Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

04 Jul

Les évangéliques s'implantent en Moldavie

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Dérives sectaires

Le Courrier des Balkans

Moldavie : l’orthodoxie au défi des « nouvelles Églises » évangéliques

De notre correspondante à Chișinău (Capitale de la Moldavie - ndlr)

Mise en ligne : lundi 2 juillet 2012

Les Moldaves sont traditionnellement orthodoxes, mais ils se tournent de plus en plus vers les nouvelles Églises évangéliques, qui mènent un apostolat « musclé », avec des recettes bien expérimentées : soins médicaux, cadeaux, promesses de bonheur immédiat. Toutefois, si beaucoup de Moldaves « profitent » des services offerts par ces Églises, se laissent-ils vraiment convertir ?

Reportage.

Par Jennifer Austruy

JPEG - 26.8 ko

Une réunion de l’Église Moldova for Christ

Le Pasteur Alexandru Sanduleac, de l’église Moldova for Christ, a installé une clinique de fortune gratuite dans une salle prêtée par un centre culturel juif, à Cahul, dans le sud de la Moldavie, la maire de la ville ayant refusé de prêter une salle. Des femmes âgées et quelques enfants attendent patiemment sur des chaises en plastique. Tous viennent de passer une demi-heure à étudier la Bible, étape obligatoire avant d’accéder aux soins. Quelques minutes plus tard, des volontaires-missionnaires, sans formation médicale, leur prendront la tension, testeront leur niveau de sucre dans le sang et leur feront essayer des lunettes jusqu’à ce qu’ils trouvent verre à leur œil. L’initiative semble fonctionner. Le pasteur affirme que la clinique reçoit près de 80 patients par jour.

Le soir même, ils sont conviés à une vibrante cérémonie où le pasteur David Crowth, venu du Texas spécialement pour l’occasion, invite l’audience à recevoir Jésus dans son cœur à coups de métaphores. « Qui a peur de mourir ? » lance-t-il d’une voix tonitruante à une salle au trois quart remplie de retraités. Les mains se lèvent. « Moi, je n’ai pas peur », hurle-t-il dans le micro. « Je sais que ma place est au paradis. Si vous ne voulez plus avoir peur vous devez ouvrir votre cœur à Jésus, notre sauveur ».

Chuchotement et moues impressionnées, l’argument fait mouche. Après deux heures de sermon en anglais traduit en russe, le public est encouragé par les deux pasteurs à manifester son désir de rejoindre le mouvement en se levant pour une prière collective, puis en prenant rendez-vous pour une prochaine cérémonie. Un tiers de la salle semble conquis. Les autres la quittent d’un air dubitatif.

Si 93,3 % des Moldaves se déclarent officiellement orthodoxes, dans les faits la réalité confessionnelle du pays se révèle tout autre. Selon Petre Guran, le directeur de l’Institut culturel roumain de Moldavie, le « spectaculaire retour à la religion » que les observateurs internationaux ont tant commenté, suite à la chute de l’URSS, a largement été surestimé et relevait plus d’une impression liée au fait que toutes les églises fermées pendant l’ère soviétique rouvraient en même temps.

De plus, alors que les témoins de Jehovah et les évangéliques étaient férocement persécutés par le KGB, « l’Église orthodoxe était tolérée en Moldavie puisqu’elle apparaissait comme un bon moyen de contrôler la population encore réfractaire au régime », analyse Igor Caşu, historien et spécialiste du communisme. « Cependant, le désespoir lié à la pauvreté d’une population en souffrance a été, dès les années 1990, un puissant aimant pour les nouvelles religions », ajoute-t-il. Les Églises évangéliques parfois pudiquement nommées Églises néo-protestantes attirent donc de plus en plus de croyants en quête de renouveau spirituel.

Les prêtres orthodoxes, bien souvent peu ou pas formés à la théologie, « ont été et sont toujours incapables de répondre aux grandes questions existentielles », commente Petre Guran. De ce fait, une partie de la population se tourne vers les mouvements évangéliques qui ont une stratégie beaucoup plus efficace pour attirer de nouveaux fidèles. Côté orthodoxe, l’analyse reste bien différente. Le prêtre Pavel Borsevschi explique, lui, le déclin du nombre de ses paroissiens par le besoin de nouveauté et le matérialisme de la société moldave, conséquences des carences chroniques créées par le communisme : « Ils offrent des cadeaux, des biscuits, des livres aux paroissiens…surtout aux enfants ». Le prêtre Octavian Moşi, également rédacteur du journal de l’Église métropolitaine de Moldavie (Biserica Mitropoliei Moldovei), liée au patriarcat de Moscou [1], justifie la défection des fidèles par le besoin croissant de confort engendré par « l’américanisation » du monde. « Les gens sont attirés par le fait que dans les cérémonies évangéliques il est possible de s’assoir », avance-t-il encore.

L’un et l’autre critiquent vertement le prosélytisme agressif des mouvements évangéliques, « surtout ceux venus des Etats-Unis : ils se rendent dans les écoles, les maisons de retraites, les orphelinats, créent des centres de vacances, dispensent gratuitement des cours d’anglais… Ce n’est pas fair-play », s’indigne le père Borsevschi. « On n’achète pas la foi avec un morceau de pain », s’indigne-t-il.

Cependant, même s’ils sont parfois tentés de prévenir leurs paroissiens contre ce qu’ils considèrent comme du lavage de cerveau, les prêtres orthodoxes déclarent respecter la liberté de culte et ne se donnent pas le droit d’exprimer leur opinion à moins qu’on ne la leur demande. « De toute façon, bien souvent, les gens prennent les cadeaux puis reviennent vers nous : la religion orthodoxe est une tradition, elle est ancrée dans la culture moldave », s’enorgueillit-il.

Pourtant, le pasteur Alexandru Sanduleac se plaint de l’animosité avec laquelle ses missionnaires sont parfois traités par les prêtres orthodoxes « l’année dernière, deux de nos volontaires ont été battus par un prêtre parce qu’ils distribuaient de la littérature religieuse et discutaient avec les passants », raconte-t-il. Dans un contexte où les hommes d’église ne reçoivent aucune aide financière du gouvernement et ne doivent compter que sur les dons pour vivre, ils ne voient pas d’un bon œil ce « vol » de paroissiens.

Cependant, cette course aux fidèles fait rage dans l’indifférence, l’incompréhension ou l’hilarité de la majorité des Moldaves. A Bălţi, dans le nord du pays, Tatiana raconte en hurlant de rire comment elle a fait déguerpir « ces Américains » du pas de sa porte. Et Maria, au sortir d’une messe, hausse les épaules, circonspecte : « Ils sont bizarres ces gens, ils pensent qu’ils vont réussir à nous acheter avec des cadeaux. On dirait que les Américains essaient de nous envahir par la religion, pourtant ils oublient qu’après 50 ans d’Union soviétique, les Moldaves ont un radar interne pour détecter le lavage de cerveau ».

Elle n’a participé à la cérémonie que par curiosité, et puis parce que des volontaires d’Europe de l’ouest et des États-Unis sont expressément venus invité ses élèves. « Je suis sûre qu’ils ont choisis mon établissement parce que c’est un lycée professionnel où les enfants sont plus pauvres et où les parents travaillent souvent à l’étranger », conclut-elle. Clientélistes ou non, dans le pays le plus pauvre d’Europe, les mouvements évangéliques ne sont pas les seuls à tenter « d’acheter » l’espoir des Moldaves.

[1] L’Église dite de Bessarabie reconnaît par contre le patriarcat de Bucarest

__________________________________________________________________

Commenter cet article

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/