Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

13 Sep

Les principes de la laïcité affichés dans les écoles publiques…

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Laïcité - Religions

marianne2gd.jpg
 
Et pourquoi pas installer une Marianne, drapée de "bleu-blanc-rouge", dans chaque classe ou du moins à l'entrée de chaque école, collège ou lycée ? Notre belle Marianne gardienne de la République laïque, une et indivisible… 
 
La République ou FRANCE en République s'énonce au féminin. 
 
Le 22 septembre 1792, la Convention décrète que le sceau de l'état portera pour type la FRANCE, sous les traits d'une femme vêtue à l'antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien ou bonnet de la Liberté. Le patronyme de "Marianne" apparaît à l'automne 1792, comme identifiant la République. Par une chanson du midi, intitulée La Garisou de Marianno, La guérison de Marianne, "Marianne" devient un nom de code pour les sociétés secrètes, dans les années 1850, qui cherchent à rétablir la vraie République. Le nom circule essentiellement dans le midi. La révolte des ardoisiers de Trélazé en 1854 va faire parler de Marianne dans la FRANCE entière. Les sociétés républicaines tentent de résister au coup d'état du 2 décembre 1851. Le soulèvement est réprimé et l'organisation démantelée.  Mais des groupes épars, qui n'ont pas pris les armes en décembre 1851, n'ont été ni repérés, ni désorganisés. Celui des ouvriers ardoisiers de Trélazé, dans le Maine-et-Loire tente sa chance en 1854. Dans l'immobilité totale de la vie politique de l'empire autoritaire, l'émeute isolée des ardoisiers fait événement.
 
C'est au lendemain de cet épisode que le nom de Marianne est donné à la République, dans les discours politiques républicains.
.

Pour que vive la République et que vive Marianne !

 

Claude CHERMAIN

Maire honoraire de ST PANTALEON (S&L)

____________________________________________________________________________________

Commenter cet article

mong 20/09/2013 09:50


un symbole n'est jamais qu'un symbole, et ne contient jamais que ce que l'on met dedans.


A partir du moment où le consensus n'existe plus, le symbole cesse d'être universel. Aux dires de Caroline, il semble que ce soit le cas du buste de Marianne. Personne n'est responsable, c'est le
devenir de tout symbole d'être récupéré, étiré et vidé petit à petit de son contenu.


Du coup, mettre une marianne dans chaque école (ou classe) ne ferait que générer de la confusion : chacun y verrait ce qu'il veut bien. Le véritable problème réside dans le fait que ne rien
mettre est aussi un symbole, dans lequel, actuellement, chacun met ce qu'il veut !


Alors il nous faut prendre parti, sortir du relativisme pour faire valoir nos choix (et non pas nos certitudes morales, comme cet humanisme béat que l'on trouve souvent au GO) :
République démocratique, et donc laïcité.


Comment transformer ces choix en action sur le terrain ? Nous, FM, travaillons par la parole, le symbole (ce qui est la même chose). Nous devons donc pousser à l'utilisation d'un symbole pour
faire valoir nos points de vue.


D'où la tentation de Marianne... (quel beau titre :-) ) Mais je dois avouer que je n'ai pas d'idée concernant la nature de ce symbole, qui reste à trouver...

Caroline Thaon 19/09/2013 17:19


Bonjour Val-Jean, 


 


c'est bien, ce système qui vous prévient des nouveaux commentaires... et comme je suis là j'en profite.


Note d'abord que pour l'essentiel je ne fais état que de ma sensibilité personnelle : je ne suggère pas qu'elle ait valeur universelle ni que mes allergies soient des critères éthiques, mais je
conteste formellement qu'elle soit plus bizarre qu'une autre... 


Cela dit, pour tenter d'être plus objectif, je me demande tout de même si on ne commet pas une erreur en essayant de faire vibrer toujours le même vieux sens du sacré au lieu de se fier un peu
plus à, disons, la liberté de conscience, la raison, la fraternité...


Faut-il inventer un dieu pour voir dans le prochain son semblable et l'aimer, faut-il une idole en plâtre pour mesurer notre chance de vivre en République ? pourquoi ne pas tenter d'aller droit à
la réalité, toute complexe, difficile à appréhender et parfois décevante qu'elle puisse être, au lieu de se prosterner devant un symbole creux de plus ?


Tu me diras que l'un n'est pas exclusif de l'autre... honnêtement, je n'en suis pas sûre. On peut voir dans cette symbolisation simplicatrice un mépris de l'intelligence et une tentative de
manipulation. 


J'admets d'ailleurs que le premier terme de mon alternative n'est pas facile à mettre en oeuvre par voie de circulaire et que de ce fait j'ai l'air de nous ramener à une autre alternative plus
basique : la Marianne ou rien du tout ? sauf qu'on n'en est pas à "rien du tout": dans les écoles primaires parisiennes on a déjà la déclaration des droits de l'homme, la charte de la laïcité
maintenant, la devise de la république au dessus de la porte, la plaque du souvenir des élèves juifs déportés... ça fait déjà de quoi interpeler, et de façon moins pavlovienne qu'un buste qui ne
dit rien. 

val-jean 19/09/2013 16:44


Comme est bizarre le commentaire de Caroline. Les institutions qui aident les gens à vivre sont nécessaires, certes, mais rien n'empêche que ces institutions trouvent des représentations
symboliques pour être reconnues et exister aux yeux des gens quelles sont censées servir. Et si ces symboles peuvent avoir un sens universel, ce n'est pas mal non plus me semble-t-il. Il serait
donc possible d'imaginer que les symboles de la République (une institution fondamentale) soient présents dans les écoles de la République. C'est le moins à défaut d'y installer le drapeau
tricolore dans chaque classe. Marianne est un très beau symbole dès lors qu'il ne revêt pas les traits d'une quelconque actrice de cinéma pour faire bling-bling. Un beau portrait idéalisé (à
l'antique) ferait peut-être l'affaire ?  Non ?                                        
                                                       
      C'est peut-être un peu kitch, mais cela me semble être une sorte de repère populaire utile. Et qu'avons-nous à reprocher à Marianne sinon sa belle et généreuse poitrine ?

Caroline Thaon 17/09/2013 10:07


Oui, pourquoi pas une cérémonie supplémentaire et une idole de plus, encore un peu de sacré en version meringue enrubannée - ça change des types cloués sur des poutres, après tout. 


Toute cette symbolique républicaine engoncée - commémorations, écharpes, chartes et autres substituts liturgiques - me sort par les yeux. J'aimerais qu'un jour on la mette de côté pour réaliser
qu'il n'y a rien d'important dans ce fatras et que seuls comptent les gens, et les institutions qui les aident à vivre ensemble - mais qui ne sont qu'un moyen. 

val-jean 14/09/2013 01:25


L'idée est incontestablement intéressante, à condition qu'elle soit traitée et, si elle doit trouver une éventuelle mise en œuvre, réalisée avec grand discernement. Il serait souhaitable
d'inviter à cette tâche tous ceux qui seraient à même d'éclairer judicieusement cette initiative de telle manière, par exemple, qu'elle puisse être acceptée comme universelle. Merci pour l'idée.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)