Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/

02 Dec

RPMF : le point de Marc Henry au 28 novembre...

Publié par sous la Voûte étoilée  - Catégories :  #Obédiences

Marc HENRY, Grand-Maître de la Grande Loge de France

 

"Dans la perspective d'une réflexion commune, il nous revient désormais d'en élaborer le projet et de le présenter aux obédiences que nous avons reçues."

Le bloc notes de Jean-Laurent Turbet deviendrait-il le journal quasi officiel de la GLDF ? Toujours est-il qu'on trouve sur ce blog des informations de première importance quant au RPMF  (Recomposition du Paysage Maçonnique Français) et au déroulement de processus entamé sur la base de la déclaration de Bâle de juin nier.

Cette fois, le blog nous communique la lettre-circulaire que le Grand-Maître Marc HENRY adresse à tous les Vénérables des Loges et aux représentants des loges (les "députés") pour faire un point de situation.

Cette lettre est, à plus d'un titre, éminemment importante.

D'abord parce qu'elle affirme la place qu'entend prendre Marc Henry dans le processus ouvert le 10 juin dernier par la déclaration de Bâle. Jusqu'à présent, il avait délégué, certes sous son contrôle, à ses prédécesseurs, Alain-Noel Dubart et Alain Graesel, le soin de mener les consultations.

Ensuite par ce qu'elle donne quelques précisions sur la manière avec laquelle la GLDF entend assumer le RPMF. Tout en réaffirmant 3 critères de régularité, base d'adhésion au processus, elle en propose une forme juridique : la confédération et un périmètre : GLTSO, LNF, GL-AMF, GLIF. Et, cerise sur le gâteau, tous les Frères qui, par le simple fait qu'ils visitent des loges de la GLDF, sont considérés comme acceptant de facto leurs usages, leurs principes et leurs coutumes !

Ce qui est un moyen, habile (? L'avenir nous le dira), d'éviter de répondre à l'une des exigences londoniennes qui est la rupture des relations avec les obédiences "irrégulières" que sont le GODF, le DH et bien entendu, la GLFF...

Je parlais, dans un précédent article, de débauchage. Était-ce exagéré ? La réponse par la preuve :

« La qualité et la régularité de nos travaux, double réalité affirmée par les cinq Grandes Loges Européennes dans le cadre de la Déclaration de Bâle, sont une incitation à recevoir fraternellement nos Frères en provenance de quelque obédience que ce soit, pour autant qu’ils veuillent travailler selon la Tradition et la régularité de notre Rite, et surtout pour autant que vous les reconnaissiez pour tels, car là est le critère essentiel depuis les premiers rituels de la Franc-maçonnerie naissante. »

Par ailleurs, la GLDF s’enorgueillit de ne pratiquer que le REAA. Ne proclame-t-elle pas (chez JLT) qu’elle va réunir toute la famille écossaise à l’occasion du 200° anniversaire de la RL « La Jérusalem écossaise », qui est en fait à la GLDF, la « Nouvelle Jérusalem ». En choisissant le modèle confédéral, elle propose de contourner ce fait alors que la GLUA pratique plusieurs rites. D’où l’avantage qu’elle semble trouver dans les 4 autres qui, elles, sont pluri-rites.

Et puisque nous en sommes aux conjectures, on peut aussi avancer l’hypothèse que le retour de Frères "réguliers" dans une GLNF renouvelée autour d'un nouveau Grand-Maître, plus « discret », plus « serein » et moins procédurier que le précédent ne réapparaisse aux exigences des experts commis par Brother Edward comme la plus digne de recevoir, à nouveau, la distinction londonienne, acmé de la Franc-Maçonnerie de Tradition.

Alors aurons-nous une pensée très fraternelle pour nos Frères de la rue Puteaux pour tant d'efforts incompris.

À croire que les voies du GADLU sont, elles aussi, impénétrables...

 

Gérard Contremoulin

__________________________________________________________

 

Commenter cet article

Christophe 03/12/2012 11:41


Que cette déclaration de Bâle se soit réalisée avec l'accord de la GLdF, pour moi c'est une évidence. Aucune de ces 5 GLR ne se seraient avancées de cette manière sans la certitude d'une réponse
positive.


Par contre, je pense qu'elles l'ont faites sans l'accord explicite de la GLUA. Mutatis mutandis, c'est un peu comme la Convention de Luxembourg: d'ailleurs ce sont quasi les mêmes acteur, la GLRB
ayant remplacé le GOdPB.


Les directions étant collégiales, je ne pense pas que ce fut fait sans un accord collégial au sein de la GLdF. Et donc, que cela lui plaise ou non, le GM de la GLdF endosse le costume. Ceci dit,
les 200 ans de la Jerusalem écossaise permet de faire une petite bascule dans l'autre sens.


Cela sera-t'il suffisant pour gommer ces déclarations peu claires du GM, "ma main droite ignore ce que fait ma main gauche" et vice versa ?


Est-ce une manière de fléchir et petit à petit de dénouer ce qui a été noué vis à vis des 5 GLR, où bien de (re)positionner la GLdF par rapport aux évolutions (parfaitement prévisibles) de la
GLNF ?  Je pencherais pour la deuxième hypothèse: et je suis persuadé que cette circulaire est du 28/11 et non p.ex. du 3/12 pour empêcher que l'on fasse plus "officiellement" le lien entre
les deux.


Bonne semaine.


Christophe

Anonyme 03/12/2012 09:21


Toujours aussi faux-culs ces "frères" de la GLDF, éternels ânes entre deux tas de foin, baladés par le bout du nez par leur Suprême Soviet.


Leurs braves députés ont appris — mais trop tard — que la déclaration de Bâle, présentée comme un geste spontané des obédiences européennes, avait en réalité été co-rédigée par le Grand-Maître
sortant Dubart. C'est pour cela qu'il s'est fait élire, avec Graesel, comme représentant pour la poursuite de ces négociations, ce qui permettait de contourner le nouveau GM Henry qui essaie ici
de reprendre la main avec les (faibles) arguments de Dupuy dans les années 1950.


Evidemment, toutes ces "élites" vont une fois encore se prendre un râteau dans la figure, faute de consultation de la base, car voyez-vous, chez ces maçons là, on pense qu'à l'instar des états,
il convient de mener la diplomatie dans les arrières-salles. Et à l'instar des états, on ne sait pas non plus que nous vivons désormais à une époque où ces pratiques sont devenues inadmissibles
par le petit peuple qui ne tardera guère à tuer ceux qui se prétendent son petit-papa.

sous la Voûte étoilée 03/12/2012 19:23



Je pense que votre thèse prendrait davantage de poids en étant signée et non "anonymée"...



Christophe 02/12/2012 19:12


Serions-nous repartis pour un tour ? Ce n'est pas entièrement certain, quoique ! L'idée poursuivie pourrait être un peu différente, prenant en compte un certain nombre d'options possibles selon
évolution. C'est, me semble-t-il, ce qui ressort de la circulaire aux Loges de la GLdF du 28 novembre
2012, où le GM de la GLdF y explique : "... sont une incitation à recevoir fraternellement nos Frères en provenance de quelque obédience que ce soit, pour autant qu’ils veuillent
travailler selon la Tradition et la régularité de notre Rite, et surtout pour autant que vous les reconnaissiez pour tels, car là est le critère essentiel depuis les premiers rituels de la
Franc-maçonnerie naissante."


Cela ressemble à une stratégie à géométrie variable : les Loges pourraient décider de recevoir ou non les membres d'autres obédiences selon leur bon vouloir, et nous, obédience GLdF, nous nous en
lavons les mains ! Cela permet un rapprochement avec des obédiences "régulières", surtout avec la GL-AMF issue du SCPF, qui refusent les intervisites avec le GOdF, selon le bon vieux principe
d'une main droite qui ignore ce que fait la main gauche !!! Serait-ce là le "modèle innovant" ? Irions-nous, immanquablement si cela se confirmait et devait durer dans le temps, en fait, vers une
nouvelle rupture GOdF-GLdF ? C'est, en tout cas, un jeu dangereux.


 


En effet, sur le plan des principes qui régissent les rapports entre obédiences, c'est inacceptable : il y a eu un exemple de ce type, en 1960, qui a conduit en très peu de temps vers la rupture
interne. C'est lorsque le Suprême Conseil de Belgique a décidé de ne recevoir que les frères de certaines loges bleues du GOB à l'exclusion d'autres : très rapidement la grande majorité des
Chapitres et Aéropages ont fait sécession, créant une nouvelle obédience de hauts-grades dès 1961.


... Et laissant ce Suprême Conseil, comme l'a joliment dit Corneloup, tel un état-major sans troupe !

Jonathan JOSSE 02/12/2012 17:33


Je crois que la GLNF s'est bien trop discrédité ces derniers mois, pour espérer attendre quoi que ce soit de la GLUA. A mon avis les anglais ne voudront plus en entendre parler même avec un
nouveau GM comme Servel. Cependant voudront-ils du projet porté par la GLDF ? Rien n'est moins sûr ! Déjà ils doivent naturellement se méfier des initiatives françaises, car la régularité
maçonnique a toujours été malmené chez nous. Enfin, eux n'ont pas encore donner leur bénédiction a ce projet qui date pourtant de plusieurs mois. Donc ils attendent de voir. Peut-être que le
destin maçonnique de la France s'est d'être un pays sans obédience régulière. Celà davantage en adéquation avec notre histoire maçonnique que d'imaginer qu'un jour le GODF ne soit plus
l'obédience majoritaire de ce pays. Si celà devait arriver un jour, on pourrais dire que la GLDF a opérer un véritable hold up, une OPA cupide, sur la franc-maçonnerie française. Après, si
vraiment celà devait ce faire, il me semble positif et bien plus conforme à l'idéal maçonnique et à l'art royal, que les frères des obédiences "non régulières" puisse continuer à visiter la
grande loge de france. Et on peu se féliciter que la GLDF pour retrouver sa régularité ne soit pas près à trahir ses relations historiques. J'ai dit.

Archives

À propos

Le Blog pour Tous d'un franc-maçon. "La loi morale au fond de notre coeur et la voute étoilée au dessus de notre tête". Emmanuel Kant Retrouvez les blogs maçonniques sur : http://www.blog-maconnique.com/