Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

08 Feb

Les défis maçonniques de l'heure...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

FM.jpg

 

En 3 siècles (depuis 1728) la Franc-Maçonnerie en France a contribué à faire émerger le fondement de nos institutions : la République ! Saura-t-elle relever les défis futurs ?  

Chacunes des grandes étapes de sa construction a vu des Francs Maçons exemplaires à l'oeuvre : Louise Michel, Jules Vallès, Gabriel Ranvier, Emile Thirifocq,  (La Commune), Victor Schoelcher (l'abolition de l'esclavage), Frédéric Bartholdi (la statue de la Liberté éclairant le Monde), Frédéric Desmons (qui a fait avancer la Liberté de Conscience et la laïcité de l'enseignement), Aristide Briand (le fin "négociateur" de la loi de 1905), Arthur Groussier (le Code du Travail), Gaston Monnerville (Président du Sénat et l'opposition à la révision constitutionnelle de 1962), Pierre Simon (contraception, IVG), Henri Caillavet (le Droit de mourir dans la dignité)... C'est l'honneur de notre tradition, celle de l'émancipation humaine vers la reconnaissance des droits imprescriptibles.

Janus ?

Mais, la pièce a deux faces ! Et il ne faut pas oublier qu'à l'image de notre société où se débattent et se confrontent des visions opposées de la gestion de la Cité, les Francs-Maçons, de tout temps, n'ont pas été tous sur la même longueur d'onde. Ce n'est pas un "scoop" mais ce que l'histoire de notre ordre nous livre. C'est ainsi par exemple que Léonide Babaud-Laribière, Grand Maître du GODF en 1871 était un proche d'Adolphe Thiers ; qu'il y avait des Francs-Maçons de "chaque coté des barricades" de La Commune de Paris et qu'une minorité seulement, tant dans les Loges qu'au Conseil de l'Ordre, soutenait les Communards... C'est ce qui explique que le voeu de Frédéric Desmons demandant l'amnistie des communards ne fut même pas soumis au vote du convent de 1871 !

Chacun retient le versant de l'histoire qui convient à ses souhaits et qui lui semble le plus représentatif de ce qu'il attend de la Franc-Maçonnerie. Et les débats contemporains sur la place des Francs-Maçons (dans leurs Loges sans se mêler de la société ou en restant à son écoute, y compris en se manifestant à l'extérieur en tant que maçons) ne sont que l'expression de ce dilemme. Le visage tourné vers ce que l'on a fait ou vers ce que l'on a à faire ?

Prendre son parti dans ce dilemme. 

Je crois qu'à chacune des étapes de notre vie citoyenne de républicain, nous somme devant ce dilemme : rester à réfléchir entre nous dans nos Loges ou chercher à "extériosiser" en se disant que nous avons cet héritage à défendre et l'exemple de nos aînés à suivre, non pour copier leurs réalisations mais pour imaginer l'avenir selon les idéaux... La Maçonnerie de progrès que se veut être celle du Grand Orient de France a fait historiquement le double choix du cheminement initiatique intime ET de l'engagement citoyen !

Dès lors, j'observe avec une incompréhension grandissante ce qu'il faut bien nommer le silence de la "Maçonnerie Française" en général et celui de mon obédience , le GODF, en particulier devant l'état de plus en plus catastrophique du Monde...

Pourtant, les tâches de l'heure concernent tout particulièrement nos idéaux. Que ce soit les révolutions dans les pays du bassin méditerranéen, la crise économique et les droits de l'Homme, la révision des lois de bioéthique, la situation de l'école de la République, la constitutionnalisation de la Loi de 1905 et l'abrogation du régime concordataire, la guerre du Mali et la menace d'AQMI, le débat affligeant autour du Mariage pour Tous, etc.  

Mais surtout, la société française, dans le contexte européen et international, vit l'une des crises économiques les plus graves et dont la conséquence est d'amener les peuples à résipiscence, à faire amende honorable et d'accepter de payer la note ! Le fonctionnement aberrant des institutions européennes autour de la Banque Centrale, et notamment, l'interdiction qui lui est faite de prêter aux Etats, lesquels doivent emprunter aux banques privées à des taux élevés l'argent que leur prete la ... Banque Centrale Européenne à des taux hyper préférentiels (proches de 0) !

Deux points de vue.

Or, cette situation peut s'envisager de deux manières. D'un point de vue strictement économique et financier et il conduit à ces solutions insensées qui mettent actuellement les peuples, notamment grec, à genoux et ruinent toute possibilité de sortir de la tutelle des banques ou d'un point de vue humaniste qui conduirait à la sauvegarde des droits de l'Homme qui DOIT primer sur toute autre considération et qui redonnerait toute sa place à la démocratie dans la mise en place des institutions !

Mais devant l'idéologie de la toute puissance de la finance, ce point de vue apparaît irresponsable, désuet, vélléitaire. Et l'on déconsidère souvent les propos(itions) maçonniques en opposant leur philosophie à celle de la "réalpolitik". Ce réalisme là a souvent le gout du cynisme. Et l'économie est cynique car l'humanisme n'entre pas dans son champ de vision.  

Relever le gant.

D'abord, comprendre.

Je vois avec un grand plaisir la série de conférences de nature économique qui se déroulent en ce moment au GODF, mais aussi au DH. Certaines loges prennent des initiatives similaires en rompant le tabou de la discussion et de la réflexion sur l'économie. Car il FAUT comprendre les faits, ces mécanismes dont ne nous présentent que les effets en "oubliant" de nous dire les causes.

Ensuite, réfléchir.

Notre manière de travailler est complexe, lente et souvent, ces deux caractéristiques empêchent toute maturation. Ainsi ne devrions nous pas assoir davantage dans le temps, pour éviter l'éphémérité et la multiplicité, nos réflexions annuelles (questions à l'études) et probablement en faire moins ? Et surtout les faire aboutir nationalement.

Faire savoir.

Toute cette matière grise accumulée doit pouvoir être mise au service de la société. Elle est la base utile, incontournable d'une expression publique...  

Agir ensemble ?

Chaque obédience de la "Maçonnerie Française" fonctionne grosso modo sur ce modèle des réflexions annuelles. Pourquoi n'y aurait-il pas une mise en commun, à partir par exemple d'une question transversale (allez j'ose...) "interobédientielle" ?

Imaginons le poids que pourrait avoir une réflexion interobédientielle aboutissant à un texte commun, par exemple sur la Bioéthique (chaque obédience libérale a d'ailleurs déjà sa propre commission...), par exemple sur la création d'un 5° risque "Dépendance", mais aussi sur des sujets peut-être plus clivant actuellement, clivant parce que nous ne sommes jamais allés les explorer ensemble comme le droit des femmes, l'égalité (réelle)des salaires, et bientôt, très bientôt la PMA et la GPA.

Imaginons une conférence de presse des 6 obédiences présentant une position  commune sur ces sujets...

Rève-je ?

 

Gérard Contremoulin

___________________________________________________________________________ 

Commenter cet article

réboussié 08/02/2013 15:16


Il y a des marxistes chez nous et des sarkosistes . J'ai entendu des "droites " qui n'avaient pas tort sur tout, et des "gauchistes stupides ", et je suis poli, vu ce qu'ils pensent de moi ...


Mais de la différence ... je me méfie des experts , même rémunérés 100 fois le revenu d'une femme de ménage .


Je voudrais réhabiliter le discours  "si tu veux parler du salariat, va habiter 6 mois dans une HLM de banlieue et bosse le même temps à la voirie municipale "


 Il m'a fallu à 40 ans aller bosser dans le "social", pour voir la misère , je savais tout d'elle, j'avais beaucoup lu, parlé, écouté ....le monde du prof n'est pas celui du SDF, du
fonctionnaire celui du salarié du privé, sans même évoquer les philosophies personnelles .


Celui qui a des responsabilités, élu , mais même cadre , prend un angle de vision particulier , pas obligatoirement la grosse tête, mais quand même ....


Ceci pour dire en première approche , je suis bien au GO, milieu de réflexion et de motivation important et très riche , pour moi , bien sur ...


Aller militer ? merci, j'ai donné, je me souviens même d'avoir répondu à un ex sérénissime " au lieu de s'inquiéter de savoir pourquoi il n'y a pas assez de militants , et si on se posait la
question , pourquoi ceux qui y sont allés en sont partis ??"  Je n'ai pas eu de retour ...


Il y a une dimension politique  , économique aux problèmes du temps , évidemment mais si l'on écoute 10 personnes parler des conditions de leur travail, allez , à la Prévert , un pompier
volontaire , un ingé bac plus 5 , un technicien chimiste bac plus 4, un ex responsable de formation, un ex directeur de centre de formation, un agent EDF, un employé voirie de la mairie ...un
commerçant ambulant, un plombier (artisan) ...le dénominateur commun ? il justifie tout à fait la déclaration d'un économiste qui déclarait que la mauvaise gestion du personnel, le mauvais
management coutait entre 1 et 2 points de PNB . Je me souviens du discours que j'avais avant et pendant le discours sur les 35 heures , je disais à mes (bons) potes , je ne suis pas concerné, je
fais 20 heures ..par mois . payé 40 heures par semaine ...et je n'étais pas dans un placard .( j'ai écrit à Paris, pour expliquer ....il y a 20 ans , j'attends la réponse , )


Le poisson pourrit par la tête , et ce qui est en dessous supporte de plus en plus mal les relents ...


 Les causes ? je ne saurais les lister à moi tout seul, quant à faire parler les autres ???


J'ai entendu et parfois encore des "travailleurs sociaux", le "politique" ou la personne de bonne éducation vous dira "c'est un problème de société", mais on entendra le dépanneur de chez Otis
qui tient un autre discours , car lui , l'état des ascenseurs , il connait , il y est dedans 35 heures par semaine ...et le "travailleur social" vous dira "comment peut on vivre 20 ans en France
sans en parler la langue tout en habitant à 100 mètres du centre social ?" ou bien , excusez la grossièreté du propos , "ce n'est pas la Société, qui vient pisser dans l'ascenseur ou qui balance
les couches usagées par la fenètre "


Je ne prétends pas épuiser le sujet avec mille exemples comme ceux ci ...mais la société française ? je ne l'ai jamais rencontrée , à part sur des diagrammes de tableur, et par expérience , les
comptables ne font pas preuve de beaucoup d'efficacité sur le terrain .  Pas de gestion sans comptable compétent , mais il y a l'ordonnateur ... et le
comptable , quand vous renversez l'étoile ... mais je ne veux pas passer pour un symbolatre ....Le maire du village , il signe le bon de commande , le
percepteur vérifie que le compte est approvisionné ....et conformité ......et signe le chèque ...mais le comptable peut bien sur signer le chèque pour les Kalachnikovs, encore
que me semble t'il il y a plus haut un TPG ....Il y a dans la hiérarchie des disfonctionnements, corruption, de l'incompétence aussi ...C'est tout cela qui fait SOCIETE ! une loi interdisant la
corruption , l'incompétence ne prouve que la bétise de celui qui la dépose et de ceux qui la voterait .


Il y a chez nous, dit on 40 000 membres : en principe de l'ouvrier au ministre en exercice : une diversité , un panel intéressant non?? il y a aussi en principe une liberté de parole , une
capacité d'écoute et de synthèse connue , une fraternité , et disons le , une "intelligence" une expérience nous permettant de débattre sans nous insulter , nous interrompre (l'argument ultime!),
dans le respect mutuel , même viril le cas échéant , à défaut , notre place n'est pas en loge ( imposteur!!) , quand nos "experts depuis si longtemps qu'ils nous expliquent , vu la situation
actuelle , financière mais surtout des valeurs , du malaise et de la montée des extrèmes , pourquoi s'empailler su le mariage des homos, la nécessité de l'extériorisation , la PMA , puis le vote
des immigrés ( 70% des tunisiens en France auraient votés Ennarda =frères musulmans aux dernières élections tunisiennes) , des états généraux , ou des cahiers de revendications ??on pourrait , le
GO présupposer d'un travail serieux, alors comment ? j'émets juste une idée, car j'ai beaucoup d'idées justes et neuves , même si souvent les neuves ne sont pas justes et les justes bien neuves
...aujourd'hui, pub , com, langue de bois ,promesses électorales , ... la parole est perdue .....la justice est bafouée , que reste t il ???? La vengeance ( pour ceux qui ont encore en plus des
cheveux blancs conservés une certaine mémoire d'un chansonnier d'antan qui voulait se venger , ne se souvenant plus de quoi, simplement qu'il fallait qu'il se venge ...).....et les FM n'auraient
rien à proposer à la place ?? un mot peut parfois suffire pour changer une décision ...faut il qu'il soit dit .....

dan 08/02/2013 09:00


Merci Gerard de cette analyse que je rejoins. EN effet nous entendons peu notre Obédience, mai jle disias hier soir, il est diccicile pour unGM de seprononcer car dasn les deux cas on le lui
reproche soit de le faire au nonm de qui soit de nerien dire. Il y a donc lieu d'organiser la réflexion.


Une préoccupation qui n'est pas citée et qui est pour ma part : " les nouvells cléricatures qui son financieres" et qui demain et meme dès aujourd'hui éloignent du quotidien notre idée majeure
qui est de remettre l'Homme au centre de tou les projets d'Avenir car aujourd'hui les interets financiers et économiques de quelques uns ( groupes ou particuliers ) au détriments de la solidarité
et du collectif se manifestent de plus en plus au grand jour.


Pour terminer, le1er juin près de Toulouse pour la 3 ème Fete des Tabliers avec la participation de SS et FF de 8 Obédiences diverses nous retravaillerons  ensemble avec nos différentes
visions, cette année sur la thématique du "Maçon dans la cité" et nous aborderons les nécessités de l'utopie en essayant de trouver le meilleur chemin dans ce monde de brutes. Frat Dan.:

calvariam 08/02/2013 06:07


A ce sujet,je ne peux que partager Gérard. Cela dit, quelques observations: Malheureusement à ce jour nous avons choisi, y compris au GODF, de parler de "sociétal" pour mieux éviter de parler de
"social" (distinction qui ne tient sur rien d'ailleurs "sociétal n'étant qu'un anglicisme dont social est la traduction), alors qu'en réalité ces questions font consensus, queques soient les
sensibilités politiques des frères (et soeurs) par ailleurs. Mais à priori il a été décidé en haut lieu de ne pas aborder les questions socio-économiques qui renvoient à l'analyse marxiste et à
sa critique du capitalisme. Il est vrai qu'il peut paraitre ardu d'aborder de telles questions sans idéologies et esprit partisan.Cela m'amène à ma deuxième observation: En l'état actuel,
l'organisation de la réflexion collective ne permet pas un travail sérieux sur ces questions, mais je crois me souvenir que Jean Verdun avait proposé une solution à cette question dans laquelle
il préconisait, entre autre, de débuter l'étude d'une question par un "débroussaillage" effectué par un groupe de frères "experts" de la question traitée. Je pense que c'est une piste qui
éviterait que les débats virent à la discussion de comptoir d'une part et que d'autre part, le résultat soit plus que l'avis d'amateurs, aussi éclairés qu'il soient. C'est du reste,
l'organisation choisie par certaines ONG (comme ATTAC). Pour le mode d'action, nous en avons déja discuté en d'autres lieux, je ne suis pas partisan de l'intervention publique et de
l'affichage, il me semble plus profitable, sans forcement revenir aux pratiques antérieurs, de concentrer notre communication sur les décideurs, qu'ils soient politiques, syndicaux ou
économiques, en organisant des TBO à leur intention avec pour orateur un frère "expert" chargé de livrer la synthèse de nos travaux, en respectant notre caractère discret, sans battage
médiatique inutile et communiqués intemprestifs unilatéralement décidés par le C.O, voir le G.M(, voir une fraternelle). Du reste, au vue des réactions engendrées par l'organisation des TBF avec
les candidats à l'élection présidentiel, la couverture médiatique se ferait d'elle-même. Nous aurions les inévitables  réaction anti-maçonniques  (l'échec de l'extériorisation est
incontestable en la matière et les marronniers fleurissent toujours autant) mais nous montrerions ainsi que nous sommes des interlocuteurs valables, s'appuyant sur un collectif organisé
et sur une expérience de démocratie réelle, loin du spectacle de foire d'empoigne que nous offrons actuellement. Il s'agit en fait d'organiser notre propre conférence
de Bilderberg... 

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)