Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

03 Oct

"Les Promesses de l'aube", une suite inédite...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Régularité - Mixité

 

 Le 2 octobre, Roger Dachez publie sur son blog "Pierres Vivantes" une suite inédite au livre collectif "Les Promesses de l'aube".

 

Une contribution au débat sur la Régularité, engagé par la déclaration de Bâle en Juin 2012.

Roger Dachez s'en explique ainsi sur son blog :

Les promesses de l'aube, tout sauf un "pamphlet" comme d'aucuns l’avaient annoncé, et je m'en suis expliqué ici-même, reçoit du public maçonnique un accueil qui me surprend. Non seulement il s'est beaucoup vendu depuis sa parution au début du mois de septembre, mais surtout les réactions qui me sont parvenues, si certaines sont plus ou moins réservées - ce que je comprends et admets parfaitement - sont le plus souvent positives et encourageantes, et nombre de nos lecteurs nous ont demandé, à Alain Bauer et à moi-même, de le prolonger sur un point...

Nous n'avions pas voulu, dans un essai qui se voulait distancié, proposant surtout des repères historiques et des remarques documentées pour tenter d'éclairer une situation confuse, ni aller plus loin dans le détail, ni nous risquer à la prévision, la prédiction ou la prescription. Le petit chapitre final "Quelques repères sur les voies du renouveau" se contente de poser quelques landmarks - c'est-à-dire quelques bornes sur le chemin - pour dessiner un avenir possible.

Au cours des deux semaines qui viennent de s'écouler, on nous a demandé avec insistance un diagnostic plus précis sur les tensions et les incertitudes qu'engendre évidemment le projet "confédéral" dont tout le monde parle et dont à peu près plus personne - au-dedans comme au dehors - ne voit plus guère où il mène. Après quelques hésitations, et puisque notre intention n'est aucunement polémique et que nous soumettons bien volontiers notre vision à la plus large critique, dès lors qu'elle est courtoise, honnête et sincère, comme nous nous efforçons de l'être nous-mêmes, nous nous sommes résolus à aller en effet  un peu plus loin - surtout en tenant compte de nouveaux éléments d'information, dont certains sont venus tout récemment à ma connaissance, après un déplacement à Londres dont j'ai parlé il y a quelques jours.

Voici cette contribution qui fâchera peut-être quelques-uns, quoique ce ne soit aucunement son but. Elle permettra surtout, nous l'espérons, à un nombre plus grand encore de nos lecteurs de se forger une opinion sur un problème qui nous concerne à présent tous et toutes.

Voici donc cette suite inédite aux Promesses de l'aube - à encarter dans votre exemplaire personnel, en dernière page !...

 

 

 

Le paysage maçonnique français (PMF) est profondément agité depuis plus d'un an par les projets de recomposition suscités, après le retrait de la reconnaissance anglaise de la Grande Loge Nationale Française (GLNF), par l'Appel de Bâle, lancé à l'initiative de cinq Grandes Loges "régulières" européennes.  Les tensions et le malaise général qui en résultent et dont nous avons analysé les causes, les équivoques et les non-dits, dans Les promesses de l'aube, imposent désormais à tous les acteurs de retraverser le miroir et de reprendre pied dans la réalité.

Il est inéluctable, et surtout très souhaitable, dans l'intérêt de tous les francs-maçons français, qu'un nouvel équilibre soit rétabli entre un pôle régulier - au sens anglo-saxon du terme, défini après 1929 -  et un autre pôle, régulier par nature, au sens des origines. Les uns et les autres doivent en connaitre les conditions et, le cas échéant, le prix à payer. Or ces conditions et ce prix sont parfaitement clairs et nous souhaitons les rappeler en quelques mots.

1. La régularité, au sens de la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA), suppose et exige le respect de quelques principes dont les plus significatifs et les plus sensibles sont :

a) l'affirmation de l'existence d'un Etre Suprême, qualifié de Grand Architecte de l'Univers et unanimement identifié par la tradition maçonnique anglo-saxonne au Dieu des grandes traditions religieuses, quelles qu'elles soient. Ce point, comme le rappellent les Basic Principles de 1929, est « une condition essentielle à l’admission des membres », tandis que les Aims and Relationships of the Craft de 1949 stipulent qu’il "n'admet aucun compromis". Or c'est bien à ces principes que faisait explicitement référence l'Appel de Bâle;

b) la rupture claire et sans équivoque de toute relation maçonnique avec les obédiences dites "irrégulières" - ce que l'Appel de Bâle exprimait avec la même  netteté.

Toute autre présentation de la régularité anglo-saxonne serait donc illusoire ou délibérément trompeuse - et par conséquent vouée à l'échec.

2. La GLNF, reconnue comme régulière par la GLUA pendant  près d'un siècle et aujourd'hui encore par de nombreuses Grandes Loges "régulières" dans le monde, clairement désireuse de le redevenir aux yeux de Londres, maintient son attachement à ces principes, ce dont une récente déclaration du Grand Chancelier de la GLUA vient de lui donner acte : elle est clairement la candidate "naturelle" à une régularité retrouvée en France et la GLUA, tout en respectant l'indépendance maçonnique de la France où elle refuse d'intervenir directement, exclut que toute tentative de restauration de la régularité puisse écarter la GLNF. Il est donc probable que cette dernière sera de nouveau reconnue par la GLUA dans un assez proche avenir.

3. La Grande Loge de l'Alliance maçonnique française (GL-AMF), directement issue de la GLNF et appliquant les mêmes principes "réguliers"- notamment en matière d'intervisites -, a la même vocation, selon des modalités à définir entre la GLNF et elle, la récente déclaration de la GLUA n'écartant plus une éventuelle reconnaissance de deux ou plusieurs obédiences, qu'elles soient ou non "confédérées". Il reviendra ainsi à la GLAMF de choisir entre la « paix des braves » avec la GLNF et une autre voie qui l’écarterait alors de la reconnaissance par Londres.

4. La GLDF, en répondant positivement à l'Appel de Bâle, dont l'objectif avoué est bien de contribuer à rétablir un nouveau pôle français de régularité à la manière anglo-saxonne, s'est faite l'architecte d'une confédération aujourd'hui à quatre composantes - mais pour combien de temps encore ? -, laquelle n'a de sens, depuis l'origine même des négociations qui ont conduit à sa naissance, que si elle se met en situation de satisfaire sans ambiguïté aux critères anglais de la régularité, comme la GLUA vient de le rappeler on ne peut plus clairement. Or c'est bien là que le bât blesse : apparemment en grande difficulté pour trancher ce choix historique, la GLDF laisse entendre par la voix de son Grand Maître qu'elle pourrait s'engager dans le processus de Bâle sans rompre avec les autres obédiences françaises, ce qui est tout simplement impossible. Il en résulte un blocage de fait de la Confédération maçonnique de France (CMF), évidemment destinée à rejoindre la régularité anglaise et initialement conçue dans ce seul but, blocage dont ne manqueront pas de s'émouvoir les autres composantes de ladite CMF. Il en résulte aussi, à l'égard de toutes les autres obédiences dont le Grand Maître de la GLDF continue de fréquenter  les Convents, une position ambiguë et génératrice de malentendus - sans parler de déclarations aventureuses. Dans l'intérêt de toute la maçonnerie en France, il est urgent que la GLDF sorte de son dilemme : ses partenaires actuels ne tarderont sans doute pas à le lui demander avec insistance.  Selon des sources internes concordantes et qui semblent dignes de foi, 70 à 90% de ses membres seraient prêts à une rupture historique. Mais, dans le flou inquiétant des discours qui en émanent, qui exprime aujourd’hui la pensée profonde de la GLDF ?…

5. Si un pôle stable de régularité, incluant tout ou partie de la GLDF, vient à renaître en France, il restera aux autres composantes du PMF à définir les nouveaux contours de celui-ci et les règles concrètes de son fonctionnement. Eu égard, non seulement à sa taille, mais encore à son ancienneté et à ce qu'il représente dans le patrimoine et la tradition de la franc-maçonnerie française, le Grand Orient de France (GODF) y jouera sans doute un rôle central de catalyseur et de pivot. Mais la mission historique qui peut ainsi lui échoir doit également intégrer les leçons de l'histoire : ni exclusif, ni intolérant, le GODF, s’il parvient à maîtriser certaines pulsions dominatrices, serait alors en situation de favoriser l'émergence d'un vaste rassemblement sans lien contraignant ni rapport de force, rapprochant librement, dans une communauté fraternelle d'obédiences souveraines, toutes les sensibilités, de la plus spiritualiste à la plus sociétale, les grandes et les petites structures, celles qui sont masculines, celles qui sont féminines et  celles qui accueillent tous les genres, sans qu'aucune soit soumise à aucune obligation, si ce n'est de reconnaître le caractère fondateur de l’initiation et de respecter les autres composantes du mouvement - réalisant à la fois le rêve des Constitutions d'Anderson ("le centre de l'union") et celui de Ramsay (faire de la franc-maçonnerie comme de l'humanité, une "grande République dont chaque nation est une famille et chaque particulier un enfant").

La franc-maçonnerie française est à l'heure du choix : tous ceux qui prétendent l'aimer et désirent la servir, chacun à leur manière, sans faiblesse mais aussi sans arrogance, doivent mettre un terme aux équivoques, aux faux-semblants et aux aigreurs qui l'empoisonnent aujourd'hui  et brouillent son message, quand ils ne dégradent pas son image.

Il faut notamment que cessent les postures pour que s'affirment les choix, librement opérés et pacifiquement exprimés. C'est désormais le devoir de tous les francs-maçons sincères d'y œuvrer de toutes leurs forces.

Alain BAUER                                                   Roger DACHEZ

 

GC

______________________________________________________

Commenter cet article

3-5-7 03/10/2013 19:23


Je n'ai aucune idée des pourcentages de FF de la GLDF qui souhaitent rompre avec le GO, je n'en connais aucun pour ma part qui pense cela, n'en ai jamais rencontré et suis certain qu'ils
sont une poignée...


Et après tout, cela les regarde !


Je pense aussi que plutôt que d'exiger des Obédiences de la CMF qu'elles "choisissent leur camp" comme le faisait M. Gulino, il vaut mieux s'en tenir aux faits et à ce qui est dit ou
écrit par lesdites Obédiences.


A ce jour, elles souhaitent maintenir les relations qu'elles ont avec le GO et toute la FM adogmatique mais aussi tenter de bâtir des ponts avec ceux des "réguliers" qui leur tendent la
main...


What else ? Le reste n'est que procès d'intentions.


Pourquoi ne pas laisser ces Obédiences faire leurs choix de leur côté et continuer sa vie en toute autonomie sans critiquer ou attaquer perpétuellement ?


Sinon, je condamne avec la même vigueur les propos visant à "détruire" ou tout simplement insulter Bauer et Dachez pour qui j'ai le plus grand respect et un plaisir constant à lire les
écrits depuis bien longtemps.


Ils ne sont néanmoins pas non plus des icônes intouchables, des Papes infaillibles ou des Saints dépourvus de toute subjectivité et autres calculs...


Il se trouve qu'en ce moment, je trouve la ficelle un peu grosse et les chiffres avancés à la limite du ridicule...


 


Enfin, si Marc Henry a attaqué Gérard Contremoulin, je le condamne aussi mais pas trop, de peur de faire de notre blogger un nouveau gourou...

sous la Voûte étoilée 04/10/2013 01:26



Merci pour ce "notre" blogger. Je le prend comme une amicalité et pour faire bonne mesure j'ajouterai : "mais pas trop"...


Quand au pourcentage, un petit tour de lecture des commentaires sur les page Facebook des groupes animés par Jean-Laurent, Noé ou le mur éponyme de ce blog sera de nature à vous indiquer que
ces FF existent bel et bien et que leurs arguments sont assez virulents ! 



Christophe 03/10/2013 17:59


On ne va pas polémiquer à deux!!!


Gulino a fait ce qu'il jugeait opportun pour son obédience et je ne vois aucun démenti de la direction actuelle du GOdF à ce niveau.


Henri fait ce qu'il juge opportun pour son obédience et je ne vois aucun démenti de la direction actuelle de la GLdF à ce niveau.


Donc injurier Gulino, c'est kif kif d'injurier Henri.


Je ne ferai donc ni l'un ni l'autre. Je remarque simplement que, dès qu'on touche à MH, c'est parti ... car je pense qu'il y a une sorte de sacralisation (puisque le terme gourou ne plait pas)
dans la tête de beaucoup pour expliquer ces réactions hors contexte et depuis fort longtemps. C'est mon analyse, sans plus.


 


Et je regrette de devoir rappeller que finalement, vouloir détruire les personnes (Dachez-Bauer), c'est vouloir détruire les idées qu'ils portent et qui sont au moins aussi estimables que
d'autres.


Si les chiffres ne plaisent pas, que d'autres soient avancés.


Ceci dit, il est valide de demander les sources et/ou la manière du calcul de la fourchette, et j'espère que nous aurons une ou des indications à ce sujet.


 


Voici deux chiffres objectifs: lors de la rupture entre la GLdF et le GOdF votée par le Convent de la GLdF de 1959: 171 pour contre 62, soit 74% pour la rupture.  Pour la reprise des
relations avec le GOdF, le Convent de la GLdF de 1964 a voté par 140 contre 82, soit 63% pour la reprise.


Aujourdhui ... ???

3-5-7 03/10/2013 17:30


En effet, je réfute, à titre personnel, ce chiffre fantaisiste de 70 à 90% (pourquoi pas 100% ?) de FF de la GLDF qui souhaiteraient rompre avec le GODF et note qu'aucune source
n'est citée.


Cela ne correspond en rien avec ce qui se dit "sur le terrain" dans les ateliers de la GL ou à Opéra. Tout visiteur le sait parfaitement ! Sachant que même à la GLAMF, bon
nombre de FF souhaitent visiter (et ne s'en privent pas pour certains) les Ateliers du GO etc...


Sur quelles bases Bauer et Dachez affirment-ils que la quasi totalité des membres de la Grande Loge de France y serait favorables ??? Et surtout, dans quel but ?


Et il faudrait les croire sur parole ? C'est ridicule.


De plus si Michel Barat ne signe pas ce petit texte, ce serait donc par peur d'une sanction de type Jean Verdun ?


Après avoir corédigé tout un livre, ces sanctions auraient déjà dû tomber, non ???


Ne peut-on imaginer tout simplement qu'il ne partage tout simplement pas le contenu de cette ultime attaque un tantinet dérisoire et pour tout dire un peu mesquine ?


Enfin et puisque cela fait 2 fois que Christophe parle de Gourouisation de Marc Henry, je souhaiterais qu'il approfondisse...


A moins qu'il ne signifie par ce mot que beaucoup (membres ou non de la GL) sont en effet choqués lorsqu'on attaque frontalement une Obédience souveraine ou son GM (qui pour sa part
n'a jamais prononcé une parole belliqueuse) comme cela a été fréquent depuis quelques mois et sont donc tentés de prendre sa défense...?


Ou alors, déclarons aussi qu'il y a gourouisation de Roger Dachez car beaucoup ont pris (à juste titre) sa défense lors de sa polémique avec la GL sur les origines de
l'Obédience...


Peut-être d'ailleurs que son attitude ces temps-ci, bien loin de sa sagesse érudite et de sa modération habituelle, est un tantinet motivée par une forme de rancoeur...


L'ère Gulino est passée et peu sont ceux qui, je l'espère et le constate, continueront sur cette voie de l'attaque grossière et de la menace...

sous la Voûte étoilée 03/10/2013 18:37



Ayant été moi même la cible de Marc Henry, par 3 fois (lors de la cérémonie de clôture du convent de la GLDF puis lors de celle du GODF puis enfin celle de la GLFF) et nominalement, je puis
témoigner que le GM de la GLDF sait parfaitement prononcer des attaques ad hominem. Est-ce utile ? J(en doute. Est-ce bienvenu ? Les commentaires ensuite ont montré que non ?


Pourquoi ces attaques ? Ce que je dis depuis un an sur les conséquences de l'appel de Bâle serait-il aussi gênant que cela ? Il n'y a qu'une manière de répondre vraiment : dire si oui ou non la
GLDF satisfera à l'exigence de Bâle de "rompre dans ambigiuté avec les obédiences non régulières" !



Christophe 03/10/2013 16:54


Cela a déjà bien discuté sur les blog.


Cela va du déni catégorique de l'existence de 70 à 90% de membres de la GLdF qui souhaite cette 2de rupture, à un accord implicite de cette hypothèse.


Les indications d'Alain B et de Roger D se sont en général révélées correctes. Les analyses dans les "promesses de l'aube" sont fort intéressantes, même si je trouve les démarcations entre typage
de maçonnerie un peu abrupte. Mais cela se discute bien entendu.


 


Dès que l'on touche à Marc H, cela déclenche immédiatement une levée de post furieux. Nous sommes probablement devant une personnalisation, sorte de gourouisation. Cela est mauvais signe, même si
MH n'est probablement pas preneur de cela.


 


Quand au fait que Michel B ne soit pas co-signataire de la suite, sauf à suivre le chemin de Jean V, c'est une évidence!


 


Maintenant, est-ce une suite innocente, en ce sens qu'elle ne viserait que l'information?


Le chiffre avancé est évidemment abrupte et cache certainement une miriade de sensibilités différentes. La question est: si la direction de la GLdF présente à son Convent une proposition de
rupture avec les maçonneries libérales, compte tenu des données en leur possession actuelle et que nous ne connaissons que partiellement (? il y a une marge non connue), le Convent suivrait-il
?  La réponse des A-R est donc "oui".


C'est la seule question qui importe.


Et l'enchaînement infernal que l'on pouvait observer dans les années 50, semble se répéter. Et comme disait Henri Jullien à l'époque , la GLdF d'aujourd'hui est probablement prisonnière de sa
propre dynamique.


(je remplace Luxembourg par Bâle ... à vous de juger !!!)


"Il n'était plus possible à la GLdF de rompre avec "Bâle". Elle aurait pu ne pas y adhérer. Cela lui aurait permis de conserver les relations internationales, nombreuses déjà,
qu'elle possédait. Elle y avait adhéré et ne pouvait plus rompre, sous peine de perdre toutes ses relations internationales, y compris celles qu'elle avait et aurait conservés sans adhérer à
"Bâle", mais qui ne pouvait se maintenir dans le cas d'une rupture avec "Bâle"."


 


D'autre part, et une fois de plus, la lecture du Myosotis Dauphine-Savoie est tout à fait intéressante, et montre que ce n'est pas seulement un problème d'obédiences bleues, mais que cela explose
à répétition dans les hauts-grades dans un rapprochement maintenant continu vers la GLNF, et en contre-coup, il y a un début d'incendie à la GL-AMF. Donc cela pourrait évoluer
rapidement.


 

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)