Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)

20 Nov

RPMF : la CMF et le pari de la GLDF.

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Régularité - Mixité

tunnel-manche-1024x789

"Divers projets sur la descente en Angleterre", Gallica / Bnf 

 

La récente signature des statuts et Réglements de la CMF est bien le fait de 3 des 5 obédiences qui avaient engagé le processus.

Un petit rappel chronologique permet de comprendre le rôle que s'assigne désormais la GLDF. Signée le 14 novembre, rendue publique le 17 pendant le 11° Salon Maçonnique du Livre, quelques heures avant sa conférence publique au cours de laquelle il déclare que la GLDF est disponible pour élaborer un texte inter obédientiel sur les atteintes à la Dignité humaine, Marc Henry engage la GLDF dans un pari. Rester dans l'esprit de la CMF (les obligations de la déclaration de Bâle dont la rupture avec les obédiences non régulières) et maintenir l'objectif de la "reconnaissance" par la GLUA  tout en maintenant TOUTES ses relations actuelles ! L'ambition est à saluer sincèrement.  

Certes, elle n'est pas sans rappeler celle du Grand-Maître Richard Dupuy à la fin des années 50, celle d'être, déjà, le trait d'union entre les deux maçonneries issues du schisme de 1877, celle du GODF et celle de la GLUA. Ce pari s'était traduit par la rupture de 1959. Mais, aujourd'hui, et c'est probablement une différence de taille, les orientations de Marc Henry ne semblent pas être celles de Richard Dupuy à l'époque.

Ce qui autorise probablement Jean-Laurent à écrire :

Le pont entre le monde maçonnique de la GLUA et celui du GODF mérite d’être construit. C’est notre Devoir de bâtisseurs.

La franc-maçonnerie libérale adogmatique, appellation qui me semble -et de loin- beaucoup plus juste que celle de "monde du GODF", pourrait être sensible à ce soin, mais ...le demande-t-elle ? Rien n'est moins sûr.

En effet, que peut attendre la franc-maçonnerie libérale adogmatique de ceux qui ne reconnaissent pas ses membres, que ce soit ses obédiences, ses loges, ses frères et ses soeurs ? Et bien, qu'ils les reconnaissent toutes et tous ! Pour ce faire, plusieurs questions fondamentales déja évoquées restent toujours à l'ordre du jour :   

- La question de la référence obligatoire au GADLU, Transcendance, Dieu ou Principe Créateur et à sa vérité révélée.

- La question dite "du volume de la Loi Sacrée",

- La question de la reconnaissance des Soeurs à égalité de droits et de devoirs avec les Frères. Et les "cérémonies" que la GLDF a mis au point pour "reconnaître" les Soeurs sans pour autant les accepter dans les travaux rituels, n'est pas une reconnaissance authentique. Il n'est toutefois pas inutile de préciser qu'il s'agit là, selon les usages de la franc-maçonnerie libérale adogmatique, de la reconnaissance au niveau obédientiel, pas nécessairement au niveau de toutes les loges.  

Attention, ces questions n'appellent surtout pas de réponse dogmatique. Elles ne constituent pas un préalable. Le GODF ne prescrit aucune obligation à "ses" loges en la matière. Chacune décide pour elle-même des réponses qu'elle y apporte. La seule obligation qu'impose le GODF aux loges, sur décision du Convent, est la lecture de l'article Premier de sa Constitution.

Sur ce chemin, la franc-maçonnerie libérale adogmatique n'a de leçon à donner à personne mais n'entend pas qu'on lui en donne. C'est cette réciprocité qui est au coeur de la rupture des relations entre elle et la GLUA.

Constuire un pont est une entreprise qui permet de matérialiser l'espoir, celui qui fait accepter les moments difficiles. L'Angleterre et la France sont venus à bout des réticences séculaires pour rendre possible la construction d'un lien matériel entre les deux pays. La franc-maçonnerie y réussirait-elle ? 

Alors, pourquoi pas énoncer un principe simple mais néanmoins fondamental : la source de toute régularité est dans l'initiation et s'en satisfaire pour "se reconnaître comme tel"...

 

Gérard Contremoulin

________________________________________________________________ 

Commenter cet article

Christophe 25/11/2013 09:30


Tant mieux si des ponts peuvent être jetées ... je rappelle simplement qu'il y a deux rives!


Je pense que les processus ont leur propre dynamique. Le processus de la CMF se referme sur lui-même, car au départ il y avait 3 obédiences + 2 petites, dont une portait un poids symbolique
dépassant de loin sa taille.


Le but de la CMF était de rassembler, sinon elle n'a pas de sens. De rassembler à l'intérieur et à l'extérieur, sur un projet, le rattachement  d'une grande famille française maçonnique dans
le mainstream mondial de la franc-maçonnerie.


Qu'est-ce qu'on observe? (c'est objectif): exactement l'inverse. Au lieu de rassembler, il dérassemble. Au lieu du rattachement au mainstream, c'est l'ancienne obédience régulière à l'anglaise,
qui, après un moment de terrible fléchissement, laissé seul pantenant sur la route par tout le reste de la FM française, se redresse peu à peu et se replace progressivement dans le mainstream,
c'est une observation objective. Chapeau le courage.


 


Alors effectivement, cette CMF se contracte sur elle-même, pour se trouver aujourd'hui dans un face à face entre une obédience dont on peut prévoir des soubresauts liés à ses attaches aux
REAA-régulier à l'anglaise et la difficulté de faire vivre sa raison d'être, le rattachement au mainstream, et une obédience dont la raison d'être est également le REAA et l'envie ancienne
d'également se rattacher au mainstream. Donc deux obédiences qui occupent le même terrain, dont les moyens historique sont différents et qui ne semblent pas près de les mettre en commun. Donc
j'ai employé des mots crus parfaitement réaliste de la situation actuelle.


 


Dans une dynamique de contraction, c'est évident que ceux qui en sont partenaires, ont des difficultés de la vivre. Mais ce fut leur choix. Que les responsable de la GLdF veuillent garder
plusieurs fers au feu, c'est leur stratégie. Que l'on se trouve aujourd'hui face à des positionnements contradictoires, c'en est une résultante.


Que moi et d'autres nous nous fassions traiter et injurier  de tous les noms, ce n'est qu'un symptômes de plus de cette contraction.


Bref, comme Jean Verdun le soulignait intelligement: la seule unité qui vaille, c'est la loge: car c'est elle et seulement elle qui initie. Et je suis persuadé que ceux qui jouent aux stratégos
des obédiences, aujourd'hui la GLdF qui s'est inscrite dans la logique de l'appel de Bâle (dont elle avait discuté les termes avant qu'il fut exprimé), ont oublié que les seuls ponts maçonniques
qui vaillent et qui durent, ce sont ceux que les loges tissent entre elles, d'ailleurs parfois entre "réguliers à l'anglaise" et "libéraux-adogmatiques"!


 


D'ailleurs, c'est bien ce dernier point qui a fait bouger les lignes chez Alpina: ce sont les contacts anciens et suivis entre des loges de cette obédience et des loges de la GLdF (plus qu'avec
des loges de la GLNF) qui ont permis, lorsqu'une conjonction favorable s'est apparemment présentée (le fléchissement interne de la GLNF), de faire bouger leurs obédiences respectives sous
l'impulsion de responsables obédiencielles qui se connaissaient déjà fort bien (ce n'est évidemment pas une critique).

daniel fischer 24/11/2013 22:10


Sur la question de la CMF, la position de la GLDF et de son GM est parfaitement claire : ouverture de discussions avec les Grandes Loges européennes, maintien des intervisites avec les autres
obédiences françaises . Les 2 volets sont indissociables .La question de la mixité et l'invocation du GADLU ne concernent que la GLDF et ne vous concernent en rien . Pas plus que la Bible sur
l'autel qui est , je vous le rappelle, UN Livre de la Loi sacrée .


L ; Pourquoi faire un procès d'intention au GM de la GLDF vous

sous la Voûte étoilée 25/11/2013 00:41



Je crains vraiment que vous soyez en train de faire fausse route...


Pour me faire bien comprendre, tout au long de ces articles sur la RPMF. Je pense quele TRF Marc Henry, GM de la GLDF a hérité d'un projet qui n'est pas le sien. Projet qui a été engagé
par son prédécesseur, lequel a été élu dans un scrutin qui l'opposait à Marc Henry. Ce projet de récomposition sied assez bien également à Alain Graesel qui est depuis 2008 président de la GLUDE.


Je ne fais aucun procès d'intention à Marc Henry, relisez bien mes articles.


Enfin, j'ai lu attentivement les critères définis dans la déclaration de Bâle. Ceux-ci prévoient l'obligation de "rompre sans ambiguité avec les obédiences non
régulières". C'est bien pourquoi, entendant les déclarations du GM Marc Henry et particulièrement cette réponse lors de sa conférence dimanche dernier sur la possibilité qu'il
entrevoyait la possibilité de rédiger un texte commun inter obédientiel sur la mise en cause de la Dignité humaine (à propos de l'affaire Taubira), j'ai écrit qu'il engageait là un pari : celui
de réussir àla fois la CMF et la non rupture avec les obédiences non régulières. Pari dans la mesure où cela n'est pas accepté par Alain Juillet, très scrupuleux sur
l'esprit "bâlois"...


Loin de faire un procès d'intention, je suis un processus qui me semble être une partie de bras de fer. Et si Marc Henry le gagne, alors il n'y aura pas de rupture, ce qui constitue le plus cher
de mes souhaits. C'est aussi la raison de mon intérêt de suivre les évolutions du processus.



calvariam 24/11/2013 17:15


rectificatif: "le slogan est à la pensée ce que le militaire est à l'intelligence..." Je précise qu'il ne s'agit que d'une figure de style, en souvenir d'un grand-père devenu antimilitariste à
force d'avaler des rations (enfant de troupe+service militaire+un guerre mondiale), et salue fraternellement tous les frères qui se sont engagés sous le drapeau...

calvariam 24/11/2013 17:08


Je n'ai absolument aucun ressentiment à l'égard du GODF, les critiques que j'émets aujourd'hui sont celles que je faisais hier, certaines sont d'ailleurs partagées par votre Grand Maitre
lui-même. Mon constat ne se base que sur la radicalisation des propos autant des articles remettant en cause, ou le processus de la CMF, ou les principes fondant notre pratique (notamment le
G.A.D.L.U. et la non-mixité) sur les blogs, celui de "la maçonne" mais aussi le tien. Cette radicalisation se retrouve également au niveau des propos tenus par certains responsables d'obédiences.
dois-je rappeler les propos tenu par votre passé grand maitre? (Quant au nouveau, si certains y voient une lueur d'espoir de réconciliation, je rappelle qu'il a bien stipulé qu'aucun
rapprochement ne se ferait s'il n'avait pas de raison d'être). Cette radicalisation conduit à deux choses, le déplacement du débat qui ne porte plus sur les idées, dans une tension dialectique
permettant de sortir un point de consensus vers une réthorique menée à coup de slogans et d'attaques "ad hominem" qui conduit à un enfoncement progressif du propos vers les émotions les plus
troubles de l'homme et également à la perte de sens du maintien en l'état des relations de nos obédiences. Je veux pour preuve de tout cela, la disparition de mes interlocuteurs habituels, comme
notre frère Alain d'A. remplacés progressivement par des individus ne sachant penser que par slogan (le slogan est à la pensée ce que la militaire est à la pensée), les attaques ad hominem qui
sont autant de preuves d'un étrange sens de la fraternité. Du reste ce clivage grandissant n'est que le reflet du clivage que connait le monde profane entre un progressisme libérale voulant
s'imposer envers et contre tout et un retour à la tradition et aux valeurs fondamentales...Le centre de l'union? nous en sommes bien loin...La tolérance c'est aussi accepter que d'autres
choisissent un autre chemin, même si celui ci les éloignent de nous, j'aimerais beaucoup que les frères de mon ancienne obédience me donnent en partie tort sur les raisons de mon départ en
faisant preuves d'une telle tolérance...

calvariam 22/11/2013 08:46


Plus je lis le credo des frères appartenant aux obédiences "libérales" et "adogmatiques", moins j'ai envie de les visiter, et de les recevoir...

sous la Voûte étoilée 22/11/2013 10:04



Probablement la suite logique de ta décision de quitter le GODF...


Mais est-ce une raison pour dénigrer, ici ou sur Facebook, ce que tu as aimé ?



3-5-7 22/11/2013 08:42


La lecture des "Promesses de l'aube" ne casse quand même pas 3 pattes à un canard...


Surtout au regard des chiffres complètement farfelus (et jamais démontrés...!) qui en ont découlé...


Et puis évidemment lorsqu'on lit ce qu'écrivait par exemple Roger Dachez quelques temps avant dans le "Dictionnaire amoureux de la FM" (juste avant qu'il ne s'accroche avec Marc Henry et devienne
soudainement un farouche opposant à la CMF dont il précipite le départ arguant qu'il vient de découvrir que la reconnaissance britannique est dans les cartons (hasard ???), tout cela prend un
autre sens :


 


(P.973 et
974).


 


« Ensuite, la recomposition du système international de la Régularité pourrait
justement s’opérer en commençant par la France qui offrirait à ce New Deal un terrain de choix pour une expérience en vraie grandeur. Quels pourraient en être les
contours ?


Le point sans doute le plus important est de comprendre que la multiplicité des
obédiences est consubstantielle à la franc-maçonnerie française et que si un pôle « régulier » doit un jour ou l’autre s’y constituer,
il ne le fera sans doute pas sur la base d’une Grande Loge unique mais plus probablement d’un groupe de Grandes Loges aux liens plus ou moins lâches.



Le schéma qui fonctionne en Allemagne
depuis l’immédiat après-guerre, pourrait recevoir dans divers pays, notamment en Europe continentale mais sans doute aussi ailleurs, d’autres applications. C’est certainement une voie
d’avenir.


La question suivante pourrait se poser pour tenter d’en sortir « par le
haut » :


N’y a-t-il aucun modèle
intermédiaire concevable entre l’intégration pure et simple au modèle anglais, ouvrant à la reconnaissance et à la « régularité classique », et l’absence totale de toute relation ?
Ne peut-on concevoir qu’il existe un espace entre « la régularité maçonnique » (au sens anglais) et l’absence de caractère maçonnique – c’est-à-dire, en clair, toujours pour les
Anglais, l’irrégularité ? Peut-être les obédiences du campa anglo-saxon comprendront-elles un jour prochain que dans notre pays, par exemple, plusieurs obédiences accepteraient sans doute un certain type de relations avec la Grande Loge unie, un certain niveau d’échanges, sans pour autant tout admettre et
tout approuver.


Si l’on généralisait cette conception, à une maçonnerie mondiale bipolaire et figée
ferait suite une maçonnerie multipolaire et à géométrie variable. Le privilège d’ancienneté que tous consentiraient probablement à reconnaître à l’Angleterre en serait-il finalement
affecté ? Probablement pas.






Christophe 21/11/2013 19:56


Encore et inlassablement?  Certainement  :-)


De façon agressive, certainement pas. Les mots sont crus et directs sans doute. Ils ne tournent pas autour du pot. Mais cela n'est pas agressif, jamais une critique ad hominem, jamais une
critique qui ne soient documentées. Mon blog est là pour en témoigner.


C'est vrai, parfois je suis un peu cabochon sinon moqueur, mais agressif, non.


Ma méthode est la dialectique historique, la mise en perspective diacrhronique pour expliquer les faits du moment. Et il faut bien avouer que ce n'est pas en faveur de la GLdF. Tant mieux si je
me trompe ... mais pour le moment ce n'est pas le cas.


Après avoir lu l'analyse proposée dans le trio "des promesses de l'aube", je me suis dit qu'ils avaient lu mon blog tant les perspectives et observations étaient semblables sur les points
principaux.


 


Par contre, je me méfie des analyses transversales, à chaud, dont la seule qualité est l'immédiateté. Dire qu'on est tout beau, tout bon, propre sur soi ne relève que du slogan.

3-5-7 21/11/2013 18:55


Cet article est fort intéressant et pose les bonnes questions. Pour cela merci.


Je regrette que Christophe exprime (oserai-je dire "encore") dans son commentaire autant d'agressivité voire de paranoïa. On comprend que finalement, rien de ce que pourra écrire ou
dire la GLDF n'aura grace à ses yeux puisqu'on parle maintenant d'arrogance, d'enquistement et d'impuissance...


Et que toute tentative de rapprochement entre Obédiences qui étaient jusque là séparées et souhaitent maintenant se rencontrer est finalement traduit par (je cite)  "une réelle
capacité de nuisance"...


Enfin, après la période des menaces, injonctions et autres expulsions du GM Gullino à qui l'on avait rien demandé, il est assez cocasse voire ridicule d'accuser la CMF de
vouloir se mêler des affaires des autres !


Je ne suis pas certain, en outre, que l'on puisse réellement mettre en balance la FM de type anglo-saxon (qui dépasse la seule GLUA) et le GODF, le poids de ces deux pôles étant
tellement disproportionné au niveau international...


Mais si une tentative de combler les fossés qui les séparent est en marche, pourquoi la condamner ???


A moins de considérer que ce travail de rapprochement est sans intérêt (le chacun chez soi, pourquoi pas ?) ou bien que ce travail est déjà en cours (avec un résultat manifestement
très pauvre jusqu'à présent)...


Par contre, la FM adogmatique n'a pas à "retisser des ponts" avec qui que ce soit étant donné que ces liens n'ont jamais été rompus, sauf manifestement dans l'esprit de certains, bien
heureusement ultra minoritaires...


 

sous la Voûte étoilée 22/11/2013 20:34



Il n'y a jamais eu de relation d'aucune sorte, sauf parfois administratives, entre la GLNF et le GODF. Et cette absence vient de la volonté de la GLNF de ne pas en avoir.


En effet, l'un des critères de la reconnaissance anglaise du caractère "regular" d'une obédience est de surtout ne pas avoir de relation avec celles des obédiences qui n'ont pas été préalablement
reconnu par la GLUA.



Christophe 21/11/2013 08:15


Le pont entre le monde maçonnique de la GLUA et celui du GODF
mérite d’être construit. C’est notre Devoir de bâtisseurs.


Rien que ça ...


Comme si le GOdF ne pouvait s'occuper de ses propres fesses. C'est mutatis mutandis des discours semblables à 1957-59.


Cela m'a toujours étonné, cette propension à s'occuper des affaires des autres, plus que des autres. Comme si l'accomplissement maçonnique c'était s'occuper de la GLUA et du GOdF.


On ne peut nier l'effet déstabilisant de ce type de comportement. Ceci dit, le face à face GLAMF-GLdF est une réelle clarification attendue, et c'est tant mieux qu'elle fut rapide.


Il faudra sans doute des années pour stabiliser ce "duo", mais d'une certaine manière il s'est enquisté de lui-même et ne  présente plus de réelle capacité de nuisance.


Donc cette phrase, étonnament arrogante, est également l'expression de cette impuissance, de cet enquistement. Il appartiendra sans doute aux obédiences libérales/adogmatiques de re-tisser à
nouveau des ponts avec ce duo dans un avenir que l'on doit souhaiter proche.


Et pourquoi pas entre les deux pôles de la maçonnerie internationale, la GLUA et le GOdF, mais c'est l'affaire de ces deux obédiences.

Jonathan Josse 20/11/2013 16:32


Excellent article. L'un des buts de la franc-maçonnerie n'est-il pas la recherche de la Vérité. Et comment y parvenir si préalablement à cette recherche, on pose des dogmes visant à limiter et
orienter les fréres dans leurs quêtes ?


Si nos frères "réguliers" veulent s'imposer des dogmes. C'est leurs droits et nous respectons leurs libertés de vivre la maçonnerie ainsi. Ils doivents en retour respecter notre liberté de vivre
la maçonnerie autrement et surtout librement.


Ce n'est que dans cette logique de totérance fraternelle que les obédiences de tendance régulière, et celles de tendance adogmatiques parviendront à retisser des liens fraternelles que
l'intolérance dogmatique avait rompue.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Les pseudonymes ne sont plus acceptés pour les commentaires. (4.11.2018)