Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

11 Nov

Rite Français, rite d'émancipation.

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Formation et Histoire maçonnique

Rite Français, rite d'émancipation.

On a raison de parler du rite français, on a raison de s'interroger sur lui, on a raison de signaler ses multiples versions. Oui on a raison car le rite français, c'est d'abord une grammaire de l'initiation à la liberté, une méthode pour l'émancipation.

 

Le rite français est une proposition pour le travail aussi bien initiatique que sociétal, aussi bien moral que politique. De quoi susciter l'intérêt ... ou le rejet.

 

Tour à tour on entend dire de lui qu'il n'aurait pas de (réel) contenu, qu'il serait vide de tout symbole, qu'il serait une "auberge espagnole", bref qu'il n'aurait rien d'initiatique. Sous entendu, l'autre ou les autres seraient bien entendu, eux, parfaitement équipés pour "révéler" les seuls vrais initiés, pour "former" les seuls vrais maçons ! De sorte qu'effectivement si l'on dit que la franc-maçonnerie est "universelle", on ne peut que constater qu'elle n'est pas universellement adogmatique !

 

C'est aussi une manière de parler du rejet dont il fait l'objet de la part des "réguliers" ou de ceux qui veulent être reconnus comme tels...

 

Alors, le rite français, qu'est-ce que c'est ?

 

C'est à l'origine la manière selon laquelle la franc-maçonnerie, lorsqu'elle s'est implantée sur le continent et notamment en France, a travaillé. C'est la manière française de travailler selon le rituel anglais dit des "modernes", ceux qui ont créé la première obédience (1717), et qui s'est pratiquée en France dès 1728 dans les loges de la première "Grande Loge de France".  On lira avec grand intérêt cet article de Roger Dachez.

 

Et il est toujours plaisant de lire que la Grande Loge de France (la seconde), celle qui naïtra en 1894 un an après le Droit Humain et qui a toujours pratiqué un REAA (Rite Ecossais Ancien et Accepté) d'un haut degré de pureté, se revendique d'être cette première Grande Loge de France ! Le REAA est arrivé en France en 1804, importé de Caroline du Sud par le Marquis De Grasse-Tilly. 

 

Le Rite Français est aussi l'héritier de la maçonnerie opérative, par exemple dans le pas de l'apprenti, dans la "chambre du trait" du Compagnon ; c'est encore un "conservatoire" certes mais aussi un pont vers la modernité, tel que l'évoque Ludovic Marcos dans le petit film ci-dessous...

 

Au Rite Français, "l'Initiation" n'est pas un moment, une cérémonie. C'est un chemin, une démarche qui commence le jour de la "Réception" au 1° grade d'un profane, homme ou femme. Ne dit-on pas qu'on "s'initie soi-même", loin des vérités révélées, des transcendances, des maîtres à penser...

 

Le rite français, au delà de ses variantes : un lien entre le passé et l'avenir.

 

D'abord faudrait-il parler des différentes variantes du rite français, avec le  rite français codifié par Roettiers de Montaleau (années 1780) publié en 1801 (le Régulateur), le Rite français Murat (avec notamment l'obligation d'invoquer le Grand Architecte de l'Univers), la grande césure de 1877 autour de l'abandon de l'obligation de croire en dieu et en l'immortalité de l'âme, le rite français Amiable (1886, très positiviste dont on retiendra par exemple les apports dans la version actuelle de clôture des travaux), le rite français Groussier (1938-1955, revenant au Régulateur avec notamment le texte actuel de la Chaîne d'Union, la lecture obligatoire de l'article 1° de la Constitution), le rite français moderne rétabli (René Guilly - 1955) ou le Rite français traditionnel (1968 à la LNF).

 

Les différences sont importantes et c'est probablement en elles plus que dans leurs points communs que réside paradoxalement la philosophie du rite. Un rite à fort potentiel qui a pu faire son chemin des origines à nos jours, au milieu des mouvements d'idées, de l'opposition frontale de l'église catholique dès 1738, des évolutions de la société.

 

Libres, libres de choisir la forme, libres de lui apporter des modifications, libres de l'adapter aux circonstances, libres de lui donner des contenus et liberté de traiter de tous les sujets qui paraissent aux uns nécessaire pour la réflexion commune alors que d'autres préfèrent se centrer sur une réflexion davantage symbolique.

 

Bref, ce rite est le contraire d'un cathéchisme. Car au delà de quelques archétypes et de quelques conventions destinées à définir des symboles majeurs, la règle est de s'approprier les outils symboliques mis à la disposition des apprentis puis des compagnons maçons pour en faire des maîtres capables de "transmettre". 

 

Ensuite faut-il parler de sa parfaite adaptabilité.  

Ses variantes correspondent à des moments importants de l'histoire des idées et des évolutions majeures de la franc-maçonnerie, celle qui s'inscrit dans le siècle. La franc-maçonnerie libérale travaille à la fois à l'amélioration personnelle de ses membres ET à l'amélioration de la société.

 

C'est ainsi que lors de la création d'une nouvelle loge, les fondateurs commencent-ils par réfléchir aux adaptations utiles pour mieux souligner tel ou tel point fort du projet, tel ou tel accent à mettre sur le contenu symbolique du texte.

 

On peut concevoir que la lecture de ces lignes  fera dresser les cheveux sur les têtes de nos frères "réguliers" et de certaines de nos soeurs aussi...

 

Le rite français, un rite d'émancipation.

 

 Il faut comprendre que le Rite Français, par delà ses évolutions, du théisme à la liberté absolue de conscience, montre dans l'histoire une grande cohérence sur sa philosophie humaniste où" l'homme reste la mesure de toute chose" et se préoccupe de "l'amélioration materielle et morale, du perfectionement intellectuel et social de l'Humanité" (extrait de l'article 1° de la Constitution du GODF).

Ludovic Marcos.

On réécoutera avec beaucoup d'intérêt les présentations que Ludovic Marcos fait du Rite Français, d'abord dans son "beau livre" Histoire illustrée du Rite Français...

Rite Français, rite d'émancipation.

puis dans ses différents interviews que l'on retrouvera ci dessous :

ou encore dans celui-ci, plus général puisqu'il fait une présentation de la Franc-Maçonnerie, où l'on retrouve Roger Dachez, Ludovic Marcos, André Combes, Philippe Solers, Michel Chomarat et Maurice Harel, principalement dans le temple 4 (Corneloup) du Grand Orient de France

 

Bonnes réflexions...

 

Gérard Contremoulin

_______________________________________________________

Commenter cet article

ihi alla 13/11/2014 20:32

bonsoir,
tous les r^tes sont émancipateur car c'est la fm qui est émancipatrice et ce quelque soit le rite auquel on travaille. la chaîne d'union indique bien que la fraternité est au delà des rites et de l'orient où nous travaillons. Chaque maçon par son initiation et son travail el loge s'émancipe, se transcende et ceux au delà du rite, de l’obédience, du pays et autres. A mon sens " la guerre des rites" est comparable aux chamailleries des cours de recréation. Un F qui travaille au français de 5955.

kroumirol 16/11/2014 11:26

il n'y a pas que çà! l'equation maçonnique est ouverte a de tells meandres bien humaines ,qu'elle sait gerer.
La preuve,c'est que nous sommes là encore et toujours. Ah!Ah!

Désabusé 13/11/2014 14:24

On note dès 1745 la création à Bordeaux de la loge les « Élus Parfaits » (Étienne Morin), recrutant
au-delà du grade de Maître, loge « écossaise » dit de « Hauts Grades » !, possédant un rituel complet en sept degrés.
Bien que je sois membre de « hauts grades » je me permets de rappeler que la seule réelle FM est celle des 3 premiers grades.
Ces grades au-delà du 3 ne sont qu'une possibilité d'avoir à disposition un fil ou « procédure » aidant sinon à « s'améliorer » (est-ce réellement possible) au moins à « s'arranger » au sens deulezien du terme.
Lire les poètes, assister aux représentations théâtrales, aller à la messe, ou à la mosqué etc. etc. etc. etc. peut avoir le même résultat positif …. si l'on est « améliorable » ou « arrangeable » et là il y a peu d'élus ……… et tous ou presque de retomber dans la moquerie, pire l'exclusion, la stigmatisation de celui qui ne pense pas pareil. On ne cherche même pas à l'écouter, dehors.
La gueguerre des rites est du même niveau que celles des partis politiques, c'est à dire des guerres d'égos dans lesquelles les plus violents gagnent.

joaben 12/11/2014 09:20

Merci de ce rappel fort interessant au milieu des volontés hégémoniques des REAA.
Il est d'ailleurs cocasse que des "REAA" brandissent Anderson alors qu'ils sont aux antipodes des "moderns".
Il est regrettable que ce rite soit "nationalisé" alors que justement il developpe l'ouverture et l'universalité. Il faut rappeller qu'il dispose(Merci R de Montaleau) d'un systeme de grades de "Sagesse" (cf les REAA appellent la même chose "haut" ou perfectionnement) particulierement solide, cohérent et épuré.
Il est à noter que aussi bien à GLNF que GLEFU que GLAMF se partique le RF version regulateur 1801(grosso modo) sans difficulté.
Et le GCGF utilise directement les rituels Rde Montaleau 1786, avec bonheur et dynamisme.
Le Gadlu tel qu'il est presenté par les "moderns"(en fait les plus anciens) ne pose pas probleme sauf vis à vis d'un atheisme militant. Le R moderne(je prefere l'appeller comme celà) n'impose ni St Jean, ni la Bible. Il est à rappeller qu'il était simplement CONNU et jamais lu. Il n'est pas touché par des confusions alchimiques.
Bon, chacun a compris qu'il a ma préférence. Cependant, il meriterait un retour aux sources : suppression des nationalismes, militarismes, recentrage sur les valeurs 1717 (laïcité, égalité, simplicité, fraternité, mérite, rationalité, liberté).
Nous sommes un groupe, en travail sur une rituel(et non pas un rite) appellé rituel Newton qui reprend ces idées.
Bravo Gerard d'avoir abordé ce sujet ... au risque de me voir me prononcer sur la question.

Maxime 12/11/2014 09:14

Le Rite Français Traditionnel ? LNF, Pas GLNF.

kroumirol 16/11/2014 12:03

j'acquiesce a cette version qui a valeur historique,notemment lorsque l'on a la plus modeste experience des DOM-TOM de nos jours. l'implantation des HG du RF ont montré le dynamisme et la soif d'ouverture vers l'exterieur, des FF des Iles. je le pense a ma maniere";J'en resterais donc a ce simple point de vue culturaliste,eti ncelle s'il en fut! de toute emancipation voire de toute ambition de la pensee Maçonnique.
J'ajouterai en exergue,et, volnotairement non polemique,que j'ai constaté avec quelle strategie maligne,le college des rites conservateurs du moment(1994 et ss)avait tenu ds l'ignrance durant deux super-convents,
les FF de l'ocean indien,des grands changements qui structuraient en l'enrichissant,les HG du G.O.D.F.

Maxime 12/11/2014 18:21

Oui, hélas ! A la GLNF j'ai eu droit à la prière avant la Tenue, à une planche sur Jésus et au bénédicité avant les agapes. Trop c'est trop.
Il y a aussi quelques Loges à la GLDF qui pratiquent UN rite français, parcequ'elles sont des transfuges du GODF et en attendant qu'elles se reconvertissent au REAA.
D'autre part le FMFR c'est le Rite Moderne Français Rétabli (et non Français Moderne) pratiqué à "Devoir et Raison" : René Guilly y tenait, avant de le reconvertir en Rite Français Traditionnel à la LNF.

joaben 12/11/2014 17:30

Si ... des loges GLNF pratiquent aussi le RF dit de "de tradition".

Gérard Contremoulin 12/11/2014 12:00

Exact : correction effectuée. Merci "Maxime"

Alexander 12/11/2014 08:44

Une petite précision quant à l'origine du REAA. Je précise de suite ne pas vouloir jeter d'huile sur le efu, mais préciser des faits historiques...

Le REAA est en effet rapporté par De grasse Tilly. Mais son établissement (je n'ose dire invention) est la suivante. En 1763 Etienne Morin (1717-1771) débarque à Saint Domingue muni d’une patente d’organismes liés à la Grande Loge des Maîtres de l’Orient de France (ce que l'on appelle souvent abusivement la Grande Loge de France) lui permettant de créer des « hauts grades ». Ce système de 25 grades, non pratiqué en France, va être modifié et remanié pour aboutir à 33 degrés en fusionnant les rites connus sous les noms de Rite Ancien, d’Hérédom ou d’Hairdom, de l’Orient de Kilwinning, de Saint André, des Empereurs d’Orient et d’Occident, des Princes du Royal Secret ou de Perfection, de Rite Philosophique et enfin de Rite Primitif, et dont la fusion est aujourd’hui connu sous le nom de Rite Ecossais Ancien et Accepté ou REAA. Le 31 mai 1801 se créé à Charleston le « Suprême Conseil du 33ème degré pour les Etats Unis d’Amérique » et en décembre 1802 une « circulaire aux deux hémisphères » en annonce la création, ce qui établit institutionnellement ce rite.
La "pureté" originelle du REAA est donc plus que relative.
Celle-ci se nuance d'autant plus lorsque l'on sait que le 7ème grade du Rite, celui de Prévot ou Juge, est constitué de mots du grade d'origine chinoise, et dont la cérémonie d'accession au grade est tiré d'une cérémonie funèbre chinoise.
Je rapelle que je ne voulais pas déclencher les foudres de gens qui pouvaient se sentir léser...

Philippe 12/11/2014 01:03

Ne pas oublier le rite français philosophique pratiqué au GO par une vingtaine de loges

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/