Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

14 Jul

Pour la mixité au Grand Orient de France

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Régularité - Mixité

Je suis membre d'une Loge qui a été créée en 2002 sur le projet d'être "une Loge mixte du GODF". En réfléchissant à sa création, nous avons choisi comme patronyme, le nom du Frère qui a déposé le 1° voeu visant à initier des femmes au GODF. C'était en 1869 et il s'appelait Frédéric DESMONS.

 La tradition du GODF n'est pas, lorsqu'une une nouvelle règle "d'ouverture" est démocratiquement adoptée, de l'imposer à toutes ses Loges mais de permettre à celles qui le souhaitent de l'appliquer.

 Ainsi en 1877, lorsque le même Frédéric DESMONS fit accepter par le Convent (assemblée générale annuelle) le "voeu n° 9", qui supprimait l'obligation de croire en dieu et en l'immortalité de l'âme pour devenir membre de l'obédience, cette décision n'obligeait en rien à ne pas croire. Chacun pouvait croire ou ne pas croire : c'était la mise en place du principe de la Liberté Absolue de Conscience.

En relayant cet article de Elie Arié, paru dans Marianne 2, j'ai certes voulu souligner la relance de ce débat, mais aussi, manifester mon désaccord sur le titre. Je suis favorable à la Mixité AU GODF et non DU GODF...

Gérard Contremoulin

___________________________

 

arie.jpg

Elie Arié : Après avoir exercé la cardiologie pendant plus de 30 ans, Elie Arié est aujourd'hui chargé de cours d'Economie et gestion des services de santé au Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) . Il enseigne également à 'Ecole Centrale. Il a été  Secrétaire National à la Santé du Mouvement Républicain et Citoyen.

Pour la mixité du Grand Orient.

En 2010, le Grand Orient de France a choisi de laisser chaque Loge libre de décider si elle y acceptait des femmes ou pas.

Mais selon Elie Arié, lui-même Franc-Maçon, il n'y a aucune raison pour qu'un mouvement qui se veut universaliste continue à exclure la moitié de l'humanité.
 
 
Une fois encore, le Convent du Grand Orient de France, qui aura lieu en Septembre, verra s’affronter partisans et adversaires de la mixité,
question qu’on croyait enfin réglée ; il me semble utile d’exposer ici ma position (qui n’engage que moi) sur ce débat, le mythe du «secret maçonnique » appartenant à une époque révolue et énergiquement.
 
Le Convent 2010 du Grand Orient de France a considéré, à juste titre, qu’aucun texte de sa Constitution ou de son Règlement Général n’avait jamais indiqué qu’il était une obédience exclusivement masculine ; s’il n’y avait de femmes, en Maçonnerie, que dans des « loges d'adoption » placées sous l'autorité des hommes, c’est parce que cela s’était fait naturellement à une époque où il n’y en avait nulle part : ni en politique (elles n’avaient même pas le droit de vote), ni dans le monde des affaires, ni dans celui de la guerre, ni parmi les grands penseurs philosophiques des Lumières ; la Franc-Maçonnerie était, spontanément, le reflet de la société de l’époque ; tout comme il n’y avait naturellement pas de Juifs en Maçonnerie, puisque ceux-ci, comme les femmes, étaient privés de droits civiques avant la Révolution Française et n’avaient donc pas à participer à un mouvement qui voulait changer la société - sans qu'aucun règlement Maçonnique n’ait besoin, pour eux non plus, de préciser ce qui allait alors de soi .

Et c’est au même titre que la Franc-Maçonnerie se doit, dans la société actuelle, d’être tout aussi naturellement mixte, sans avoir à le préciser ; une Loge appartenant à un mouvement qui se veut universaliste et qui déciderait, au XXIe siècle, d’en exclure la moitié de l’humanité aurait un sérieux problème de crédibilité (le même que celui du suffrage qui se disait « universel ») et contribuerait, par cette démarche, à accentuer l’image de ringardise que donne trop souvent d’elle-même la Maçonnerie.

Mais, curieusement, après avoir levé ce tabou de la mixité qui n’a jamais figuré dans ses textes, le Grand Orient a choisi, aujourd’hui, de laisser chaque Loge libre de décider si elle y acceptait des femmes ou pas – j’y reviendrai.

Il est possible que l’arrivée de femmes dans une Loge Maçonnique puisse y amener des «changements » ; encore faut-il, si elle souhaite rester exclusivement masculine, qu’elle analyse ces changements et qu’elle démontre en quoi ils lui seraient si néfastes - ce qui serait facile à faire par l’observation de ce qui se passe dans les obédiences depuis longtemps mixtes (Droit Humain, Grande Loge Mixte de France) : nous ne sommes pas ici face à l’inconnu.

Il est tout aussi possible que la décision assez tardive d’admettre au Grand Orient des Juifs (ce qu’aucun règlement n’interdisait explicitement) , ait pu y entraîner des changements, bien que ceux-ci n’aient jamais été analysés ; heureusement pour la Maçonnerie, les Frères qui, à l’époque (il y en eut beaucoup) ont défendu l’idée qu’il fallait que « tout reste toujours comme avant » ont fini, après des débats souvent houleux, par se retrouver minoritaires.
Il y avait une époque où la Maçonnerie n’avait pas peur, par principe, de tout changement - époque qui se trouvait être, comme par hasard, celle où la Maçonnerie exerçait une influence sur l’évolution de la société française qu’elle a perdue depuis longtemps.

Car il reste à se demander si la perturbation induite par tout changement doit être le critère déterminant de toute décision, en Maçonnerie ; si le confort personnel doit être prioritairement préservé, ou s’il faut accepter de le remettre en cause le temps qu’il s’adapte à des progrès sociaux et philosophiques ; si la Maçonnerie est avant tout un club britannique de gentlemen qui aiment à se retrouver pour somnoler entre eux, ou si elle a des ambitions plus élevées pour lesquelles il faut consentir à des perturbations personnelles temporaires (il y eut des époques où on risquait sa vie et sa liberté en étant Franc-Maçon, et des pays où c’est encore le cas).
Car il reste à se demander si la perturbation induite par tout changement doit être le critère déterminant de toute décision, en Maçonnerie ;
si le confort personnel doit être prioritairement préservé, ou s’il faut accepter de le remettre en cause le temps qu’il s’adapte à des progrès sociaux et philosophiques ; si la Maçonnerie est avant tout un club britannique de gentlemen qui aiment à se retrouver pour somnoler entre eux, ou si elle a des ambitions plus élevées pour lesquelles il faut consentir à des perturbations personnelles temporaires (il y eut des époques où on risquait sa vie et sa liberté en étant Franc-Maçon, et des pays où c’est encore le cas).

La Franc-Maçonnerie aspire à améliorer et à changer la société, c’est sa raison d’être ; mais, contrairement aux partis politiques, aux religions, ou aux diverses associations dont c’est également le but (syndicats, etc.), elle estime qu’on ne peut améliorer (= changer) la société sans s’améliorer (= se changer) soi-même, c’est en cela que réside sa spécificité et son originalité. C’est pourquoi elle accepte des gens de toutes origines, appartenant à tout parti politique démocratique, à toute religion, à tout syndicat, ou n’appartenant au contraire à aucun d’entre eux, à condition qu’ils soient partants pour ce travail personnel sur soi-même.

Ce travail de remise en cause perpétuelle n’a rien d’évident ni de naturel, et devient de plus en plus difficile à mesure qu’on vieillit, qu’on se rigidifie, qu’on se sclérose, et qu’on trouve dans la permanence de ses habitudes une défense contre l’angoisse de la mort – alors que c’est justement cette permanence des habitudes, lorsqu’elle devient une fin en soi, qui est déjà une première étape vers la mort.
Heureux (et vivants) les Francs-Maçons des débuts, qui n’avaient pas encore de passé et d’habitudes à préserver!

Rien n’est plus fondamentalement opposé à la démarche Maçonnique que le : « il faut que tout reste comme il l’a toujours été, c’est une raison nécessaire et suffisante pour n’y rien changer». Car que dirait-on si le Grand Orient laissait, aujourd’hui encore, chaque Loge libre d’admettre, ou pas, des Juifs, des Noirs, etc., au pauvre prétexte selon lequel « il y en a d’autres qui les acceptent, pourquoi donc venir chez nous ? »
Mais, bizarrement, cette séparation de l’ humanité en deux catégories, hommes ou femmes, que le Grand Orient a toujours ignorée dans sa Constitution et dans son Règlement Général, est aujourd’hui laissée à la liberté d’appréciation de chaque Loge, alors qu’elle est en contradiction absolue avec la conception française et anti communautariste de la laïcité, qui se refuse à trier les êtres humains en catégories séparées, et à laquelle pourtant le Grand Orient prétend « attacher une importance particulière »; il est temps de mettre fin à cette anomalie, qui ne se justifie, d’après certains, qu’à titre provisoire, pour laisser aux Francs-Maçons les plus conservateurs le temps de s’habituer progressivement aux changements de notre société intervenus...depuis plus d’un demi-siècle : et si on leur faisait un peu confiance en brûlant les étapes ?
Si on partait du principe que tous peuvent comprendre que, dans la phrase du Franc-Maçon Antoine de Saint-Exupéry, qu’ils lisent chaque fois qu’ils pénètrent dans le siège du Grand Orient à Paris : « Si tu diffères de moi, mon Frère, loin de me léser, tu m'enrichis », le mot « Frère » désigne aussi bien les Sœurs, tout comme l’expression « Droits de l ‘Homme » concerne aussi les femmes ? Les Francs-Maçons doivent toujours prendre le pari de l’intelligence...y inclus de la leur.
 
 
Retrouver aussi cet autre article d'Eie Arié sur la Burqa 
_____________________________________
Commenter cet article

duplay 19/07/2011 23:41


Le dernier numéro de la Chaîne d'Union paru le 18 juillet donne le point de vue du Grand Maître duGODF Guy Arcizet et des deux dignitaires des Hauts-Grades écossais et français sur la question de
l'initiation des femmes.


Jean-Dominique Reffait 19/07/2011 16:13


Le GODF ne connait aucune distinction entre noirs, blancs, jaunes ou verts : il n'est pas multiracial. Le GODF ne connait aucune distinction entre chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes et autres
athées : il n'est pas pour autant multiconfessionel. Le GODF ne connait aucune distinction entre un amateur de rock et un passionné de foot : il n'est pas pour autant multiculturel. Le GODF ne
connait aucune distinction entre les genres de ses membres : il n'est pas pour autant mixte.
Couleur de peau, religion, origines ethniques et culturelles et, désormais, sexe, sont des métaux qui n'entrent pas en considération au GODF.
Le GODF est universel.


Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/