Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

27 Sep

Laïcité : Peut on parler de laïcité sans idéologie ?

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Laïcité - Religions

is--1-.jpg

 

Le billet de BRP (Bruno Roger-Petit) montre une vision de la laïcité assez intéressante, car très éloignée des consensus historiques et des avancées politico-philosophiques depuis un siècle.

Heureusement, le billet de l' Abeille et l'architecte remet les choses en perspective !

J'aurais aimé cependant que ce dernier billet approfondisse les différences suivantes :
- la morale,
- la loi (l'éthique d'Etat, au sens hégelien),

le tout mélangé à :
- l'espace public,
- l'espace privé.

Car la laïcité n'est pas un choix à priori; c'est une conséquence du mélange entre République, Droits de l'Homme, et démocratie.

Il me semble que nous pouvons définir la laïcité avant tout comme un mode de gestion de l'espace public.

Elle ne repose en rien sur des qualités individuelles (type tolérance, ou liberté de conscience), ni sur des qualités individuelles copiées au niveau de l'Etat (type tolérance dans l'espace public). Elle place un curseur entre les libertés individuelles (pratiques personnelles) et le respect des autres via l'espace public.

Comme la définition du respect des autres, des valeurs morales, dépendent du lieu et de l'époque, il faut reconnaitre un arbitraire dans le positionnement de ce curseur ; la République assume cet arbitraire et le fixe par voie démocratique.

A ce moment là, la loi de 1905 fournit le sens dans lequel les législateurs doivent avancer : la neutralité de l'Etat, la non-ingérence du métaphysique dans le politique sont les guides des textes votés. Ceci est d'ailleurs un argument fort en faveur de son introduction dans la constitution, et une réfutation de ceux qui disent que la laïcité n'est "que" la loi de 1905.

La République affirme donc l'existence d'un espace commun et se propose de régir les relations entre individus afin de maximiser les libertés et le respect dû à chacun, et la laïcité est la méthode de résolution des conflits.

Comment définir ce qui est acceptable ? Certains revendiquent une liberté absolue de comportement et de parole (donc d'habit, qui est une forme de communication) dans l'espace public.

Cette demande entre en contradiction potentielle avec le respect d'autrui, et c'est pourquoi ces libertés sont soumises explicitement au respect de l'ordre public (cf. texte de loi 1905).

Ce concept d'ordre public est encore un peu flou, mais ainsi les éléments de morale (arbitraires donc) peuvent intégrer la loi sous la forme de débat démocratique. Le débat (théoriquement) fait ressortir ce qui relève de la morale (inconsciente ou métaphysique) d'un coté, et ce qui relève du choix (conscient et argumenté) de l'autre.

Par exemple, si demain ma religion m'impose de me promener dans la rue les parties génitales à l'air, ou avec une arme automatique, doit on m'en empêcher (oui !), et si oui au nom de quels principes ?

Les seuls principes acceptables (rationnellement) sont ceux qui prennent en compte la sensibilité d'autrui. Mais si on accepte de faire attention aux sensibilités des autres, que dire de ceux qui sont choqués par les signes religieux, que ce soit parce que ce n'est pas leur religion, ou parce qu'ils estiment que c'est un avilissement de la raison humaine ?

La laïcité, en érigeant des règles de comportement dans l'espace public, protège la pratique religieuse en affirmant qu'en dessous d'un seuil démocratiquement déterminé tout est acceptable.

En résumé, le principe de laïcité est une innovation législative qui n'est pas encore tout à fait mûre. Je m'explique : la Loi a depuis toujours été construite sur le mode des 10 commandements, en commançant par "Tu". Il s'agit donc de restrictions posées à un comportement individuel.

La laïcité n'est pas un règle sur un comportement individuel, mais un principe basé sur les Autres ! Ce sont les Autres qui déterminent ce qui est acceptable ou non. Ce paradigme est nouveau, difficile, et n'a à mon sens toujours pas trouvé de formulation correcte dans notre cadre législatif. Cependant, comme je n'ai rien de mieux à proposer... :-)

mini_moi.jpg

Emmanuel Manganneau

__________________________________________________________________

Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/