Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

17 Oct

Le Concordat fragilisé par la laïcité ?

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Laïcité - Religions

Le Concordat fragilisé par la laïcité ?

Un débat très suivi vendredi, dans la Maison de la Région. Photo Jean-Marc Loos

Dans le cadre des États généraux du christianisme, le Concordat a été mis sur la sellette. Un débat salutaire.

Selon le programme des états généraux, le philosophe, chantre de la laïcité, Henri Pena-Ruiz devait débattre, vendredi, du concordat avec le président du conseil régional, Philippe Richert, le président des Églises protestantes, Jean-François Collange, et le chercheur Francis Messner. Finalement le contradicteur n’est pas venu. « Atout ou problème pour la laïcité française ? », a interrogé la journaliste de La Vie, Olivia Elkaim, qui a mené la discussion, s’attachant à soulever les questions qui dérangent.

Tant il est vrai que sur le fond, et pour des raisons différentes, les trois personnalités défendent l’existence du régime local des cultes, qui englobe à la fois le concordat catholique et les lois organiques concernant luthériens, réformés et juifs. « C’est un héritage français », a rappelé Philippe Richert. « Toute situation est le fruit de l’Histoire », a renchéri Jean-François Collange, affirmant que les cultes n’ont pas à rougir de ce statut qui « permet de rémunérer curés, pasteurs et rabbins ».

« Le pluralisme religieux est institutionnalisé, ce qui permet de créer du lien social, dans le respect des droits fondamentaux », a précisé Francis Messner, en rappelant que les protestants, en Alsace et contrairement au reste de la France, y compris en Moselle, n’ont « jamais connu de persécutions ».

Si la question fait débat, c’est à cause de la proposition 46 du candidat-président Hollande, visant à inscrire la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution. Devant les appels de ses amis, il s’est engagé aussi à y inscrire l’exception alsacienne et mosellane. « Ce qui serait inconstitutionnel », préviennent Philippe Richert et Francis Messner. Le président du conseil régional « fait confiance à François Hollande »…

Mais, selon lui, « on a commencé à fragiliser le Concordat. Il va être continuellement mis sur la sellette. ». « Cela ne lui fait pas du bien », reconnaît le président Collange, pour qui « le Concordat est fragilisé depuis 1905 ».

De la salle est venue la question du coût. Faut-il que les contribuables français paient les salaires – pour 54 millions d’euros – des hommes d’église alsaciens ? « La France entière finance bien le métro parisien », a répliqué Philipe Richert. « Ne pourrait-on pas entretenir les grandes religions comme un service public ? », s’est interrogé le président de l’Uepal, en reconnaissant « être sur la défensive ».

« Même des protestants, outre-Vosges, s’interrogent sur le bien-fondé du financement par l’État ». « Nous pouvons vivre notre foi de manière plus apaisée, et les échanges interreligieux sont plus riches », a-t-il cependant témoigné. Mais la formule choc est venue du chercheur. « Abroger la loi créerait un traumatisme inutile, avec des blessures profondes. On a un système qui fonctionne bien, qui pourrait être élargi et rafraîchi », a soutenu Francis Messner.

Pourtant, le président du Conseil régional du culte musulman, Driss Ayachour, a bien répété que « l’objectif n’est pas le Concordat. Ce qui nous tient à cœur, ce sont les aumôniers dans les prisons et dans les hôpitaux, et l’enseignement religieux pour faire de nos jeunes des citoyens français de confession musulmane sans complexes. » Quant à la conseillère régionale Lilla Merabet, en charge de la jeunesse, elle a parlé d’identité, pour croyants et non croyants, et insisté sur « le vivre ensemble, qui constitue le socle de l’humanisme rhénan en Alsace ».

Le 14/10/2012 à 05:00 par Yolande Baldeweck

______________________________________________________________________________________

Commenter cet article

réboussié 18/10/2012 16:35


pour répondre à la proposition de Ph.Richert de l'UEPAL, faire un service public des églises , je suis tout à fait d'accord avec cette proposition, cela me semble plus rapide et plus efficace,
plus réaliste , vu la politique actuelle, que l'abrogation du concordat par une loi


Juste un regret quand même , le coté sadique de la chose, vu l'interdiction du suicide (et la , à petit feu si j'ose l'image ..)  par les concordataires , un des rares points d'ailleurs de
convergence ...l'intégration de nouvelles religions apporterait du sang nouveau , même si ma formulation peut ou pourrait être mal interprétée ...mais , bon , vous voyez ce que je veux dire ,
Dieu fonctionnaire , 35 heures , le samedi en plus du dimanche ...au fait , dans ce cas , les écoles privées , elles deviennent publiques aussi ? et tous les 5 ans on vote , mon Dieu à moi lave
plus blanc , mon paradis à moi , il accepte même les ....Car si vouis nationalisez l'eglise et pas l'actionnaire principal, c'est un coup à perdre le triple A et se retrouver triple C .


Si vous voulez spéculer, achetez de la terre , elle ne ment pas , parait il, (elle ne fait pas de politique , elle ), et surtout on n'en fabrique plus !

sous la Voûte étoilée 18/10/2012 17:29



La direction de la pensée, pour ne pas dire de la conscience (cf. les confesseurs jésuites, encore npmmés les directeurs de conscience, mais les jésuites n'en ont pas l'exclusivité) n'ont rien à
voir avec le service public ! On retombe encore une fois dans le travestissement de la loi de 1905. Cette loi n'organise pas l'égalité entre les églises, elle rend l'Etat
indifférent aux églises, pour peu que les activités auxquelles elles donnent lieu respectent l'ordre public !


C'est ainsi que dans la République Française, et en vertu du principe d'égalité de traitement des citoyens sur l'ensemble du territoire d'une part et de la loi de 1905 qui sépare les églises de
l'Etat d'autre part, il y a lieu d'abroger le système concordataire.


Le GODF propose qu'une étude soit faite sur les conditions d'une sortie progressive et négociée. Pourquoi pas, dès lors que le résultat final de ce type de processus soit bien l'abrogation !



Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/