Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

23 Feb

Lyon : "Médite dans le Temple et agit sur le Forum, mais ne prend pas le Temple pour le Forum !"

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

Fourviere.jpg 
Basilique de Fourvière     
.
  
La confusion des genres est bien mauvaise conseillère. Un élu de la République est responsable devant ses électeurs et devant les lois de la République.  Et s'il est Franc-Maçon, est-il comptable de sa gestion devant l'obédience à laquelle il appartient ? 
 
La phrase exacte de Joannis Corneloup, qui fut Grand Commandeur du Suprême Conseil du GODF : 
 
Frère! Si tu veux que brille la flamme médite dans le temple, agis sur le forum, mais garde-toi de faire du temple un forum... 
 
expose toute la démarche identitaire d'un franc-maçon du Grand Orient de France. L'affaire de Lyon qui oppose Gérard Collomb, sénateur-Maire à une Loge de Lyon (Eugène Varlin) nous offre un beau sujet de réflexion sur ce cas de figure.
 
Quel est le différend ?
.
La Loge Eugène Varlin reproche à Gérard Collomb d'avoir violé la loi de 1905 en accordant des subventions à des organismes ou pour des projets liés plus ou moins directement à des cultes.
Reprenons les articles de principes de la loi :
.
TITRE PREMIER
Principes.
ARTICLE PREMIER. - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.
ART. 2.- La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons
               
Elle indique assez clairement d'abord que la République "garantit le libre exercice des cultes", c'est-à-dire qu'elle ne saurait s'y opposer ni engager aucune action visant à les faire disparaître !        
.        
Ensuite, en abordant la question des financements, elle pose trois interdictions majeures : "ne reconnait, ne salarie, ne subventionne aucun culte". Elle borne l'action publique de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics à la stricte neutralité à leur égard.
.
En ce sens ces principes instaurent un état d'indifférence qui n'accepte en leurs noms ni prosélytisme religieux, ni athéïsme militant.       
.         
Nul défenseur de la République, ainsi que les Francs-Maçons aiment se revendiquer d'être, ne peut se prévaloir de ce titre pour engager un combat antireligieux.
       
S'il conserve bien évidemment sa totale liberté de conscience, et la possibilité d'en découdre avec le fait religieux, il ne peut se prévaloir que de ses propres options, non de la République ! Les militants de la Laïcité, s'ils sont anticléricaux pour des raisons historiques, ne sont pas nécessairement anti religieux. Mais ils peuvent l'être... et d'une manière très militante. C'est, d'une certaine manière, une réplique nécessaire au militantisme anti laïque des franges radicales des religions.   
.             
La vie de la loi, le produit d'un rapport de force permanent.       
.         
Et depuis 1905, force est de constater que l'église catholique a multiplié les occasions, au Parlement et vers les Hautes Juridictions (Conseil Constitutionnel et Conseil d'Etat) pour regagner sur le terrain perdu. Ce sont les lois Debré, Guermeur, les accords Lang-Cloupet, la loi de 2005, la loi Carle, les 5 arrêts de principes du Conseil d'Etat (dont l'ascenseur de la basilique de Fourvière) du 19 Juillet 2011 et enfin celui du Conseil Constitutionnel du 21 février dernier sur le maintien de l'exception concordataire en Alsace-Moselle.    
.            
La place et le rôle des communes.   
.             
Ce rapport de force se nourrit de la réalité de la gestion des communes, plus directement confrontées à l'exercice des cultes. De sorte qu'aujourd'hui, les dispositions législatives et réglementaires et la jurisprudence des hautes juridictions constituent un patchwork où l'on peut trouver, assez facilement depuis les arrêts de Juillet, un "biais" juridiquement valable pour assurer des financements publics à des services satellites des cultes.
       
Et, si l'on y ajoute les BEA (bail emphytéotique administratif) autorisé par le Conseil d'Etat, on trouve la possibilité de financer directement une telle activité périphérique. Il suffit pour la commune, de motiver comme il se doit sa décision de financement sur la base d'un "but d'intérêt général communal" (et on peut y trouver la dimension touristique, économique, sanitaire,...)      
.          
Les partisans du financements public des cultes se frottent les mains. Des cultes car apparait désormais la question, pour le moins épineuse, du financement des lieux des différents cultes.
       
Il est bien certain que ce patchwork met à dure épreuve les convictions !  
.              
Mais ici, de quoi parle-t-on ?      
.          
Apparemment, de la gestion d'un élu dont on conteste les choix. 
Une telle contestation se porte par des citoyens devant la juridiction administative de première instance, leTribunal administratif, puis éventuellement ensuite devant les niveaux supérieurs (chambre régionale d'appel, Conseil d'Etat).
       
Or là, elle est portée sur la base du non respect d'engagements moraux, éthiques pris en franc-maçonnerie (c'est à dire en dehors de ce mandat d'élu), devant la juridiction interne d'une obédience maçonnique !  
.              
Le mélange des genres.  
.              
Nous y sommes en plein. En fait, il semble que l'on veuille glisser du terrain du contentieux de gestion communale dont on mesure la difficulté d'obtenir gain de cause vu le patchwork décrit ci-dessus au terrain de l'engagement moral en espérant, là, une condamnation pour son non respect. C'est osé !                
Veut-on parler de parjure ?                
Un maire ne prête pas serment, ces temps sont loin du serment d'allégeance ! Il doit appliquer l'ensemble du dispositif législatif, règlementaire et jurisprudentiel qui encadre l'exercice de son mandat.
       
Un franc-maçon s'engage dans une voie de recherche à la fois personnelle et collective dont il sait qu'elle ne se traduit pas par des consignes ou je ne sais quelles préconisations... Lorsqu'il s'engage dans la cité, il le fait au regard de sa conscience, non d'un "programme maçonnique". De sorte qu'il est assez insensé (au sens premier du terme) d'envisager de lui demander maçonniquement des comptes sur sa gestion politique.
.               
Une question d'opportunité.
       
Vient ensuite l'opportunité d'une telle demande.
Que recherche-t-on exactement en mettant en place une telle initiative ?
 
La question mérite d'être posée, qui plus est, lorsque l'on apprend que les demandeurs auraient constitué un dossier accusatoire de plus d'une centaine de pages !
 
La CSJM peut se prononcer également lorsque l'attitude d'un membre porte atteinte à l'image de l'Ordre. On peut être en désaccord avec les options de tel ou tel sur des sujets que l'on estime fondamentaux. Et la Laîcité est de ceux là. On peut penser qu'à sa place on aurait fait différemment. Tout cela est possible mais reste du domaine de l'appréciation individuelle... Là, en quoi les décisions incriminées portent-elles atteinte à l'image de l'Ordre ? 
Où et quand aurait-on scellé une définition de la Laïcité au nom de laquelle il serait possible de mettre en place une "police administrative" susceptible de prendre des sanctions ?
 
Et puis, serions nous bien alors dans le registre maçonnique ?     
.         
Existe-t-il des cas similaires ?       
   
Le cas Brigitte Barèges. La maire de Montauban n'est pas mise en cause sur sa gestion mais sur la tenue de paroles racistes, homophobes, moralement déplacés ou carrément d'extrême droite ! 
     
A l'occasion de l'étude initiale du projet de texte sur le mariage pour tous,  en Commission de Lois de l'Assemblée Nationle : "et pourquoi pas des unions avec des animaux ?".
     
A propos de l'accès à l'emploi, elle évoquait "la préférence nationale" et d'ajouter : "on m'a dit que c'était un terme, un propos réservé au Front National. Mais pourquoi il y aurait des exclusives ?"
     
Ou encore en refusant d'inscrire à l'école les enfants de demandeurs d'asile. S'il s'agit bien là par contre d'une mesure de gestion municipale, cette dernière viole sans conteste les lois existantes pour chasser politiquement sur les terres du Front National.
 
Pour conclure.
 
Peut-être faut-il dans cette affaire de Lyon, en revenir à une plus juste appréciation du différend. Il apparaît davantage dans sa dimension politique, et il y a des instances pour cela que connaissent probablement les demandeurs. Ces instances n'ont rien à voir avec la franc-maçonnerie et ne faut-il pas que cela reste ainsi ?
 
Cette affaire n'est pas bien engagée. Et si le désaccord semble bien exister entre ces frères, sa publication dans la presse lui donne une dimension politique qui compromet les chances d'une conciliation. Car tel est le but de cette instance juridictionnelle interne qu'est la CSJM (Chambre Supreme de Justice Maçonnique) : rétablir la concorde sur la base d'une conciliation.
 
Mais est-ce le but recherché ?
 
 
     
           
Gérard Contremoulin
______________________________________________________________
Commenter cet article

réboussié 25/02/2013 08:21


beaucoup de bruit pour un ascenseur ? même social ? QPC ? Conseil constitutionnel ? Le bateau ivre , mais ce n'est pas le poête qui tient la barre .


En la matière comme dans d'autres , je pense que ce n'est pas un problème de communication ou d'extériorisation, c'est un problème de mots , de choix des mots , exemple "libéral,"" non faussé en
matière d'économie" , une subvention est illégale mais des salaires d'esclave ne le sont pas  ni l'absence de taxes ou d'impots sur les bénéfices ou de protection sociale , alors un jour
peut être , gros ou petits , il faudra peut être bien les appeler par leur nom, comme tamponner sur les couteaux Laguiole ou les produits industriels de l'alimentation, m...fabriquée par des C
...des menteurs , des voleurs , des escrocs , des trafiquants  d'esclaves  , avec l'assentiment des complices de Bruxelle et des larbins nationaux , le cumul des mandats ? un seul
payeur , on choisit , le reste bénévole ... nous verrons très vite quid du role de la philo et de l'humanisme et l'amour du chèque ..


Car il n'y a point de port pour le marin qui ne sait ou il va . Sauf que le populo, il voit les récifs qui rodent, les officiers de pont sur la passerelle avec de grosses bouées de sauvetage , et
les chaloupes larguées car il faut alléger le bateau pour rester compétitifs . On ne s'en sortira pas par des subtilités dialectiques ou juridiques , genre "social démocratie ou socialisme ? ",
alors les débats AB, GC, réguliers anglais ou pas , la laïcité pourrait être un marqueur social fort devant la montée des extrèmes , la diversité des religions et leurs oppositions , sauf pour
les financements , un excellent argument pour leur demander d'abord de régler leur problème , éventuellement de consulter directement leurs GADLU respectifs , le polythéisme a ceci de plus sur le
livre qu'il y a plusieurs livres et ça devrait éviter ces luttes de maternelles incessantes , ou est la raison , le bon sens , quand la République RECONNAIT plusieurs religions
mais pas toutes , et salarie sur une partie du territoire seulement... , imaginez donc une famille recomposée, (plusieurs fois ...), avec des rations différentes au repas , il y
aurait des intellos pour justifier par le droit , l'histoire , la jurisprudence , la Belgique cette aberration .


Je suis caricatural et simpliste (simplet?), mais j'ai appris au moins une chose en de longues années de travail qu'évoquer la prévention de santé dans un stage , la médecine de campagne ,
l'urgentiste ou le médecin pompier sur un grave accident de la route , il y avait des nuances , on est en guerre , et les "élit(r)es papillonnent en prenant le thé ..ou bien pire encore ..


On n'est pas la pour jouer les boute-feu, bien sur , mais les pompiers non plus , et en cas d'accident , n'oubliez pas , se placer derrière les barrières de sécurité ,
après avoir prévenu les secours .....et positionné le triangle , ... et mis les décors ... jaunes , non , c'est pas de l'humour déplacé ...

Yves PRAS 24/02/2013 23:27


Non Gérard, je ne doute pas que sur le fond nous soyons d'accord...


Lorsque De Gaulle ou Chirac allaient à la messe, ils étaient un fidèle parmi les fidèles... C'était leur droit, y compris de communier....


Mais, pour moi, un élu est élu de tous les citoyens, quelles que soient leurs opinions, et il se doit de les respecter, et ne peut participer à une cérémonie religieuse avec son titre.


Ceci pour l'aspect politique.


S'il le fait, c'est son choix, et il en rend compte devant ses électeurs.


Mais s'il est Franc Maçon, au delà de sa personne, il engage la Maçonnerie....


Donc, si Collomb veut aller laver les pieds de l'archevêque des Gaules, à Fourvière, le 8 décemre, il doit remettre son titre de Franc Maçon... Se démettre...


Quant à la publicité de cette affaire, je suis d'accord avec toi, mais à partir du moment où on accepte que les Loges aient la liberté d'avoir un site ou un blog, cette situation devient
inévitable.... Il faudra donc espérer que nous ayons tous, au Grand Orient, la force idéologique de répondre aux Coignart et Turbet.... Et que la RL Eugène Varlin sera en première ligne pour ça.


je suis allé plancher chez eux, à plusieurs reprises... Ils ont les pointures qui leur permettront d'être clairs.


Et j'entends aussi les Coignart et Turbet pouvant ricaner, en disant Ah ces FM du GO, ils nous donnent des leçons, mais ils vont se prosterner devant les religieux.....


TAF

sous la Voûte étoilée 25/02/2013 00:12



Je partage cette vision républicaine des obligations d'un élu, quel que soit le rang de son mandat, du conseiller municipal de la plus petite ville de France au Président de la Républque.


Le Franc-Maçon est d'abord u homme ou une femme libre. Il agit en conscience et se détermine de même.


Un Franc-Maçon qui est aussi un personnage public, notoirement identifié comme tel et de sa propre volonté, est effectivement porteur des valeurs de la République et de la Franc-Maçonnerie.


Que des Frères estiment qu'il a failli et qu'il doit en rendre compte à la Franc-Maçonnerie, c'est leur droit légitime.


Mais que tout cela arrive dans la presse me pose un véritable problème. Pourquoi ? C'est à ce mélange des genre que mon article s'attaque...


 



Yves PRAS 24/02/2013 19:37


Oui, il y a des précédents, et quels précédents !!!


Les députés, élus de la République, ayant voté la loi Debré ont illico été exclus par le Conseil de l'Ordre de l'époque....


Quand on est Franc Maçon, il faut savoir se respecter et respecter les autres.... Aller en Loge pour dire que plus jamais on ne mettra un genou à terre, qu'un FM vit et meurt debout, et aller
laver les pieds de l'évêque de Fourvières !!!


Pour moi, c'est non merci.....

sous la Voûte étoilée 24/02/2013 22:40



Mon Cher Yves, petite précision, il est de la responsabilité du Conseil de l'Ordre de "suspendre à titre conservatoire" dans l'attente de la décision de la CSJM qui a seule le pouvoir de
prononcer des sanctions. J'observe que dans cette affaire, sauf à ce qu'il me manque des infis (toujours possible) la CSJM est directement saisie.


Sur le fond, j'aurai, moi aussi, un certain nombre de désaccords avec Gérard Collomb et depuis un certain temps. Mais ce sont des désaccords politiques, y compris dans le domaine de la Laïcité
(j'espère que tu n'en doutes pas...).


Pour en revenir à cette affaire, je la trouve très mal engagée. Si l'attaque porte sur le respect de l'engagement maçonnique, voire du Serment, elle n'aurait jamais dû sortir dans la
presse. Je ne te rappellerai pas la nouvelle charte déontologique de la magistrature sur cette notion... J'imagine tout à fait comment des Sophie Coignart vont pouvoir s'en emparer...


Que cherche-t-on ?



réboussié 24/02/2013 16:00


Et un maire qui dirait que vu l'état du logement en France ( ou dans son département ou sa commune ..) et le nombre de chomeurs , l'état des finances de la sécu, les difficultés d'insertion ...
il faut cesser provisoirement toute immigration ? Et que sa loge décide de le virer pour propos extrémistes "fronto national " ?


Provoc facile bien sur , mais sans répondre aux arguments ci dessus , tout à fait partagés , il y a un raidissement alimenté par une crise autre peut être , mais si la notion de laïcité et sa
déclination juridique sont complexes le mot à un sens pour nous , plus affiné pour les juristes , plus bref pour le profane de base qui voit se profiler des subventions à des religions type
"scientologie" , (vous remarquerez ma subtilité ..) et ça , ça coincera et Marine pourra récupérer la rogne et la grogne : car un chômeur , ça n'a rien à faire des subtilités sur les tendances
sexuelles des anges , il marche avec celui qui lui donne du pain, quelques idées simples , et un ennemi bien identifié , ce ne sera pas à l'évidence les bobos intellos germanopratins qui
s'engagerons les premiers dans la SA ... et Hitler a pris légalement le pouvoir , même si on l'a un peu aidé ou laissé faire . Que le maire de lyon ait des problèmes avec des frères , ou avec "ce
gouvernement de merde"(si j'ai bien entendu )c'est bien regrettable , ce mélange des genres est effectivement lamentable , la CSJM peut aussi renvoyer les plaignants à un minimum de raison et de
lucidité, ce qui fera jurisprudence , mais le vulgus pécum pourra cependant se dire , "la laïcité , mêmes le frères , ils s'en tapent du moment que ça fait des voix aux élections ", on peut avoir
la raison pour soi , la justice , et d'autres qualités , celui qui pense qu'il est cocu, son obsession , c'est la vengeance . des têtes des faux frères sur les piques comme en 14 ou 89 peut
être.....au 4éme , top , sonnera l'heure ?...


 


 

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)