée (1997-2002)



[1] Idem, p.104 et105

[2] Le Progrès, 25 janvier 2006. Depuis, le père divorcé tente d’obtenir l’interdiction pour son fils d’être amené par sa mère aux offices jéhovistes.

[3] Cour administrative d’appel de Douai statuant au contentieux N° 98DA01397 Lecture du 3 mai 2001

 

____________________________________________________________________________

 

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/