Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

27 Feb

Laïcité au Parlement Européen : dialogue de sourds !

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Europe et International

Le dialogue de l'article 17 du Traité de Lisbonne est mis à mal par Lazlo Tokes et Jerzy Busek ! Le mot "saboté" serait certainement plus ajusté.
 
S'il ne faut pas s'étonner qu'un évêque cite la bible, c'est plus alarmant lorsqu'il s'agit d'un vice-président du Parlement. Le problème prend toute sa dimension lorsqu'il s'agit du même homme et cela dépasse les bornes lorsqu'il met sur un même pied athéisme et dictature !
 
Nous connaissons bien les députées européennes (Sophia In't Veld et Véronique de Keiser), protagonistes des protestations qu'elles ont accomplies lors de la réunion du 30 novembre 2011 à Bruxelles.
Nous assistions à la réunion préparatoire dont il fut rendu compte ici.
.
xx
Commenter cet article

Catherine 20/07/2012 20:52


« Dans ce monde transi par la peur, les gros bandits bombardent sans pitié des pays exsangues. Les bandits intermédiaires pratiquent l'assassinat ciblé de ceux qui les gênent. Les tout petits
bandits font des lois contre les foulards.» (Badiou)
On le sait la laïcité, dont on nous dit qu’elle travaille à la séparation des églises et de l'État, mais jamais au profit de qui, a des rapports plus qu’ambigus avec l’ instance du « monopole de
la violence légitime», l'État. Elle est à la fois l’émanation directe de celui-ci et le bras armé de sa violence symbolique. Ce n’est pas pour rien qu’elle est née dans la France « Jacobine ». Ce
n’est pas pour rien, non plus, si son combat le plus fondamental fut celui de la maîtrise de l’enseignement par l'État, sachant que l’école est l’ « appareil idéologique d’état » par excellence.
Cette idéologie s’est forgée souterrainement depuis le XVIIIème siècle, puis s’est manifestée avec une extrême violence, à partir de 1880, lorsque les républicains ont eu le champ libre, contre
une Eglise catholique dont les comportements hégémoniques, qui s’exerçaient depuis des siècles sur les consciences et les institutions, ont été violemment pris à parti et définitivement abolis.
D’une certaine manière, l’Eglise n’avait que ce qu’elle méritait, mais, d’un autre côté, un tel contexte historique faussait tout dès le point de départ. On allait simplement changer de cultes et
une nouvelle race de bigots allait remplacer l’ancienne. Jules Ferry-Tonkin (ce contempteur de la « Commune de Paris » et thuriféraire de la colonisation!), Paul Bert et Jean Macé, animés d’une
ardeur passionnelle et militante, allaient corrompre l’enseignement public en l’imprégnant de leur morale et de leur religion agnostiques. Sous couvert d’objectivité et d’impartialité, bien sûr.
L’amusant, c’est que cette idéologie prend ses origines – là réside son impensé- chez le pape Gélase Ier (au V ème siècle) et sa doctrine des deux glaives qui visait à séparer le pouvoir temporel
et l’autorité spirituelle… La biographie d’un de ses représentants les plus éminents et les plus virulents, Emile Combes, est à ce sujet éloquente, puisque ce laïque de choc fut un ancien
séminariste docteur en théologie ! On se souviendra également de « l’Eglise positiviste » et d’ Auguste Comte son pape. Religiosité non assumée qui faisait dire à Nietzsche que nos braves
laïques, et leur « libre pensée » de façade, étaient des « curetons défroqués », l'intelligence des mythes et la magnificence des rites en moins (1) ! La grille de lecture de cette idéologie
d’Etat, de cet enfant naturel d’un Pape et d’une « République », d’une pauvreté à toutes épreuves, la rend aveugle au « socio-économique », au culturel dans son sens large, à l’exception du
religieux, sur lequel elle n’a de cesse de rabattre tous ce qui existe et qu’elle monte volontairement en épingle, c’est son meilleur ennemi, elle en a absolument besoin. Si il n’existait pas,
elle n’aurait aucune raison d’exister, elle-même. Le malheur de cette laïcité, qui est une religion civile calquée sur le christianisme, mais sans la capacité de religio, c'est que sa «
transcendance » n'est que d’empreint et sa spiritualité n'existe que par procuration. Elle est une idéologie stato-centrée, « réactive », dogmatique et bancale - il faut avoir assister au triste
spectacle d’une funérailles laïque, pour comprendre le mot de Pascal : « Misère de l’homme sans Dieu »! Par ailleurs, cette laïcité n’a de cesse de se revendiquer de la démocratie et « des droits
de l‘homme », alors qu’il existe de multiples exemples pour nous prouver tout le contraire, dont beaucoup se situent, de la Tunisie à la Turquie, dans le monde arabo-musulman. Pourtant l’ «
Islamisme », terme particulièrement équivoque, n’est pas né par génération spontanée ! Ainsi quand elle se déploie hors d'Europe, cette idéologie montre son occidentalisme sous-jacent et sa
hiérarchie des valeurs : sa conception de l'individu, sa rhétoriques de la liberté, son rapport au régime d'accumulation flexible (elle s'accorde parfaitement avec un certain capitalisme dont
elle espère devenir le supplément d'âme), sa volonté de puissance dominatrice (elle légitime pour le mieux les entreprises coloniales, en étant leur idéologie de combat notamment)... L'étonnant
c'est que la Raison, ce veau d'or de la laïcité, telle un inatteignable objet du désir, a pourtant été déconstruite tout le long du XXème siècle (Nietzsche, Freud, Max Weber, Ecole de Frankfort,
Foucault…), mais l’ Être Suprême n’a de cesse de renaître de ses cendres, sous les atours les plus inattendus... En Belgique, cette réincarnation a pris la forme grotesque d’une vestale de la
laïcité républico-belgicaine, rejeton d'un Monsieur Homais et d'une Madame Bovary postmodernes, auquel on doit ce mot aussi magnifique que prudhommesque : « l'espace public n'est pas la rue »
(sic) ...!
Sa rhétorique « émancipatrice » constellée de sophismes, sa vulgate « libre penseuse », où la pensée a été définitivement mise au pas, cache mal que la laïcité est en fait un hégélianisme
frouchouillard, dont on aurait éliminé toute « dialectique » ; une philosophie cheap duquel la chouette de Minerve ne serait jamais parvenue à prendre son vol … Tout y est, mais en plus dégradé !
Le caporalisme de la pensée, la déification de l'État, un christianisme rampant et de pacotille, la « Raison » comme moteur de l’Histoire, l’Idéalisme et son « Universel abstrait », un
ethnocentrisme et un identitarisme aussi honteux que forcené… L’idéologie laïque serait donc un hégélianisme du pauvre. « Heureux, les pauvres d'esprit, car le Royaume des cieux est à eux » !

yves sarzier 01/03/2012 12:46


en matière de laïcité comme d'économie (comme quoi le dogmatisme ne recouvre pas que la religion n'est ce pas ???), l'Europe , son organisation et ses buts actuels , n'apportera pas la paix et la
prospérité mais la violence car la majorité silencieuse, car quel est son pouvoir de se faire entendre ? se retournera vers d'autres extrémismes, seul moyen de renverser la table qu'elle ne peut
regarder que de loin, Egypte, Syrie, Lybie, la révolution va t elle apporter le bonheur, un mieux vivre ? Pas sur, mais ," putain, pendant la bagarre , qu'est ce qu'on s'est éclaté ....." à
prendre au 4ème degré bien sur ....   quoi que , vu le temps d'aujourd'hui, je me demande si je ne ferai pas mieux de gardre mes réflexions pour moi et mes vrais potes , pas très
nombreux , c'est vrai, faut se méfier de tout le monde , même les murs peuvent avoir des oreilles , même si le mur de l'argent lui est sourd .....je plaisante bien sur, vous l'aviez remarqué
........

Josse 27/02/2012 14:48


L'union européenne reconnait comme Etat souverain l'ordre de Malte, contrairement à de nombreux Etats laique comme la France.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/