Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

30 Jun

La lutte contre les dérives sectaires repose sur une volonté politique !

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Dérives sectaires

Le communiqué du Grand Orient de France sur la lutte contre les dérives sectaires fait du buzz à partir du blog de l'Express, "La Lumière", animé par M. François KOCH.

Je souhaite apporter ici quelques précisions.

 

L'action des gouvernements. Il est utile pour bien comprendre ce qui se passe aujourd'hui et qui explique le communiqué du GODF, de retracer un peu l'histoire de cette lutte depuis 1982 et de rendre à chaque Premier ministre, et donc aux moyens qu'il a accordé ou réduit, ce qui lui revient !

En 1982, le gouvernement de Pierre MAUROY confie à Alain VIVIEN (député PS de Seine et Marne) le soin d'établir le 1° rapport sur le phénomène sectaire. Ce rapport, finalisé en 1983 sera publié en 1985 sous le titre : "les sectes en France : expression de la liberté morale ou facteurs de manipulation". Il présente un photographie du phénomène sectaire, analyse les principaiux a&spects et fait quelques propositions.

En 1995, sous le gouvernement d'Alain JUPPE, est mis en place à l'Assemblée Nationale, un groupe de travail parlementaire qui sera présidé par Alain GEST (député UMP de la Somme). L'une de ses conclusions, suivie, est la mise en place d'un "Observatoire", ancêtre de la MILS puis de la MIVILUDES. Un deuxième rapport, intitulé "Les sectes en France", présenté par Jacques GUYARD (député PS de l'Essonne), développe l'analyse du phénomène sectaire, procède à une description typologique et établit une liste de 172 organismes dont les activités (et non le contenu de leurs doctrines) peuvent être considérées comme dangereuses.

En 1997, après la dissolution que l'on sait, Lionel JOSPIN est nommé à Matignon. Laurent FABIUS, nouveau président de l'Assemblée Nationale confirme le groupe de travail parlementaire. Sous la présidence de Catherine PICARD (députée PS de l'Eure), ce groupe va se réunir une fois par mois pendant 5 ans.

En 1998, la Mission Interministérielle contre les Sectes (MILS) dont il confie la présidence à Alain VIVIEN et accorde des moyens substantiels aux associations de défense des victimes (UNADFI, CCMM notamment). 

En 1999, Lionel JOSPIN met en place une 2° commission d'enquête parlementaire, présidée par Jacques GUYARD, qui travaillera sur "les sectes et l'argent". C'est une grande première qu'une 2° commission soit créée à quatre ans d'écart de la première. Son rapport, présenté par Jean-Pierre BRARD (député) va approfondir les liens entre les organismes sectaires et le monde de l'économie, des affaires, de la santé, de la formation, etc. Il montre notamment leur poids économique et financier, les structures qu'elles mettent en place et qui en assure l'opacité et la rentabilité, les pratiques qui génèrent de la fraude fiscale, des infractions dans des domaines multiples (législations sociales, infractions économiques et financières, etc.). 

Ce travail conduit à l'élaboration et à l'adoption à la quasi unanimité du parlement d'une loi, le 12 juin 2001, dite "loi About-Picard". Dans le même temps, les principaux ministères dotent leurs services déconcentrés (Directions départementales et/ou régionales) de personnes ressources dans le domaine sectaire et les administrations centrales (l'échelon national) délèguent un agent à la Mission. Une politique de prévention et d'information se développe ainsi sur l'ensemble du territoire (métropole et outremer).

 La volonté politique qui s'exprime ainsi depuis 1982 et plus spécialement depuis 1995 trouve là à la fois une première traduction législative et une traduction fonctionnelle efficiente.

En 2002, le gouvernement de Jean-Pierre RAFFARIN élargira le champ de la MILS à la notion de "dérives sectaires" et transformera la MILS en "Mission de Vigilance et de Luttes contre les dérives sectaires" (MIVILUDES). Néanmoins, la volonté politique va marquer le pas. Le 1° ministre aura le projet de rattacher la mission au ministère de l'intérieur, en abandonnant au passage son caractère interministériel. Or, c'est sur ce caractère interministériel que repose la coordination des moyens donc l'efficacité de la lutte...

A partir de 2004, une succession de facteurs vont venir affaiblir encore ce dispositif. Sur le plan symbolique, on va voir Tom CRUISE, le symbole de l'Eglise de Scientologie s'arrêter lors de sa tournée européenne de promotion de la secte, à Bercy et être reçu sous les flashs des médias par le ministre Nicolas SARKOZY... Mais ce sont surtout les effets cumulés de deux politiques publiques qui vont aggraver les difficultés de la lutte contre les dérives sectaires.

Depuis 2007, la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et la réduction des effectifs de la fonction publique. Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux va conduire les services à "redéployer" les missions des agents qui restent et donc à supprimer la mission de vigilance sectaire. Petit à petit, et particulièrement depuis 3 ans, cette réduction des moyens va baire baisser la réactivité des services, reporter progressivement le poids non seulement de la prévention mais de l'accueil des victimes sur les principales associations que sont l'UNADFI et le CCMM, accroissant ainsi leurs missions.

La réduction de la dette publique qui conduit irrémédiablement à la diminution drastiques des moyens financiers et des subventions accordés au monde associatif en général et aux associations de ce secteur en particulier. De sorte que, aujourd'hui, ces associations sont obligées de couper dans leurs effectifs et de licencier ! A la grande satisfaction des organismes sectaires...

 

Alors, OUI, aujourd'hui, il y a lieu de rappeler aux plus hautes autorités de l'Etat que la lutte contre les dérives sectaires est d'abord une volonté politique forte. C'est ce que les gouvernements, de droite comme de gauche, entre 1981 et 2002 avaient assumé.

La forte diminution des moyens financiers et par conséquent humains (nécessité de licencier) que ce secteur d'action connaît depuis 2008 arrive maintenant au bout de sa logique. Et il y a lieu, pour les défenseurs des doits de l'Homme et de leur dignité, comme les Francs Maçons et notamment pour le GODF d'en prendre acte et de le dénoncer.

M. KOCH semble avoir une vision très factuelle de l'actualité lorsqu'il déclare que notre "communiqué n'est pas justifié par une actualité". Peut-être aurait-il souhaité un évènement médiatique ? Désolé, la lente mais régulière érosion des subventions qui mine progressivement les moyens d'action du mouvement associatif ne se traduit pas par un "fait divers".

Le GODF ne "relance" pas le combat contre les sectes, il le poursuit. Et je profite de cette occasion pour rendre hommage à mon Frère Xavier PASQUINI, pour le travail qu'il a accompli dans ce domaine et dont j'essaie de m'inspirer. Un commentaire sur le Blog de François KOCH me compare à lui et semble souhaiter, avec une réelle délicatesse, que je le suive... Xavier est décédé pendant une session de son congrès, devant ses Frères ! 

 

Gérard CONTREMOULIN

____________________________________________________  

 

 

 

Commenter cet article

Jack 25/02/2014 10:51

Bonjour.
Vous serait-ils possible de jeter un œil sur ce site web ceci pour informations et études bien a vous.: http://forum.doctissimo.fr/psychologie/sectes/recherche-timothee-mission-sujet_1244_1.htm

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/