Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

19 Apr

Ce que peut nous apprendre le vocabulaire...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

vocabulaire.jpg
 
Le vocabulaire utilisé par les leaders politiques véhicule les valeurs sur lesquelles ils se reconnaissent. De la blague potache à l'injure dégradante, l'histoire récente nous livre une palette ahurissante. Toujours pour ... abattre !
"Noms d'oiseaux" de Thomas Bouchet chez Stock étudie l'injure et l'insulte en poltique et montre que ces mots sont révélateurs des moeurs politiques.
En 1934, Léon Daudet inventait le néologisme de "stavisqueux" pour parler des complices d'Alexandre Stavisky. Jean-Marie Le Pen parlait en 1988 de "Durafour crématoire" à propos du ministre Michel Durafour...
Aujourd'hui, nous assistons à un florilège de mots choisis comme autant d'armes de combat pour toucher l'adversaire en lui causant le plus de dommages possible.
L'escalade.   
A gauche, on a démarré avec le "capitaine de pédalo" dont Jean-Luc Mélenchon affuble le président de la République. François Delapierre, au congrès du Parti de Gauche, parle des ministres des finances de la zone euro comme des "17 salopards de l'Europe" et il précise la cible qu'il veut atteindre : "et parmi ces 17 salopards, il y a un français, il a un nom, il s'appelle Pierre Moscovici". Il indiquera plus tard qu'il veut ainsi "réintroduire la morale en politique". Cette escalade des responsables du Parti de Gauche répond à une stratégie du clash que JLM résume ainsi : "je veux mettre du conflit partout" ! Mais, à un an des élections municipales, le PCF, allié du PG dans le Front de Gauche, ne semble pas apprécier ce type de stratégie. Ce qui par réaction, oblige le PG à radicaliser encore davantage son discours. On est dans le registre de la surenchère...
A droite, le contexte du débat parlementaire sur le Mariage pour tous, radicalise à l'extrême le discours. Cela commence avec les élections législatives où les candidats de la droite sont sensibilisés par leurs électorats locaux sur l'engagement 31 de François Hollande, élu président. Dans cette "sensibilisation", ils sont talonnés par l'extrême droite qui entend bien capitaliser les mécontents sur ce qui n'est encore qu'un projet. Puis cette radicalisation prend du relief avec la "Manif pour tous" qui devient vite un  conglomérat dans lequel se glissent au milieu de gens évidemment sincères, les groupes extrémistes religieux et politiques.
Mais peut-on jouer impunément les apprentis sorciers ? 
Frigide Barjot va apprendre que non, à ses dépens... Pensait-elle que son "Hollande veut du sang, il en aura" resterait une simple déclaration verbale ? On remarquera que les débordements auxquels on assiste depuis, remontent à ce moment. Elle prend prétexte que le vote du Sénat a été effectué "à main levée". La droite lui emboite le pas. Mais, c'est le mode de scrutin qui est le plus employé dans les deux assemblées du parlement et il peut être changé sur simple demande d'un groupe politique. Pourquoi aucun des groupes de droite ne l'a demandé ? Un élément de réponse avec ce récit de Catherine Lemorton, déptutée de Haute Garonne, présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée :
.
Un risque évident de retour à l'homophobie.
Cette période est d'autant plus dangereuse que la tension qu'elle génère ne n'arrêtera probablement pas à l'issue du débat parlementaire. Le projet de loi dera adopté, selon toutes vraisemblances, mardi prochain. Des cérémonies de mariage entre personnes de même sexe pourront donc commencer à être célébrer. Malgré les dénégations de Frigide Barjot, peut-on penser que la mobilisation qu'elle a contribué à réaliser retombera immédiatement ? Très probablement non ! Elle a réveillé l'homophobie et les actes "isolés" risquent de se multiplier. Les homosexuels risquent de vivre, à nouveau, un état de fragilité sociale particulièrement inquiétant.
Les mots et les maux. 
Qu'ils soient utilisés avec une claire intention de nuire ou simplement pour exprimer un état d'âme, les mots sont des armes. Dans une discussion familiale, leurs conséquences peuvent être "contrôlées". Dans l'espace public, c'est beaucoup plus compliqué. Ils produisent des effets beaucoup plus complexes, quant ils ne sont pas purement et simplement incontrôlables ! C'est ce à quoi nous assistons désormais.
La cible est unique : abattre le gouvernement. C'est un objectif qui pourrait paraître légitime de la part de forces politiques opposées. On remarquera cependant qu'en République, il y a des mandats et qu'ils sont définis dans le temps. On élit pour une durée déterminée. De ce point de vue, on devrait bien plutôt parler de harcèlement. Non respect des durées des mandats, accélérations de calendrier, transgression du respect que l'on se doit, escalade de vocabulaire dans l'intention d'abattre, voilà bien des maux qui traduisent l'état de délabrement de notre système politique.
Chacune et chacun en attribuera la responsabilité aux politiques de son choix. Mais cela ne serait-il pas un peu trop court ? N'aurions-nous rien à voir dans ce processus, nous citoyens ? Comment réagissons-nous face aux actes homophobes ? Quelle part prenons-nous dans la constitution de l'opinion ? Bref, comment nous situons-nous, où en sommes-nous, nous-mêmes ?
 
Gérard Contremoulin
___________________________________________________________
 
Commenter cet article

réboussiél 23/04/2013 16:55


je signale aussi la fabrique des imposteurs  de roland gori ( Ed "les liens qui libèrent" ,tout un programme ..) , l'avantage , c'est qu'on peut le citer sans risquer d'avoir la SPA ou
Brigitte Bardot, voire Frigide Bargeot sur le dos 


mal nommer les choses , c'est ajouter au malheur du monde (Camus)

sam 22/04/2013 23:32


Je signale l'excellent ouvrage "Petit dictionnaire des injures politiques", sous la direction de Bruno Fuligni, récemment paru au Livre de Poche.

réboussié 19/04/2013 11:24


Le mariage pour tous ? les populistes ont compris "mariage pour les homos "!! les C...!


ça crée un divorce en France ? en fait , c'est "pour tous" qui a été mal compris ..Ah , ces mots ,car honnêtement , le problème , aujourd'hui , c'est plus le chomage  que les moeurs
sexuelles de nos élus ou leur patrimoine , sauf si ça dépasse une mesure que certaines "élites" semblent avoir perdu de vue ..


On ne se comprend plus , on a cru , qu'en face Sarko, on avait un socialiste ...celui d'avant un brillant économiste de gôche, il allait faire le ménage ...il s'y est pris comme un manche , du
balai .. ?  Ah , ces mots ..


J'essaie de rassembler ce qui est épars , ... vous aussi ?? mariage homo, mosquées , .....GPA, ....TINA ????? gender ????  à première vue , ça colle ......c'est cohérent ....même la faillite
de l'école , (relative bien sur mais suffisante ??) , social démocratie ( dénommée socialisme en période préélectorale ) , culture des banlieues ( culture ???Ah, ces mots ..)  bon sang ,
mais c'est bien sur ......il nous reste 5 minutes , 4 minutes , 3 min.........


 

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)