Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

09 Feb

La politique, l'économie et l'humanisme.

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

image013

  Sisyphe - Dessin de Georges Fréchin.

 

La Politique n'est-elle pas l'art de créer les meilleures conditions pour assurer le bonheur des femmes et des hommes ? 

Certes, voici là un objectif que les cyniques tiendront pour idéaliste, c'est-à-dire illusoire, voire fantaisiste. Et pourtant, quel autre objectif digne des valeurs humanistes pourrait-on assigner à la politique ? Quoi de plus noble que de créer les conditions pour transformer la société et la conduire vers plus de Liberté, plus d'Egalité, plus de Fraternité... Mais, on s'est tellement éloigné de cet objectif qu'aujourd'hui ces mots semblent désuets, naïfs, grandiloquents !

Pourquoi ?

Le cynisme dans la pratique en politique, et de tous bords, use les ambitions initiales, rabote la générosité de l'engagement, la réduit souvent à l'ambition du court terme, quand ce n'est pas simplement électorale. C'est ainsi que le militantisme peut perdre son but initial pour se transformer en simple agent du "rapport de force". Ce n'est pas à minorer mais ce ne doit pas être non plus la seule composante du militantisme. Je connais ce chemin là !  

Même aux moments les plus forts et les plus contraignants d'une crise, la politique doit rester maîtresse du jeu.  Quelles que soient les conditions (économiques, sociales et morales), elle ne doit pas abdiquer sa primauté sur tous les autres paramètres, et notamment l'économique.

La crise dont la manifestation la plus symbolique fut la faillite de la banque américaine "Leyman Brothers", nous fait entrer de pleins pieds dans la réalité et les conséquences de l'abandon par le personnel politique de cette primauté du politique. Cet abandon est manifeste avec le rôle quasi officiel du rôle des agences de notation. Loin d'être des acteurs publics, installés comme tels, ces "officines" sont rémunérées par les banques privées pour établir et gérer une grille d'évaluation des risques bancaires que présentent les Etats "souverains" et leurs entreprises publiques, lorsqu'ils empruntent.  Le personnel politique s'est soumis à leur loi, celle du profit qu'elles exercent en spéculant sur les dettes publiques ! Or l'importance de ces dettes publiques sont artificiellement augmentées par un processus particuilièrement pervers et injuste : l'interdiction faites aux banques centrales de prêter directement aux Etats à taux zéro ou presque ! L'argent public qui alimente les banques centrales est prété à taux préférentiels aux banques privées qui, elles, prêtent aux taux du marché, taux fixé en fonction de la notation des agences, aux Etats ! D'où la course au tristement célèbre AAA. Cherchez l'erreur ! 

On a tellement abdiqué la volonté politique que plus rien ne semble possible, que plus aucune marge de manoeuvre n'apparait devant le diktat de l'économique et la sacro sainte loi des marchés.

José GULINO, actuel Grand-Maître du GODF, avait attiré l'attention du Convent de septembre 2012 contre cette nouvelle "cléricature" en soulignant cet énorme déficit démocratique qui consiste à accepter comme quasi légitimes ces pouvoirs non élus !

Ou en sommes-nous quelques mois après ?  

Une fidélité à notre rôle de passeurs de réfléxions, sinon de Lumières, serait de nous appliquer à parler de cette situation, de la commenter, de la faire comprendre, bref de ne pas se taire pour ne pas la légitimer encore davantage. Rien n'est pire que la résignation. Certes, la tâche est immense et souvent à recommencer.

Imaginer Sisyphe heureux peut n'être pas que consolations devant l'échec... Mais être aussi dans l'ardeur qu'il met à la tâche, nécessairement recommencée pour cette raison que le pire n'est jamais certain ! Il reste toujours place pour l'espoir dans une conception humaniste. Ainsi, "ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas mais c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont dificiles" disait Sénèque...

 

Gérard Contremoulin

___________________________________________________________________

 

Commenter cet article

http://www.universentreprises.fr/ 26/08/2014 14:50

Votre article résume bien la situation actuelle. Il est vrai qu'aujourd'hui le paysage économique semble assez pessimiste, il y a de quoi remettre en question certains systèmes...

Christophe 10/02/2013 13:06


Sisyphe heureux ... ?  Quelle modification de paradigme !  :-)


Les conditions de vie se sont modifiées. Nos jeunes n'ont plus aussi facilement accès à ce que nous considérions comme des acquis, tel avoir sa maison. Mais en même temps, ils sont devenus
beaucoup plus mobiles, ils en sont venus quasi à rejeter un système où l'on termine là où l'on a commencé. Leur futur est beaucoup plus dans le mouvement (mutatis mutandis un peu comme au
XIXème!), et c'est devenu difficile de comprendre pour les générations 68ardes! Car petit à petit ma génération est mise de côté, bientôt au rancard, et c'est fort bien ainsi.


Le monde est d'une certaine manière plus ouvert, les flux de population beaucoup plus importants, et nous n'en voyons que le sommet, ceux qui ont "la chance" d'arriver jusqu'ici; le reste ce sont
des déplacés, 10, 100 fois plus nombreux!


Le monde est devenu multipolaire ...et cette multipolarité s'est accompagné d'une augmentation des inégalités, sur une échelle étonnante: encore faut-il être prudent, inégalités en fréquence
et/ou en gravité ?, inégalités macro et/ou micro ?


Car d'une certaine manière, cette inégalité s'est amoindrie, les pays riches le sont moins et les pays pauvres le sont tout autant, ou c'est mieux (les émergeants). Bien sûr, certaines fortunes
sont hallucinantes, intolérables ... mais ce n'est pas d'aujourd'hui.


Mital, sur des bases essentiellement économiques et financières, ouvrent et ferment des usines, engagent là des ouvriers, dégagent là d'autres. Demain Mital disparaîtra, et d'autres potentats
arriveront.


Et dès lors à nous d'encadrer ces mutations économiques, de mettre d'autres logiques que celles de la jungle du plus fort, à nous (et surtout les plus jeunes qui sont entrain de préparer le monde
de leurs enfants) de nous protéger en allant de l'avant (l'immobilisme n'est pas une protection, le seul devenir d'une citadelle est d'être prise à plus ou moins brève échéance!). Nous devons
nous adapter et manifestement cetains pays y vont plus franchement que d'autres avec des résultats bons et moins bons !


La FM peut y apporter sa pierre. Des sociétés "sociétalement" appaisés, ouvertes et  tolérantes,  sont, j'en suis persuadé, plus capables que d'autres de s'adapter à ce monde économique
sans scrupule (le scrupule n'est d'ailleurs pas son propos).


Encore faut-il le vouloir ?

Ouroboros 10/02/2013 12:21


Cher Gérard,


Vous me semblez bien optimiste… La maçonnerie n'est pas aussi radicale que vous semblez le croire.


Marcel SEMBAT, dans un discours au Convent du GODF, en septembre 1912, disait : "Est-ce que l'ouvrier que l'on prétend
affranchir, ne sera pas toujours frappé par son patron quand il plaira à son patron de lui faire expier durement son indépendance ? … Nous savons parfaitement que c'est trop vrai ! Et pourtant
nous répliquons que nous n'attendrons pas que la transformation économique soit faite pour commencer la tâche de l'émancipation de la pensée. Nous lutterons ensemble, simultanément et
parallèlement, pour affranchir l'homme économiquement et intellectuellement".


La maçonnerie d'aujourd'hui travaille-t-elle vraiment  "à l'amélioration
matérielle et morale de l'Humanité" ? Permettez-moi d'en douter !


Trois exemples :


— les travaux en loge donnent rarement lieu à des débouchés concrets et restent du domaine de la vanité utopique, après minuit l'heure
du repos…


— de nombreux élus francs-maçons, malgré les postures, renient l'idéal laïc en finançant des opérations "religieuses" de toutes
allégeances…


— le montant abusif de la capitation est un bon moyen pour les mandarins de se protéger de la gueusaille ouvrière


Comment alors "guider les autres dans la voie de la justice et de la vérité", et "répandre la lumière et
assembler ce qui est épars" ?


Bon courage !

sous la Voûte étoilée 10/02/2013 14:51



Cher "Ouroboros",


Je n'ai que l'illusion que me procure la volonté de faire. Vous citez Mrcel Selmbat. Je pourrais à mon tour citer Jaurès et la République sociale. L'homme ayant acquis la liberté avec le suffrage
universel reste esclave dans l'entreprise. Sans changer cela, il n'y aura pas de République, d'où son exigence d'une République "sociale" !


Est-ce paece que la sociologie du recrutement s'est profondément modifiée en un siècle qu'il faudrait renoncer, aujourd'hui, aux idéaux humanistes ?


Alors, il faut tailler la pierre là où l'on est, user des moyens que l'on a ou que l'on a construit...


A cette tâche là, je sais que je vous retrouverai...



réboussié 10/02/2013 11:44


on a tellement abdiqué la volonté politique ...abdiqué...oui, bon constat ; et après ?


on peut répondre "votez donc "Machin", ça sera le changement .. pour quoi ? vous verez bien ... croyez et vous serez sauvés ...ce qu'on fait depuis longtemps , la FM ? un refuge ? une thérapie
douce ? un supplémént d'ame pour bourgeois inquiets ? ou flics pas toujours bien dans leurs rangers ?ou" travailleur social" déboussolé ?la loge , le non lieu dans un non temps , la tête dans les
étoiles ? U topos et U chronie réunis , mais on peut aussi s'intéresser aus problèmes posés par la scission récente de ......ou de celle plus ancienne de 1819.......


N'accepte t on pas bien facilement cette dictature molle , laissons faire la nature ou le marché , comme on va être bien obligé de le faire en matière de santé vu l'avancement des travaux en
matière de financement de la sécu ?


Et si nous , nous changions ? Le choix droite gauche est lui aussi dans le mur, il fait parti intégralement d'ailleurs de la dictature supra , et les extrèmes idem . Il ne nous reste que la
sortie par le bas ou par le haut , mais il faudra changer les acteurs bien sur , l'avantage de l'avion , c'est que le pilote défaillant .... mais vous avez remarqué dans la marine , le
"capitaine" à tendance à suivre la pente (ou la gite) et tombe dans un canot , merci seigneur , il ne s'est rien cassé ...


Sans être un fanatique de M Onfray, je crois à l'éducation, ça se démontre facilement par le comportement des barbares .....de chez nous


Education , car même chez nous , il y a des lacunes dans l'ignorance ..Chantier qui pourrait nécessiter une éternité , mais n'a t on pas des retraités qui ont à la fois du temps et des belles
montres ...On a aussi déja un blog ...Les sujets ? c'est vrai qu'a voir les questions à l'étude des loges , les canards n'ont pas à s'inquiéter outre mesure ...


Un sujet de fond par exemple , bien que personnellement je n'ai pas les moyens de ....moi , je n'ai pas les moyens , mais à quelques uns ? Le système est complique ?? oui certes , mais si on
s'intéresse aux entrées et sorties , la mécanique interne , laissons la aux spécialistes .....combien de soeurs chez nous sont capable de nous expliquer les principes de Carnot appliqués au
Diesel ? et pourtant les femmes conduisent mieux que les machos de service ! car on nous noie dans le système , dans la mécanique , Qui nous noie ? les crétins qui ont jeté le bus dans le mur ,
c'est comique non ? et pourtant quand je parle des comiques , ça ne fait pas rire tous le monde , curieux , non ??


C'est vrai qu'on n'est pas doué en économie , posez la question à un agrégé , prof en activité , bon , c'est pas recevable , je sais , c'est on lecteur d'Alter Eco....et du blog de C Kintzler
....mezetulle , c'est tout dire ...Pourquoi laisser "Mariane" faire le boulot, ou le Canard ?? , et nous ? Extérioriser ? J'écoute les frères ministres ? j'entends celui de Lyon, ... et je pleure
, viennent les jours , sonne l'heure , les jours s'en vont ...Ne sommes nous donc que des chiens gras velleitaires ? On abandonne devant le marché ? que devant le marché ???? je ne préconise pas
bien sur d'aller ce soir détruire le radar du bord de route , mais accepter de se faire racketter par une machine ?????on me dira que je suis un assassin car , j'avoue, c'est criminel de passer à
2 heures du matin à 96 Km/h  devant un radar au milieu des vignes , moi aussi , je dis merci Mr l'agent , vous avez raison , chef oui chef , Vengeance ? assied toi au bord de l'oued ? la
vengeance des cloportes ? ces beaux messieux , les cloportes vous répondent de l'autre coté de la mer  , mais ça ne fait pour le moment que la fortune des extrèmes ...je rêve de court
circuit , accéder directement au chemin de l'intelligence ..Même sur la forme ou le chemin , je cherche ....pour les sujets de fond ?


 Combien lisent ce blog et disent j'aime ? en silence .......certains trop bavards?? pourquoi ? crier : "Y a quelqu'un ? " ça vous dérange ????


Un dernier mot , si tu peux pas payer ta capitation , dégage pauvre con ....car la philo c'est bien , mais la comptabilité a ses exigences .......et une boite bien gérée , c'est l'avenir ??????
Non ? hein ??? enfin , je le pense ? vous aussi ? ah ! merci ... je ne suis pas tout seul .....


 


 


 

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)