Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

20 Feb

Le paysage maçonnique français ? En état de stagflation selon Alain Bauer...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Notes d'humeur

Alain-Bauer--1-.jpg

 

Le dernier Bauer est paru et c'est un interview pour le blog de François Koch !

Comme à l'accoutumée,  un interview d'Alain BAUER est toujours fortement ressenti dans le monde maçonnique. Cette fois, il nous décrit "l'état 2013 de la Franc-Maçonnerie en France". Quoique l'on puisse en penser, sa parole vient à propos rappeler quelques vérités, décrire sa vision de ce que nous sommes aujourd'hui et, en filigrane plus ou moins prononcée, faire quelques suggestions.

Cette triple crise, puisque c'est ainsi qu'il en parle, ne laisse personne au bord du chemin. GLNF, GLDF et... GODF sont à table pour se voir servir une cuillerée finalement astringente.

 

La GLNF. Alain Bauer évoque la volonté de François Stifani de transformer la GLNF en "GODF de droite". Il est effectivement très probable que cette stratégie aura été l'un des éléments déterminant qui aura sonné le glas de sa Grande Maîtrise. La découverte d'une lettre qu'il avait adressée en 2008 à Nicolas Sarkozy, lui assurant le soutien de l'obédience, est venu confirmer ce positionnement. Elle serait en état "d'explosion-recomposition". Ayant perdi près de 16.000 membres, 3 obédiences sont nées de scissions succéssives en peu de temps, la GL-AMF, la GLIF, parties prenantes de la future confédération, et la GLTF.

 

La GLDF et la construction de la Confédération.

Trois questions sont abordées par Alain Bauer dans la logique des critères de la Déclaration de Bâle.

Celle du poids du Suprême Conseil de France, juridiction des hauts grades du REAA, avec le rôle qu'il continue à jouer dans la vie interne de l'obédience (les loges bleues). Certains membres sont présents dans les instances de l'une et de l'autre. Cette spécificité apparaîtra nécessairement comme une "anomalie" aux yeux des anglais. Ce qui a été analysé comme tel  ici.

Celle de la rupture "sans ambiguïté" de ses relations avec les obédiences irrégulières, question évoquée plusieurs fois ici et ici. C'est d'ailleurs l'un des éléments sur lequel on sent comme une "crispation" chez notre ami Jean-Laurent. C'est effectivement LA question qui ne peut que provoquer, voire exacerber, des tensions internes relativement à la question des intervisites, qu'ils voudront continuer à pouvoir pratiquer... C'est ce qui ressort des commentaires apportés soit sur ce blog soit sur la page Facebook qui lui est liée.

Celle de la quête irrésistible de la Régularité qui a conduit, dit-il, les représentants de la GLDF à proclamer que "le GADLU était un Dieu reconnu" lors d'une Conférence des Grandes Loges américaines ! Cela me rappelle quelque peu la réponse que Michel Singer, ancien Grand Chancelier (responsable des affaires étrangères), avait tenu à faire à certains de mes propos. Etait-il dans cette délégation dont parle Alain Bauer, je ne sais, mais la teneur va dans le même sens !

Mais la principale critique, il la porte sur le fait que les réponses à ces critères sont rejetées dans un après qui ne dit pas son nom. Cette manière qui consiste à privilégier ce qui plait pour reléguer ce qui fâche risque de reproduire les mêmes effets (l'échec) que lors de la précédente tentative de 1950, celle dont parle "Christophe" dans plusieurs de ses commentaires aux articles de ce blog ! Une "recomposition sans visibilité."

 

Le GODF.

Puisqu'il faut garder le meilleur pour la fin, Alain Bauer ne mâche pas ses mots à propos du GODF. Et disons le tout net, s'il met en avant la progression des effectifs, c'est pour annoncer un déclin probable si l'obédience ne reprend pas le chemin historique qui est le sien qui est "d'exprimer collectivement des options et des propositions progressistes". 

Force est de constater que nous sommes en panne. En panne dans notre capacité à synthétiser nationalement les réflexions annuelles de nos Loges, en panne de lisibilité extérieure, en panne dans notre capacité collective à nous réformer, c'est-à-dire en panne d'idées qui nous mettraient en phase avec non pas ce qu'a été la société et qu'il nous faudrait retrouver (et certains accents du "Manifeste" n'échappent pas à cette "nostalgie") mais en phase avec ses évolutions, avec ses potentialités, avec ses UTOPIES ! 

Alors, Alain Bauer a-t-il tort de parler de "crise prospective" pour le GODF ?

Le mot est fort mais la réalité nous rattrape. C'est un défi. Réussir le travail qu'un certain nombre de congrès a engagé, dont celui auquel j'appartiens comme délégué de ma Loge. Savoir reconstruire cette capacité à être un laboratoire d'idées, savoir anticiper, "oser penser" comme disait Charles Porset...

En fait avoir la volonté de se coltiner la réalité sociale, économique, européenne et internationale non pas pour en faire une analyse puis un programme politique mais pour élaborer ces "options et propositions progressistes"...

 

L'interview commence sur l'évocation de "La Maçonnerie Française", cette espace maçonnique où les obédiences qui se reconnaissaient mutuellement s'étaient engagées sur une charte, susceptible de rassembler leurs valeurs et leurs efforts pour avancer ensemble. Alain Bauer en avait été un artisan talentueux. Et JLT nous rappelle dans son dernier article que c'est Alain Graesel, alors GM de la GLDF, qui avait choisi de retirer son obédience de cette iniiative. Déjà...

Alors, aussi irritante que puisse être pour certains la parole bauerienne, elle vient nous cueillir, nous provoquer et nous obliger à cheminer...

Et si "la preuve du pudding est qu'on le mange", force est de constater que j'ai écris cet article et, qu'apparemment, vous l'avez lu.

 

Gérard Contremoulin

____________________________________________________________

Commenter cet article

réboussié 21/02/2013 17:32


ma chère Adèle, je te trouve d'une impertinence rare, critiquer les frères supérieurs , 5ème ou 33ème, blanchis sous le harnais (des 5 et 33 de l'époque ou l'on n'était que 3ème grade, ), je
parle des cheveux pour ceux qui en ont gardés qq uns ...qu'avec l'age , un vrai naufrage , on part un peu par petits bouts, quelques trous de mémoire , peut être , des difficultés à conduire la
nuit , à se déplacer sans mes canes (coin coin), mais on existe encore , et pour se le prouver , malgré la petite voix qui nous dit "Ta gueule , vieux c.  !"le seul moyen d'avoir un pouvoir,
pour un militaire retraité qui veut un commandement, c'est de se faire offrir un chien , pour un vieux maçon , c'est de regarder de haut l'apprenti, et même le maître : "Tu comprendras plus
tard"  mortel,  la formule qui tue ,  , la véritable formule en fait , c'est tu comprendras TROP tard ! mais j'ai assisté à la petite fête pour un frère  à qui on fêtait ses
60 ans de maçonnerie, un vrai bonheur,  le vieillissement c'est comme pour le vin, ça bonifie le bon , et ça acidifie la piquette; oui , il y a des vieux ....mais il y en a aussi de
tellement ... bons ...n'y en aurait il qu'un seul que ce serait ridicule de le jeter avec les autres ... Si dans ta loge , tu as des soucis , j'ai une recette , elle vaut ce qu'elle vaut , quand
tu as quelque chose à dire , dis le , fais une planche , ça soulage , et des fois ça réveille , le tyran, c'est parce que personne ne se lève pour lui dire "Stop".Egypte , Tunisie , Lybie , ceux
qui ont fait partir les tyrans ? Tu les vois en loge plier l'échine devant un 5ème ordre ? On se met à genoux une fois pour s'entendre dire .....après , on peut se coucher , bien sur , mais la
faute des autres , .....


pour les sides degrees , un conseil ? va z y voir , faut savoir visiter, le chemin initiatique , faut pas s'arréter en chemin , car il n'y a pas de bout au chemin , une fin pour le marcheur , oui
, mais est ce une raison pour s'arrêter ? les cordons ? des doudous pour certains , mais peut on les laisser pleurer toute la tenue ? et les secouer , non , même prudemment , on est fragile à cet
age là !

Adèle Cite 20/02/2013 14:48


Je pense qu'on souffre vraiment d'une ingérence des ateliers dits "supérieurs" dans nos LL bleues.Aux 3 premiers grades, nous avons déjà tous les symboles et
outils nécessaires au travail sur nous-mêmes pour mieux rayonner dans la cité. Arrêtons de "pourrir" l'administration des LL bleues avec ces "directives" des hauts grades. Celles ou ceux qui
désirent continuer leur chemin initiatique au delà de la Maïtrise devraient avoir compris que la sagesse est une vertu ? une qualité? qui permet de rester à sa place et de rayonner un peu plus
sans jeter des feux éblouissants qui ne font plaisir qu'à ceux qui les produisent. Un(e) FM est un être humain qui a une vie riche en rencontres et partages dans le monde profane et non à
l'intérieur d'un microcosme qui s'appauvrit à force de se regarder le nombril.Il y a tant de richesses dans nos LL qui ne chercent pas la gloriole des cordons qui finissent par peser sur les cous
de certains et certaines qui ne voient plus que le bout de leur nez !!!!!

Christophe 20/02/2013 08:38


Toujours intéressant parce que direct. Il dit rapidement ce qu'il pense.


Ne connaissant pas le GOdF, je m'abstiendrai de tout jugement à ce niveau. Je pense qu'il faut nuancer, il a probablement connu à son époque une conjonction dans la qualité des dirigeants
d'obédience, et la peur d'une GLNF galopante qui avait montré ses capacités à verouiller l'espace dit "régulier",  sur lesquelles ses capacités consensuelles ont pu s'appuyer pour réaliser
ce semblant d'union.


Aujourd'hui les choses ont changé. Et surtout se trouve à la tête de la GLdF un triumvirat (Graesel, Dubar, Henry) qui mène depuis 7 ans une politique d'éloignement du GOdF notamment. (il serait
faux de croire que c'est l'arrivée des soeurs au GOdF qui en serait la cause.)


La maçonnerie va-t-elle mal? En tout cas, elle vieillit au niveau de ses membres, elle change petit à petit ses modes parce que la société change, et change même très vite. Peut-être même trop
vite pour elle ? Allons-nous suffisamment vite? Je dirais qu'il y a des laboratoires maçonniques, des loges décapantes qui nous font avancer, malgré une envie d'imobilisme. Mais n'en a-t-il pas
été toujours ainsi!


Au niveau de la maçonnerie libérale, je suis persuadé qu'elle garde un réel potentiel, mais il est temps! Et peut-être que le choc que va produite une GLdF dans son basculement (cela me semble
assez innévitable) aura des effets d'ajustement salutaire des "libéraux" sur l'interrogation du projet maçonnique qui semble largement en panne, quoique certaines obédiences soient plus
dynamiques que d'autres à ce niveau. Je pense qu'il faut donc nuancer.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)