Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

18 Mar

Rite Français : veiller des cendres ou entretenir un brasier ?

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Réflexions - Conférences - TBO

Rite Français : veiller des cendres ou entretenir un brasier ?

 

La struture des juridictions des hauts grades de rite français comprennent quelques différences qui illustrent la vitalité du Rite et son adaptabilité aux situations obédientielles.

 

Si l'on peut observer au REAA comme au RER le souci d'une vigilance intransigeante sur le respect absolu de la lettre des rituels, il en est sensiblement différemment au Rite Français.

 

Déjà, ses différentes versions dans le temps, montrent qu'au delà de ces différences sensibles et notoires de contenus et de rédactions, on lui fait toujours référence aujourd'hui. On attache le nom du Frère qui lui a donné une coloration particulière ou qui a présidé à une réécriture ou à une stabilisation. Ainsi le Tuileur de 1801 (publiant la version pratiquée au GODF depuis 1786) faisait-il suite à la luxurience originelle, ainsi Groussier faisait-il suite à Amiable...

 

Ces versions ont oscillé entre les deux pôles habituels, symboliste et sociétal, s'adaptant aux dominantes des temps. On lui reproche souvent cette spécificité en allant jusqu'à lui contester sa qualité initiatique...

 

N'a-t-on pas dit sur le ton de la fraternelle moquerie que "le GODF était l'association profane qui ressemblait le plus à la franc-maçonnerie". Son auteur, avec qui j'ai depuis des liens d'estime et d'amitié, se reconnaîtra...

 

 

Logo-GCG.pngLe Rite Français dans les obédiences.

 

Le Grand Chapitre Général du Grand Orient de France a mis en place un Conservateur du Rite au sein de la juridiction. Le Grand-Maître du GODF est le garant des 5 rites pratiqués dans les différentes juridictions présentes dans l'obédience en sa qualité de président de l'obédience qui détient la propriété des patentes de tous les rites pratiqués. A ce titre, chaque juridiction de hauts grades est liée au conseil de l'ordre par une convention bipartite aux termes de laquelle une commission paritaire est mise en place et est chargée d'examiner les questions administratives entre les deux entités.

 

La plupart des obédiences pluri rites ont une juridiction de Rite Français dite Grand Chapitre Général, du GODF à la GLNF ! 

 

Il existe depuis avril 2011 un traité d'Amitié dit " Charte de Lisbonne" entre 16 juridictions de grade de sagesse de Rite Français de la franc-maçonnerie libérale dans le monde. Ce traité est un jalon dans la renaissance du Rite et marque l'attachement que lui porte une part de plus en plus importante des franc-maçons à l'échelon international.

 

La tentation de l'académisme.

 

Ce développement de l'implantation du Rite Français s'accompagne de sa déclinaison dans chaque obédience qui le pratique. C'est une source de débats et un gage de sa vitalité dès lors que ces déclinaisons ouvrent la perspective de l'émancipation individuelle et collective des soeurs et des frères.

 

Car, et c'est bien naturel, des questions se posent.

 

S'agit-il pour les francs-maçons de rite français, soeurs et frères, de suivre à la lettre un rituel (mais lequel ?) de l'utiliser comme un horizon indépassable ?

Ou d'en faire un outil pour comprendre le réel, un outil pour saisir la supériorité de l'esprit humain sur toute transcendance, un outil nécessairement malléable, modifiable ?

 

Cette alternative peut conduire à choisir l'une des formes historiques du rite, par exemple le RFR (Rite Français Rétabli) ou le RFP (Rite Français Philosophique), et à développer autour de lui une forme de "patriotisme d'organisation" rejetant toutes les autres comme des déviations ! Nos frères anglais ont connu  pendant plus de 60 ans la "guerre des Ancients et des Moderns" qui s'est conclu par la victoire des Ancients (en fait les plus récents) sur les Moderns (les initiateurs de la franc-maçonnerie) ! La fin de cette période tumultueuse correspond à la naissance de la GLUA.  

 

Ce type de choix peut aussi induire une unification de la forme du rituel et à sa conception comme un contenu symbolique déterminé, exempt de toute interpretation et enseigné comme tel.

 

Une telle démarche peut apparaître comme un véritable contre-sens. Comment imaginer que le rite de fondation de la franc-maçonnerie du siècle des Lumières puisse se concevoir comme une vérité révélée ? La forme française du rite des Moderns qu'est le Rite Français ne serait-il pas, une nouvelle fois, défait ?

 

Si le rituel est univoque, il devient un catéchisme où son contenu n'est pas susceptible d'interprétation, dès lors un texte sans prétexte, des gestes qui perdent leur fonction symbolique pour n'être plus que des habitudes, presque des tics.

Quel intérêt ?

 

La formidable force de ce rite tient au contraire dans sa capacité à susciter les interprétations, à promouvoir la liberté de penser et la liberté des pensées, à générer l'envie d'adapter sa forme pour mieux respecter son esprit ! 

 

Concevoir l'adaptabilité du rituel.

 

Au delà des structurations obédientielles, comment fait-on vivre le Rite Français ?

 

Cette phrase de Jaurès, lui qui appréciait assez peu la franc-maçonnerie, est néanmoins édifiante : "La tradition, ce n'est pas de veiller des cendres mais d'entretenir un brasier".

 

Cela suppose de ne pas confondre l'esprit du rite avec sa lettre, le rituel. Cela suppose de se garder de l'idée où il n'y aurait qu'une seule conception, une seule compréhension possible d'un rituel. 

 

On touche là une différence majeure avec les autres rites pratiqués en franc-maçonnerie. Et c'est aussi la différence que l'on pourrait établir entre un garant du rite (le témoin de l'authenticité historique et administrative des patentes) et un conservateur du Rite (le dépositaire des différentes pratiques du rite).

 

Peut-on penser qu'il y ait au Rite Français un garant du contenu du rite à qui soit soumis toute évolution des rituels avec comme conséquence l'impossibilité de modifier aucune virgule sans son approbation ?

 

Cette pratique, si elle est celle d'autres rites comme le REAA ou le RER, n'est pas celle du Rite Français.

 

 

Gérard Contremoulin

_______________________________________________________

 

 

Commenter cet article

réboussié 25/03/2014 14:51

tout à fait d'accord avec tout ça , mais j'ai aussi quelques appréciations personnelles ...oui , né au REEA , j'ai connu le RF après , ce qui explique ...
sur le papier peint de la salle à manger ? je rajouterais la vue sur la colline , les odeurs de la campagne environnante , le mobilier rustique et très confortable , les aquarelles d'Annie Chemin sur les murs , l'ambiance feutrée....je pense à une bouteille de Saint Joseph partagée entre amis , la même seul dans une gargote parisienne ..loin de chez moi ..
Comme dit Alain Finkiel.., on nait dans une culture je rajouterai une tradition, un rite , un groupe social , je ne dis pas une loge mère pour ne pas faire hurler les tenants du Genre , et si je m'inscris au club de pétanque du coin , c'est pas pour jouer aux cartes , je vais le dire autrement , si dans certaines circonstances , certains peuvent perdre la tête , on peut en parler , on peut aussi supprimer les mots et l'histoire du manuel, on ne pourra donc plus en discuter , ni de la chose , ni de l'histoire , voir pour ceux que ça intéresse ce texte sur la rationalisation des pratiques ...appliquée à la musique ....économiquement très rentable , moins de musiciens , de répétitions ....de spectateurs donc locaux plus petits , moins de chauffage ...comique au premier degré mais appliqué à la société actuelle ? l'art moderne ? je ne cite ni musicien ni .....ce qui peut se concevoir pour certaines pratiques n'empêche pas l'existence d'un fond culturel, j'ose dire de valeurs , avec les rituels qui vont avec ..la pub peut faire son beurre avec la "jeunesse", ça n'empêche pas la pyramide des ages . mais les jeunes d'aujourd'hui sont les vieux de demain ..j'ai lu aussi récemment un texte sur la FM en Afrique ...pour terminer sur le fond culturel ou social.
Homme libre ? se laisserait enfermer dans quelque chose sans réagir ? je ne pense pas que le rituel puisse stériliser la pensée , si ce n'est ....ni serf , ni stupide ....ni ..ça marche encore ? ça ? ?
La puissance des structures ? la pression du groupe , du dogme ...encore que le dogme a bon dos , mais suivez les ficelles qui manipulent les marionnettes gardiennes du temple du dogme .....
Ne le prenez pas mal, j'aime ces analyses , ces commentaires sur notre histoire , car ça me parle des hommes d'un autre temps , de ces frères de la chaine , et je rêve ? quels débats aurions nous si la science nous les ramenait ? nous reconnaitraient ils ? mais je me demande aussi parfois si ça ne ressemblerait pas aussi un peu aux débats du lendemain du premier et pire du second tour ?? , ce qui n'est pas le cas ici , bien sur , le RF , c'est à nous de le faire vivre , enfin , à vous , les jeunes , les retraités , on doit aider , mais on dit chez nous , "c'est pas le vieux qui conduit les bœufs"

P Labarbe 19/03/2014 16:19

Permettez moi de revenir sur le "fameux "traité de Lisbonne , qui n est absolument pas respecté.....tout au moins dans le coin du monde ou je me trouve , c est a dire le Quebec.......je suis l un des fondateurs du premier chapitre du GODF au rite Français en Amérique du nord ,au jour d aujourd huis nous sommes toujours personæ non graeta avec le chapitre du DH , qui interdit même a ses membres de nous visité, et la cerise sur le gâteau, un nouveau chapitre vient de voir le jour , a la GWU (obédience créée par le GODF il y a plusieurs année spécialement pour l Amérique du nord), et bien celui ci nous met des restrictions draconiennes pour nos visites éventuelles, c est a dire que nous ne pourrions les visiter que pour certaines planches , et a certaines conditions , tout le reste nous est interdit..............alors le traité de Lisbonne ...........

Gérard Contremoulin 20/03/2014 17:33

J'ai oublié de préciser que l'accord est signé entre le GCG du GODF et le SC de la FFDH. Il n'est donc applicable qu'au niveau de la Fédération Française du DH, jusqu'à ce qu'il soit ratifié et étendu à l'ensemble des fédérations nationales du DH. C'est, je crois, à l'étude...

P Labarbe 20/03/2014 15:59

Merci Gerard

Gérard Contremoulin 19/03/2014 18:04

Un Traité s'applique dans les juridictions signataires.
Lisbonne concerne les inter visites.
Le traité entre le GCG du GODF et le SC du DH est un autre traité qui règle les relations notamment de visites entre les Sœurs et les Frères du rite Français du GODF et les Sœurs et les Frères du SC du DH.
Tous s'appliquent sous le contrôle des juridictions. C'est donc à elles qu'il faut faire remonter les manquements.

John Slifko 19/03/2014 16:41

Dear Brother Lararbe: I was not aware of the things that happend to your Chapter in Quebec. It seems many people have forgotten your existence! Not here in California and elsehwere. I would like to communicate with you if possible about the Modern Rite and its potential in North America. Can you write me here or at johnpslifko@msn.com. My phone is 805-523-1177, I apolize that I am only learning French but we should speak in some way. I have very interested in what has happened to you and would like to see a different ending to this story. There are some things I want to tell you and get your opinion about. I will write about it. Fraternally and Sincerely, John P. Slifko, USA.

Francis PUIG 19/03/2014 16:11

M.°.T.°.C.°.F.°. Gérard,

J'ai lu avec intérêt tout le bien que tu penses du rite français. Je ne suis pas convaincu. Il est vrai que la dernière fois que j'ai assisté à une tenue au rite français, c'était l'allumage des feux de Narbonne. Ce dont je me souviens du rituel, c'est qu'il ne collait pas avec ta conclusion. Mais c'était le début du rite français dans le Sud. Il a pu évoluer. De plus je ne suis pas là pour débattre du contenu de ta planche, mais seulement pour te remercier d'avoir bien voulu m'informer de l'existence de ton blog. Je me ferai un plaisir d'y revenir.
Tribises

franis puig 21/03/2014 10:46

Il est vrai que l'utilisation du verbe "convaincre" est discutable. Tu as raison. Il n'était pas l'expression de mon sentiment profond. En effet, je suis en désaccord avec les termes de ton témoignage. Mais étant donné que c'était ma première intervention sur ton blog et comme il me semble que ce n'est pas ici que nous pourrions débattre sérieusement du sujet, j'ai préféré nuancer mon propos. Désolé.

Gérard Contremoulin 19/03/2014 17:58

Le but d'un franc-maçon est-il de convaincre ?
Je souhaitas simplement donner un témoignage et provoquer la réflexion sur un sujet bien d'actualité...

Bernardlyautey 19/03/2014 10:42

Une réponse à lexcellent billet à la question de Duplay : "reste à définir l'essentiel : à quoi sert la FM?"
Ma réponse est :
A rien de concret ni de précis dans la société, sauf actions individuelles ou plus ou moins collectives;  
puisque chaque FM a ses valeurs, ses idées, sa parole, sa liberté.
Elle sert à faire des FM :  apporter à qui le désire une méthode, un apprentissage.
Le rituel est un élément de cette méthode; il faut veiller à ce qu'il le reste, qu'il serve la méthode, dans chaque changement.
Pas qu'il évolue vers une vision dogmatique de la FM
Nous sommes là pour transmettre cette méthode, si nous avons eu la chance de la recevoir et de la pratiquer.
C'est le rôle des instructions, en premier lieu, mais aussi de tous les MM et du travail en loge.

pmbordeaux 19/03/2014 10:15

Dire que le REAA est un rite figé est une erreur... Il suffit de regarder son évolution pour voir (comprendre) que le REAA a également subi également les influences de son époque (et de celle du RF). Il n'y a quasi rien à voir entre les versions de la GLGE (1804) et celles du SCdF entre 1821 et 1877...
Les échanges et influences entre REAA et RF sont nombreux...

Gérard Contremoulin 19/03/2014 10:50

Je ne pense pas spécialement, dans cet article, à la pratique du REAA au GODF...

Duplay 18/03/2014 17:33

Ce n'est pas tant le rite que l'obédience ou plutôt les Loges et ses membres qui donnent un sens à leur démarche. Le rite n'est pas plus que le papier peint qui décore la salle à manger, il ne change pas la qualité de la nourriture qui est servie.L'obédience la plus "révolutionnaire" du moins si l'on prend comme critères l'appartenance des Frères et Soeurs à une mouvance politique, son désir d'ouverture vers la société et sa volonté d'émancipation personnelle a certainement été la Grande Loge Symbolique Ecossaise fondée en 1880 par douze loges symboliques du Suprême Conseil qui firent sécession en instituant l'autonomie des grades bleus, et la liberté de conscience, selon le principe inscrit dans leur constitution "un maçon libre dans une Loge libre". C'est au sein de cette obédience que fut initiée dans la Loge "Les Libres Penseurs du Pecq" Maria Deraismes en 1882. La majorité de ces Loges décidèrent de créer en 1894 la Grande Loge de France lors du congrès convoqué par les loges symboliques du Suprême Conseil. Ne dites pas à Marc Henry que les fondateurs de l'obédience qu'il veut arrimer à la Grande Loge Unie d'Angleterre étaient des anarcho-syndicalistes féministes, ses cheveux repousseraient!
A l'époque, les membres du Grand Orient, même ceux qui affichaient des idées politiques avancées, étaient bien loin de telles utopies. Si en 1877, grâce à la ténacité du pasteur Demons, le Convent de 1877 allait rendre facultative l'invocation du Grand Architecte de l'Univers, on ne peut guère y voir l'influence d'un rite sur un autre. En 1849, les Francs-maçons du GODF avaient inscrit, sous la houlette du Prince Murat, l'obligation de la croyance en Dieu et de l'immortalité de l'âme. Le même Grand Maître fit voter dans la foulée ne 1854 une nouvelle constitution qui créait un "Institut dogmatique" qui n'a d'ailleurs jamais fonctionné ce qui aurait du servir de leçon à tous ces successeurs, y compris aujourd'hui, qui inventent instituts sur académies pour placer leurs courtisans sans que l'on sache réellement à quoi ils peuvent servir.
Toujours est-iol que ces revirements du GODFont été opérés sans que le rite ne change. L'obédience a subi, dans son ensemble, les grands mouvements politiques à des degrés divers suivant la géo-localisation de ses ateliers et le dynamisme de ses membres.
Le rituel n'a eu aucune influence politique. Il n'est perçu comme un obstacle que lorsque un certain nombre de Frères, dont Amiable et Blatin, conquis par le positivisme pensent faire évoluer la franc-maçonnerie vers une société de pensée rationaliste. Mais ce n'est pas tant le rite français que tous les rites qui sont visés. Arthur Groussier a rétabli l'équilibre vers plus de ritualisme. Reste à définir l'essentiel : à quoi sert la Franc-maçonnerie? A cette question, les réponses restent aujourd'hui aussi diverses que hier. La Loge des Neufs soeurs initie Voltaire en avril 1778, l'administrateur général du Grand Orient de France, le duc deMontmorency-Luxembourg quitte Paris le...13 juillet 1789 pour ne plus jamais revenir en France.
Et tout ça, ça fait comme dirait Maurice Chevalier d'excellents maçons...

Aurea 18/03/2014 12:15

REAA suite L'on aime son Rite certes il nous passionne cela se comprend mais pourquoi préciser Il est le plus beau il est le meilleur ....... Les autres sont moins bien ....... Parceque ci parceque ça .... N'est ce pas déjà le début du dogmatisme, de l'intolérance. Chaque Rit à ses spécificités tout à fait honorables, son histoire, ses avatars et tous sont de bons rites. Isn't realy ? my dearest Brethern !

Gérard Contremoulin 18/03/2014 16:25

La problématique ici n'est pas d'aimer "son" rite d'un amour exclusif ! Cela n'aurait pas beaucoup de sens, même si la renaissance du Rite Français des grades de sagesse a pu provoquer quelques poissées d'urticaire ici ou là...

La question évoquée ici est celle de la nature du Rite Français, qui à la différence des principaux autres (RER et REAA), ne souffrent aucune évolution sauf celles qui font l'objet d'une décision des plus hautes instances de ces rites.
Ce qui n'est pas le cas au Rite Français. Le rituel publié est dit "rituel de référence".
Voilà pourquoi chaque fois que l'on évoque la nécessité de suivre aveuglément un rituel de Rite Français (je ne peux pas dire LE rituel), on commet un contre sens. Car il est parfois, au sein même des chapitres français (1° au 4° Ordre), des réactions très ressemblantes à celles que l'on rencontre dans ces rites. C'est cela que j'évoque dans cet article. Les Rituels de Rite Français sont, par essence, adaptables, modifiables, maléables !

Aurea 18/03/2014 12:10

Il ne me semble pas que les observations concernant le dogmatisme, ou presque, du REAA soit le reflet de la réalité, sauf à être une imposition dogmatique Obediencielle et ce même au sein de la GLNF. D'autre part les mélanges au sein des LL REAA de FF venant d'horizon différents du REAA ou d'autres Rit apportent des refraichissements qui n'obèrent en rien le sens profond symbolique et spirituel

Rastetter 18/03/2014 11:44

Remarquable analyse qui enfin lance ce débat nécessaire.
Oui le RER particulièrement est figé depuis sa création.
C'est vrai aussi du REAA mais, dans une moindre mesure.

Son succès est du, à mon avis, à son vague déisme ou théisme, bien
en phase avec les mentalités de la fin du 18 ème siècle et les mentalités toujours actuelles
dans la plupart des pays anglo-saxons : être athée est toujours dans ces pays, surtout aux États-Unis, un peu immoral ou dérangé ( stupid).
Voir aussi la remarquable analyse de la 'toleration' de Locke par Catherine Kinzler dans 'Penser la Laïcité'.

La référence à Amiable puis Groussier, après la réécriture et la stabilisation de 1786, mérite des développements et travaux ultérieurs.

SI Amiable et ses pairs ont voulu adapter le rituel au positivisme et à la sociologie de Comte,
le retour à la tradition initié par Groussier s'est effectué de façon purement interne, le positivisme étant toujours prégnant dans la société moderne jusqu'au années soixante.

Si l'on veut éviter le fondamentalisme invoquant la retour à la lettre d'origine, il convient d'utiliser les outils des sciences humaine set sociales actuelles, outils appliqués à la maçonnerie.

C'est la tache qui nous incombe, face au repli fondamentaliste en cours des obédiences régulières, repli caractérisé par l'attitude ces obédiences vis-à-vis de la femme....

Jean-Louis 18/03/2014 11:43

C'est gersois la struture? ou castelnaudarien? :-)

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/