Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

27 Sep

RPMF : cette "régularité" qui fait tant courir...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Régularité - Mixité

Source quasi inépuisable d'informations sur la quête de la Régularité versus Grande Loge de France (GLDF), le Blog-note de Jean-Laurent évoque la réunion de la "GLUDE" du 22 septembre à Rome.
Une réunion de la confédération fondée en 2000 par la GLDF qui devait réaffirmer les principes qui constituent la base de cette alliance de Grandes Loges.
Et notamment :
- Elle travaille à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers.
- Les Trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie sont placés sur l’autel des serments : un volume de la Loi Sacrée, le Compas et l’Equerre.    
Les obligations des Maçons sont prêtées sur ces trois Grandes Lumières.
- La Franc-Maçonnerie Régulière et Traditionnelle proclame son indéfectible fidélité et son total dévouement à la Patrie.
- En loge, toute controverse portant sur la politique et la religion est rigoureusement proscrite.
Voilà une profession de foi fort "régulière", qui met en avant ces principes d'une tradition qui souvent préfère les certitudes du passé. Car c'est un vrai challenge de conjuguer la Tradition au présent et de retrouver pour le suivre ce beau précepte de Jean Jaurès pour qui "la tradition ce n'est pas de veiller des cendres mais d'entretenir un brasier"...
Et voici que cette profession de foi est curieusement proclamée 10 jours seulement après la décision de la GLUA à l'encontre de la GLNF... Coïncidence ou volonté de multiplier les témoignages en plein processus de RPMF (recomposition du paysage maçonnique français) ou stratégie visant à démontrer la fiabilité de la GLDF en matière de Régularité... Souvenons-nous que ses protagonistes (les signataires de la déclaration de Bâle) se sont donnés jusqu'à la fin décembre pour réaliser une avancée significative...
Et si l'on regarde la composition de cette Confédération des Grandes Loges Unies d'Europe, présidée par Alain GRAESEL, ancien GM de la GLDF, on constate qu'elle en donne un périmètre avantageux :
Grande Loge de France, Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra, Grande Logé Confédérée d’Espagne, Grande Loge de Bulgarie,  Grande Loge de Grèce du REAA, Grande Loge de Hongrie du REAA, Grande Loge d’Italie (Sérénissime), Grande Loge Nationale du Portugal, Grande Loge Nationale de Roumanie, Grande Loge Unie de Lettonie,
mais aussi :
Grande Loge des Canaries, Grande Loge Unie du Liban, Grande Loge Unie du Maroc, Grande Loge Nationale de Moldavie, Grande Loge Unie de Russie, Grande Loge Nationale de Serbie, Grande Loge de la République du Paraguay.
 
 Les statuts précisent qu'il faut entendre Europe "non seulement sous son aspect géographique mais avant tout comme un symbole d'humanisme et de rapprochement"... Cette définition sonne curieusement... 
 
Mais pourquoi donc faire assaut de tant d'internationalité ? Cette quête du Saint-Graal serait-elle menacée ou incertaine chez ceux de nos Frères "réguliers" qui voudraient tant l'atteindre ?
 
Car ce que l'on espère au siège de la GLDF à Paris ne se comprend pas forcément ailleurs où ses membres se retrouvent souvent avec les autres francs maçons (Frères et Soeurs...) dans les mêmes temples, autour des mêmes agapes et souvent aussi, en participant aux mêmes travaux chez les un(e)s et chez les autres... Cette situation serait anéantie par la rupture des relations avec les obédiences dites "irrégulières", exigée dans la Déclaration de Bâle
Car cette rupture conduirait à devoir réexaminer les contrats immobiliers. 
Car le caractère "universel" de la Franc-Maçonnerie en prendrait un sacré coup...
Car cette quête effrénée deviendrait incompréhensible pour une Franc-Maçonnerie ouverte sur l'amélioration de l'Homme et de la société...
 
Alors pourquoi ce déploiement de tant d'efforts, de tant de vertus ?
 
Il y a peut-être à chercher du coté de l'histoire ce qui en expliquerait les raisons. Et il est certain que de ce point de vue, les origines de la GLDF peuvent apparaître à la GLUA comme un handicap, au moment où elle pourrait éventuellement prendre une décision qui lui serait favorable... 
 
De quoi s'agit-il ? 
 
La GLDF, plonge ses racines conjointement dans le "Suprème Conseil de France" et la "Grande Loge Symbolique Ecossaise" (merci JLT !). Elle est issue d'un système maçonnique de continuité qui lie tous les grades depuis le jeune initié (l'appenti) jusqu'au degré sommital de son rite (le 33° du REAA). C'est ce système qui prévaut encore aujourd'hui à la GLDF. Or, ce point n'est pas acceptable, à ce jour, par la GLUA qui veille à ce que la Maçonnerie des degrés symboliques (Apprenti, Compagnon et Maître) soit bien distincte de celle des autres grades, qu'elle intitule d'ailleurs les "side degrees", montrant bien ainsi cette césure.
 
En effet, la GLDF mettra dix années à se construire (1884-1894). C'est une rencontre heureuse qui enclenchera le processus entre le Suprème Conseil de France et la Grande Loge symbolique écossaise  à l'occasion du banquet de clôture du convent ... du Grand Orient de France !!!
Un article de Wikipedia précise les circonstances de cet avènement :    

"À cette époque, les effectifs du Suprême Conseil de France s'élevaient à 23 chapitres (loges travaillant du 4ème au 18ème degrés) et 90 loges symboliques (du 1er au 3ème degré), ces dernières étant regroupées dans une structure interne dénommée « Grande Loge Centrale du Suprême Conseil de France ».

En 1894, la loge « La Fidélité » de Lille réunit les loges du Nord de la France et proposa que soit étudiée la possiblilité pour les loges bleues de la Grande Loge centrale de se constituer en une obédience indépendante qui fusionnerait avec la Grande Loge symbolique écossaise. Les autres congrès provinciaux approuvèrent et le Suprême Conseil de France accepta la tenue d'un convent le 7 novembre 1894. Par 50 voix contre 8 et 2 abstentions, celui-ci se prononça pour l'autonomie, qui fut accordée, conduisant à la fondation d'une nouvelle obédience, reprenant le nom de « Grande Loge de France », qui n'avait plus été utilisé depuis 1773. "

 

La GLDF se fait un point d'honneur de contester au GODF cette date de création en lui disputant, dans le même temps, l'origine historique de la création de la Franc-Maçonnerie en France. Si tel était le cas, cela effacerait en quelque sorte ce "désagrément" originel vis à vis de la GLUA. Malheureusement les faits sont têtus et l'histoire les a rétabli au sein de cette obédience puisqu'elle a, elle-même, célébré son centenaire en 1994 comme en témoigne l'émission de ce timbre collector !

.

.6108592728_af1c457641.jpg

 

Un autre point peut encore faire débat : la pratique d'un seul rite au sein de la GLDF car la GLUA pratique plusieurs d'entre eux et, notamment, le rite Emulation et le REAA.

On aura noté que la GLUDE stipule opportunément dans ses statuts que "chaque obédience a la faculté de pratiquer le(s) Rite(s) de son choix, à condition qu'il s'agisse d'un rite symboliste, humaniste et spirituel, référé aux principes de la maçonnerie traditionnelle et respectant le principe de non-mixité"...

Multi rites d'accord, mais tout de même pas avec des femmes !!!

A suivre donc...

Gérard Contremoulin

___________________________________________________  

Commenter cet article

cdb 28/09/2012 13:43


Bonjour,


J'ai toujours été étonné avec quelle vigueur, pour ne pas dire de la férocité et de la hargne, les tenants de la "régularité", le cas échéant à l'anglaise, se battent pour figer le passé dans une
espèce de gel de croyances, de landmarcks et d'obligations, issus selon eux, du XVIIIème ?


Le moins qu'on puisse dire, pour ceux qui se sont penchés sur la FM du XVIIIème: rien n'est plus faux. J'avais donné ailleurs l'exemple de Martin Folkes, député Grand Maître de la Grande Loge de
Londres en 1724, un athée anti-religieux déclaré. Il y en a d'autres. On soupçonne, mais ce n'est qu'un soupçon pour ne pas dire rumeur :-), basé sur quelques écrits malgré tout, que Desagulier
lui-même serait une sorte d'athée sous l'habit du pasteur.


En réalité, la Grande Loge de Londres était parfaitement indifférente aux émois philosophico-théologico-metascientistes des uns et des autres dans un siècle où tous se définissaient comme
chrétien, même ceux qui se déclaraient athée, de la même manière qu'aujourd'hui nous nous définissons comme européen. Bref on se définissait dans un espace qui permettait de se reconnaître (et au
XVIIIème européen, par rapport aux juifs et aux musulmans.)


Aujourd'hui, prenons le monde musulman: il y a de tout ! Des croyants extrémistes jusqu'au plus parfaits athées. Le terme musulman (le "monde musulman") est surtout un terme de reconnaissance,
moins de croyance. Mais il y a confusion entretenue, comme pour le terme chrétien au XVIIIème.


C'est tellement vrai au XVIIIème pour la GL de Londres, qu'une réaction va avoir lieu. Avec la création de la Grande Loge des Anciens (Dermott). Grande Loge qui va imposer, elle, des landmarck,
probablement dès 1756: croyance affirmée, les trois grandes lumières. (C'est d'ailleurs la clé rituélique qui permet de définir les rituels des "anciens" -c'est à dire les plus récents- REAA,
York, émulation, ...).


La Grande Loge de Londres a disparu, et surtout dans son esprit au sens des "lumières" avec la fusion qui va donner la GLUA (1813), qui s'appuyera fortement sur les "landmarcks" de la Grande Loge
des Anciens.


Sans conteste, le successeur "spirituel" de la Grande Loge de Londres est le GOdF. C'est d'ailleurs la seule obédience (avec le GOB), et pour moi c'est significatif, qui maintiendra
majoritairement le très beau rituel des "modernes" (c'est à dire le vieux rituel de Desagulier de 1717) dans ses travaux. Remarquons que les trois grandes lumières sont différentes. Ce sera le
rituel "français" pour ... les français!


Je trouve que la FM a de ces paradoxes extraordinaires !  Voilà l'obédience crée par des jacobites (GL-GOdF), qui ne doit rien dans ses origines à la Grande Loge de Londres de 1717
(contrairement aux obédiences écossaise, irlandaise et hollandaise), mais qui, au fil de l'évolution des "lumières" françaises, en sera le véritable dépositaire!


Alors régularité ? Merci Gerard de nous rappeller la belle parole de Jaures: "La tradition, ce n'est pas de veiller des cendres, mais d'entretenir un brasier".


Le brasier GOdF, même si ce n'est pas mon obédience, pour moi, c'est le vrai sens de la régularité maçonnique.


Christophe

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/