Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

10 Oct

Roger Dachez : "Blog à part... parlons sérieusement !"

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Régularité - Mixité

2013-10-10_16h58_34.png
 
 
Sur son Blog Pierres Vivantes, Roger Dachez fait une mise au point sur plusieurs thèmes d'actualité.
 
Il traite de la construction de la CMF et des conditions strictement prescrites par l'Appel de Bâle, du différent qui l'oppose à la GLDF sur les origines de celle-ci, du livre collectif Promesses de l'Aube, de l'organisation 2013 du Salon du Livre Maçonnique, et même du lien d'amitié qu'il entretient avec Alain Bauer.
 
Avec beaucoup de réalisme et de précisions, Roger Dachez développe son analyse. En voici un extrait :
 
Suis-je un ennemi de la Confédération ?
Je suis avant tout favorable à ce que chacun, en maçonnerie comme ailleurs, puisse faire librement ses choix et suivre la voie qui lui plait. Si une ou plusieurs Obédiences veulent se confédérer, je ne vois pas, dans l’absolu, au nom de quoi on les critiquerait. Cela n’appelle même aucun commentaire. Toutefois, le cas de l’Appel de Bâle est bien différent…
Alors que la Confédération – que l’Appel de Bâle ne prévoyait nullement – est aujourd’hui en cale sèche et peine à sortir du néant, on cherche à faire croire que son objet n’est pas (ou plus ?) d’obtenir la reconnaissance par Londres. Je veux simplement rappeler que c’est pourtant le seul objet de l’Appel de Bâle qui y fait expressément référence et n’assigne à son initiative que cet unique but !
Lorsque, dans un élan impressionnant, le Convent de la GLDF a adopté le principe de répondre positivement à cet Appel (97%), j’ai même entendu un certain nombre de Frères me dire, absolument ravis : « Alors ça y est, nous sommes reconnus ! »…
Puis il a fallu se réveiller. La GLDF a groupé autour d’elles quelques Obédiences qui pouvaient accepter les Basic Principles anglais (clairement évoqués dans l’Appel de Bâle) afin de se joindre à elle. Je sais de quoi je parle – à la différence de certains commentateurs –, car j’étais du nombre ! Je puis donc certifier que les rencontres avec des représentants qualifiés du groupe de l’Appel de Bâle portaient clairement sur le calendrier de cette reconnaissance : en quelques mois, la Confédération bouclée, reconnaissance par les cinq Grandes Loges européennes puis, dans la foulée, dès la fin 2013 (!), présentation par ces dernières du dossier de reconnaissance de la Confédération par la GLUA, à l’horizon 2014 ! La GLUA, non impliquée dans la négociation, était elle-même régulièrement tenue informée de l’avancement des choses – ce que son Grand Chancelier, dans une déclaration récente, a fini par reconnaitre. Nul ne peut sérieusement et honnêtement dire le contraire.
Sauf qu’il y a eu des obstacles. En particulier, et la LNF l’a vu immédiatement, la question des intervisites : on nous avait dit – et personnellement je n’y croyais pas vraiment –, que nous pourrions être reconnus « en restant comme nous étions » : en clair, en conservant nos relations extérieures (GODF, DH, GLFF, etc.). Il a fallu rapidement déchanter
 
Sous la Voûte étoilée a souvent évoqué cette situation dans laquelle s'est elle-même placée la GLDF. Les cris d'orfraies qui sont venus en retour n'ont pas réussi à apaiser les inquiétudes quant à cette incertitude d'une rupture annoncée d'avec les obédiences dites irrégulières.
 
 
Gérard Contremoulin
____________________________________________________________________
Commenter cet article

3-5-7 12/10/2013 09:54


Je suis entièrement d'accord avec votre (ton) analyse sur l'éventualité d'une reconnaissance (que je ne confonds pas avec "régularité") par la GLUA.


Néanmoins, je ne comprends toujours pas pourquoi un modèle intermédiaire tel que RD le proposait lui-même il y a quelques mois à
peine lui semble aujourd'hui impossible...?


Pourquoi ce retournement ?? (qui correspond justement à son accrochage avec Marc Henry...!)


Difficile de ne pas y voir un lien...


Et je renouvelle aussi mon interrogation : RD, devenu soudain très naïf, n'aurait pas vu dans la Déclaration de Bâle le piège qui semble aujourd'hui si évident lorsqu'il s'est
installé avec les autres pour bâtir la CMF dès le 1er jour ???


C'est une plaisanterie !


Non, il s'en est justement aperçu lorsqu'il a eu le fameux accrochage avec Marc Henry !


Finalement, l'Histoire retiendra que Roger Dachez a eu toutes les révélations au moment précis ou il a eu un désaccord avec Marc Henry...


Le hazard fait bien les choses !!!


Pour ce qui est des Députés, 97% ont accepté l'idée de la création d'une Confédération qui réunirait les Obédiences dites "traditionnelles" qui le souhaitent.


En l'occurence GLDF, GLTSO, GLAMF et GLIF.


Rien de plus.


Je maintiens que si demain on propose de rompre avec les "adogmatiques", le résultat sera inversé car cela est inimaginable et condamnable, tant du point de vue historique que tout
simplement affectif...


Les chiffres exhorbitants aux origines bien floues avancés par RD et Alain Bauer ressemblent donc plutôt à une forme de "désinformation" dont le but n'est pas très clair mais ne repose
sur rien...


Pour l'instant, il me semble donc urgent de s'en tenir aux faits :


Marc Henry dit et répète (pourquoi faire la sourde oreille ?!?) à longueur d'interventions ce que pense l'ultra majorité des FF ;


"nous construisons des ponts avec les Obédiences qui le souhaitent, d'autant plus si elles étaient auparavant séparées de nous, en créant la CMF mais si l'on parle de
"reconnaissance", alors il faudra nous prendre tels que nous sommes (donc en visitant les autres et en les recevant) ou bien nous continuerons sans reconnaissance car c'est le sens de notre
Histoire."


Si cela ne fonctionne pas, GLDF et Opéra auront quand même essayé de rassembler plus large tout en gardant leurs liens historiques et surtout fraternels avec leurs compagnons de route de
toujours.


Voilà tout et je n'y vois absolument rien de condamnable même si d'autres, sans doute en prise à une forme de paranoïa, s'en agaçent, se sentent agressés, donnent leur avis,
voire critiquent ouvertement cette tentative qui pour l'instant ne les concerne pas...


Maintenant, je ne suis pas dans la tête des dignitaires et je ne peux pas savoir s'ils ourdissent un complot machiavélique qui viserait à obtenir le St Graal britannique à n'importe quel
prix comme semblent le savoir certains avec certitude...


Si c'est le cas, je pense qu'ils seront blackboulés sans ménagement et j'en serai ravi...

3-5-7 10/10/2013 19:44


Ce texte est salutaire car l'image de Roger Dachez commençait à souffrir des "on dit" et autres supputations sur ses volontés réelles.Il écrit d'ailleurs que ce sera sa
dernière intervention sur ce sujet.


Pour ce qui est de l'Histoire originelle de la GLDF, à vrai dire, je ne suis pas certain que cela intéresse grand monde et comme on trouvera toujours des Historiens pour défendre chaque
thèse...


De plus, je ne peux pas imaginer que Roger Dachez ait quitté la table de la CMF en construction parce qu'il aurait tout à coup "découvert" que la reconnaissance de la GLUA était en jeu et
que les intervisites étaient un élément clé...


Il connait trop bien la FM pour cela.


On ne peut pas croire  un seul instant à tant de naïveté de sa part.


Il est plus probable que son fâcheux accrochage avec Marc Henry ait conditionné ce départ de la LNF (il l'écrit d'ailleurs) et expliquerait pourquoi aussi il focalise sur la la seule GLDF
alors qu'il pourrait en dire autant de la GLTSO qu'il semble toujours "épargner"...


Pour ce qui est des fameux chiffres exorbitants de FF de la GLDF qui souhaieraient rompre avec le GO, il reste malheureusement toujours dans le flou artistique et modère même ces
affirmations un peu ridicules pour qui connait un peu les ateliers d'Opéra ou de la GL.


Je ne comprends pas, en outre, pourquoi son analyse est aussi tranchée aujourd'hui sur les possibilités de la CMF alors qu'il écrivait il y a quelques temps encore dans le Dictionnaire
amoureux de la FM à l'article "Avenir de la FM" les mots suivants :


 


si un pôle « régulier » doit un jour ou l’autre s’y constituer, il ne le fera sans doute pas sur la base d’une Grande Loge unique mais plus probablement d’un groupe de Grandes Loges
aux liens plus ou moins lâches. La marque identitaire de chacune d’elles pourrait être soit une filiation historique particulière, soit encore la spécificité d’un rite – en réglant librement dans
chaque cas, et selon les principes propres à chaque structure, le problème des relations entre les loges bleues et les hauts-grades -, car souvent les querelles intra-obédientielles ont trouvé
leur source dans une navrante « guerre des rites ». Le schéma qui fonctionne en Allemagne depuis l’immédiat après-guerre, pourrait recevoir dans divers pays, notamment en Europe
continentale mais sans doute aussi ailleurs, d’autres applications. C’est certainement une voie d’avenir


                                       


La question suivante pourrait alors se poser pour tenter d’en sortir « par le haut » : N’y a-t-il aucun modèle intermédiaire concevable entre l’intégration pure et simple au
modèle anglais, ouvrant à la reconnaissance et à la « régularité classique », et l’absence totale de toute relation ? Ne peut-on concevoir qu’il existe un espace entre « la
régularité maçonnique » (au sens anglais) et l’absence de caractère maçonnique – c’est-à-dire, en clair, toujours pour les Anglais, l’irrégularité ? Peut-être les obédiences du campa
anglo-saxon comprendront-elles un jour prochain que dans notre pays, par exemple, plusieurs obédiences accepteraient sans doute un certain type de relations avec la Grande Loge unie, un certain
niveau d’échanges, sans pour autant tout admettre et tout approuver. Si l’on généralisait cette conception, à une maçonnerie mondiale bipolaire et figée ferait suite une maçonnerie multipolaire
et à géométrie variable.

sous la Voûte étoilée 11/10/2013 20:28



Si l'on admet qu'il faille faire la différence entre "Régularité" et"Reconnaissance", apparaît alors le champ que décrit RD.


En semblant ne pas s'apercevoir que la déclaration de Bâle contient, sans possibilité d'interprétation possible, l'obligation de "rompre sans ambiguité avec les obédiences non
régulières", c'est-à-dire par exemple le GODF, les dignitaires de la GLDF entretiennent un flou et espèrent pouvoir néanmoins obtenir la "reconnaissance" de Londres. Pourtant, et quoiqu'ils
puissent en dire, ce sera l'un ou l'autre : rompre et être reconnu ou ne pas rompre et ne pas être reconnu. Telle est l'équation de Bâle. C'est d'autant plus "machiavélique" que
les anglais ne demandent rien, ils se contentent d'observer pour tirer, le moment venu, les conséquences.


Londres a même modifié la règle qui voulait qu'il n'y ait qu'une seule reconnaissance par pays, admettant qu'il puisse y en avoir deux... Alors GLNF et CMF (dont la GLDF) ou GLNF et GL-AMF
(sans la CMF, donc sans la GLDF)...


Et puis, plus concrètement, fera-t-on prendre aux Frères de province de la GLDF la décision de rompre avec un siècle d'histoire commune ? Je crois bien que non.


Mais pourquoi alors presque 97% des députés lors du dernier convent a-t-il voté pour poursuivre les travaux sur la base de la déclaration de Bâle ? 



Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)